Interviews
Conférences de presse du 30ème Printemps de Bourges

Conférences de presse du 30ème Printemps de Bourges

par Alexx le 10 mai 2006

Ravi ! Ces conférences ont vite pris l’allure de discussions...

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail
  Sommaire  

 Dionysos

C’est toujours dans la même salle que nous nous réunissons autour des cinq membres. On nous prévient avant cela qu’ils sont beaucoup plus calmes que pendant leur show.

Tout commence par la comparaison avec les deux derniers producteurs : Steve Albini et John Parish. « Il n’y a pas d’énorme différence entre les deux. C’est plus deux personnes humaines un peu différentes. Mais dans l’approche, c’est assez similaire : ce sont des gens qui aiment les sons bruts, qui n’aiment pas formater les morceaux, qui aiment être à l’écoute du groupe et qui sont dans des moments de production très chaleureux, qui aiment entendre les instruments sonner et qui ne sont pas trop dans la bidouille de studio. La différence, c’est qu’Albini est un peu plus dogmatique, c’est-à-dire qu’il ne veut absolument jamais donner son avis. C’est genre, je suis un réalisateur documentaire, je prends une réalité, et je la livre. Sauf que c’est peut-être le meilleur réalisateur documentaire sonore qui existe, pour nous. Parish est un peu dans le même esprit sauf qu’il intervient de manière un peu plus décontractée. Lui il peut dire, là je mettrai bien un maracas, ou je mettrai bien ce petit son... Il propose, il ne dirige pas ou ce genre de chose. Mais après au niveau de l’école du son, ils sont très très proche ».

Malheureusement, à partir de cet instant, je rencontre un problème avec mon dictaphone et me résoud à rendre de mémoire le reste de cette rencontre !

On demande alors à Mathias si il a des projets en cours. Comme à son habitude, il répond qu’il en a plein : un nouveau livre, des participations, un DVD pour la rentrée 2006, etc. Quelqu’un lui demande alors de quoi parlera son livre, question à laquelle il se garde bien de répondre car lorsqu’il raconta l’histoire en préparation de son premier livre, entre temps tout avait changé. Sur la question des projets il était question d’une comédie musicale rapidement évoquée sur leur site internet. L’intéressé nous répond que le projet est toujours d’actualité : « Mais c’est difficile financièrement de trouver quelqu’un. Je veux faire quelque chose à la Rocky Horror Picture Show. Un groupe rock qui jouerait en même temps que les acteurs sur scène qui serait une petite salle étriquée. Mais les producteurs habituels (TF1 et M6) ont peur de ce genre de choses ».

Lorsqu’on lui demande son avis sur le travail de Joan Sfar, il répond : « Il est extraordinaire ! En plus c’est génial d’être fan d’un pote ! » À ce propos, une interrogation sur leur travail commun empreint de l’univers de Tim Burton lui fera simplement dire «  On est tous fan ! [...] d’ailleurs on a fait une reprise d’un de ses poèmes. On a pas encore réussi à lui faire écouter. Il doit en recevoir des dizaines tous les jours. » Lancé, quelqu’un interroge le leader des Dionysos sur la provenance de Giant Jack : « J’étais sur le parking de l’hôpital et il est venu a moi ! Non, en fait c’est un mélange de beaucoup de personnes que j’aime. De plus j’adore le géant dans Big Fish et je voulais mon propre géant. »

Insistant sur son nouveau projet de livre, la personne insiste sur une ouverture dont je ne me souviens plus : « L’histoire se déroule à Edinburgh lors de la journée la plus froide de tous les temps. Un enfant est en train de naître et son cœur est complètement gelé. Personne ne sait pourquoi ni comment. Un jour un horloger lui remplacera son cœur glacé par une horloge. Ayant des conséquences pour sa vie : si il oublie de la remonter il fonctionnera au ralenti... » Bref un univers typique du chanteur. S’interrogeant sur la manière de composer par rapport aux concerts, Mathias explique qu’ils composent un album pour enregistrer un CD et ensuite, dans une étape supplémentaire, arrangent les morceaux pour les live. « On fait des chansons pour sortir un disque. Sinon, on ne ferait que des concerts. Par exemple sur L’Homme Qui Pondait Des Œufs, on a été obligés de refaire toute la partie rythmique parce qu’il y une boîte à rythmes et parce que Rico (batterie) jouait avec des micros éloignés de lui. Infaisable en concert ! Donc on change tout. » Continuant sur les concerts, on lui demande quel est son ressenti lorsqu’il est sur le point de ce jeter dans la foule : « C’est un grand coup d’adrénaline [...] tout dépend du public. Parfois j’ai l’impression de voler sur une mer de mains, parfois on cherche à m’arracher une oreille ou autre chose ». (rires)

JPEG - 34 ko
Guillaume, Mathias, Rico, Micky et Babette

C’est Micky (guitare) qui prend la parole lorsque la rencontre avec les Kills est mises sur le tapis : « On jouait après eux à un festival. Il nous ont vu et nous ont laissé un mots nous expliquant qu’ils avaient aimé notre prestation et qu’ils aimerait bien faire quelque chose avec nous. On les a croisé pendant plusieurs autres festivals puis, on a enregistré sur le vif Old Child alors qu’ils devaient prendre un avion pour retourner à New York ».

Revenant sur les participations en cours dans certains lycées les Dionysos explique la démarche : « Ce n’était pas des cours ! On a voulu monter ce qu’était la culture pour nous. Qu’on pouvait faire des trucs sympas avec rien. Pour eux, Il y avait M. Pokora d’un côté et de l’autre, “la culture sérieuse et intelligente (!!!)”. Je voulais leur monter que combien c’est sympa de se passer pour partager un objet, de monter qu’avec des peu de choses on pouvait arriver à quelques choses de bien... »

La conférence se termina par une question pour Babette (violon et chant) qui prépare un album solo dans une optique différente de Dionysos. Sa réponse fut claire et concise : « Ce sera à part ! » Surpris de la réponse (plus sur sa forme que par le fond) je me lève pour prendre quelques photos pendant que la moitié des intervenants demande quelques autographes.

Emilie Simon Tom Barman


[1Parlant des plantes

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom