Interviews
Eric La Blanche

Eric La Blanche

par Le Daim le 20 février 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 « La possibilité de se remixer en permanence... »

BS : J’ai lu sur le site que tous les musiciens de La Blanche ont des activités annexes. Et toi, alors ? Tu ne vis pas seulement de la musique ?

ELB : J’ai des activités annexes. Je fais un boulot alimentaire. Voilà. (Il boit une gorgée, le regard dans le vide).

BS : Ok. Vous adaptez votre formation aux endroits où vous jouez. Tantôt vous balancez les décibels, tantôt c’est unplugged et à la cool.

ELB : C’est aussi un désir artistique. Vu qu’on se situe entre chanson et musique actuelle, on a deux formations. On est assez content de la façon dont on fonctionne en trio, c’est très lisible, très simple, ça amène une interprétation et des émotions différentes. L’autre formation permet plus de patate. C’est bien d’avoir les deux, comme si on avait la possibilité de se remixer en permanence.

BS : En ce qui concerne les arrangements, il y a une tête pensante dans le groupe ou c’est un travail collectif ?

ELB : Ça a évolué. Christophe, mon frère (l’un des deux guitaristes du groupe, crédité comme arrangeur principal sur Michel Rocard) a fait un album tout seul dans son coin... Il est super bien... Enfin, selon moi...

BS : Hop ! Promo pour le frangin ! Le titre de l’album ?

ELB : Son projet s’appele Seven Questions. On peut l’écouter sur MySpace. C’est un truc en anglais... Pour les arrangements il n’y a pas de recette bien définie. Par exemple pour Allongé Dans Un Pré En Automne, Gil (Husson, guitariste) avait une mélodie et elle m’a fait penser à un paysage d’arbres, de prés, avec un mec allongé au milieu. Parfois les textes arrivent avant, parfois c’est la mélodie, c’est un peu à la fortune du pot. Il arrive aussi que la personne qui mixe ou le réalisateur donnent leur vision de la chanson. Sur La Mienne, au départ, on voulait mettre de la batterie et d’autres trucs et puis le réalisateur a dit « non, elle est très bien avec juste une guitare », et finalement on l’a laissée comme ça.

BS : Tu joues d’un instrument ?

ELB : Oui, un peu de guitare. Mais le problème, c’est que j’ai quatre pieds gauches. Je suis très maladroit, donc la guitare... Je compose des trucs mais je ne suis pas instrumentiste, c’est d’ailleurs pour ça que je me suis retrouvé chanteur. Au départ, j’aurais bien aimé être un guitar-hero, pouvoir jouer tous ces trucs à toute vitesse...

BS : Enfin, vous avez quand même deux chouettes guitar-heroes il me semble !

ELB : Non, non, pas vraiment. Ce qui est intéressant avec nos guitaristes, c’est qu’il y en a un qui est très virtuose... (il parle de Gil Husson) Il joue des trucs assez posés, mais si tu lui demandes de te balancer un « bloubloubloubloublou » (il imite un solo à la Yngwie Malmsteen), ça marche aussi ! Christophe est dans un style complètement différent, dans l’émotion brute, la création... Les deux s’harmonisent assez bien.

BS : Une petite anecdote sur le groupe ? Un truc de tournée, quelque chose de tragique, de drôle, peu importe... On veut du croustillant !

ELB : (Il réfléchit un court instant) Oui, on a fait un concert avec le groupe Khaban’ qu’on connaît bien parce qu’on a le même tourneur, et il était question que Stéphane Balmino, le chanteur, nous rejoigne sur scène pour un morceau. Le moment venu j’ai fait un truc très con, j’ai demandé au public : « est-ce que quelqu’un veut monter sur scène ? » tout en sachant que Stéphane, dans la salle, allait se proposer. Effectivement, quelqu’un a levé le doigt mais c’est seulement au moment ou la personne est arrivée que j’ai réalisé que ce n’était pas Stéphane mais un handicapé mental. Il m’a demandé s’il pouvait réciter une poésie au milieu du morceau et ça a donné quelque chose de magnifique, de très tendre. C’était sur Les Canuts, à Lyon je crois... Mais je pense que si quelqu’un avait pu photographier ma tête au moment où il est monté sur scène... « Oh ! Mais merde ! C’est qui ?! ». (rires) J’aime bien quand il y a de l’imprévu, parce que là c’est vraiment du live et les gens rentrent chez eux avec un souvenir mémorable du concert.

JPEG - 118.8 ko
© lablanche.org


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom