Interviews
Interview Mabreuch

Interview Mabreuch

par Thibault le 1er février 2011

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Globalement vous avez l’impression que les concerts se passent bien. Ce sont surtout des personnes qui vous connaissent qui viennent vous voir ou non ?

Conik : Du tout !

Julien : De toute façon, on ne joue presque plus sur Paris.

Conik : On aime plus du tout. Les limonadiers de merde qui tiennent des salles, c’est infernal !

Julien : Les petits clubs c’est pas la même chose que tenir deux mille personnes avec du son énorme. Les gens ne réagissent pas du tout de la même façon.

Conik : Deux mille, je trouve ça trop. Je pense qu’il y a une taille pour réussir à communiquer avec tout le monde, pour fusionner avec le public. La musique parle d’elle même jusqu’à une certaine limite. L’échange n’est pas le même. Je trouve que quatre cents personnes, c’est le maximum. Peut être qu’à force de jouer devant deux mille personnes, on va passer un cap et changer un peu notre musique pour toucher autrement le public. Pour ça je compte sur les phases d’impros, plus lâchées. Faut les tenir !

C’est clair, surtout qu’il ne faut pas se berner à cause des quatre premiers rangs qui bougent, derrière ça papillonne totalement.

Conik : Ah bah ça... Avant je jouais dans un groupe qui s’appelle Les Chevals, on avait fait la première partie de Lenny Kravitz, des stades de treize mille personnes ! Ouh... Et puis les gens viennent pas pour toi, même si tu es un peu connu ils en ont rien à foutre. J’avais vu les Rolling Stones au Stade de France, première partie Jean-Louis Aubert, ça décollait pas.

Dans votre description sur MySpace ou Facebook, vous mettez en avant Zappa, Schifrin, Mingus. C’est un moyen de dire voilà ce qu’on va faire, on joue, on se fait plaisir ? Vous arrivez à accrocher les gens comme ça ?

Conik : Accrocher, je sais pas. C’est pas évident de réussir à décrire sa musique sur Internet. On essaie de donner la couleur, on a des influences jazz-funk 70’s, assez libres. Zappa pour dire qu’il y a une ouverture, Mingus pour les cuivres, la formation big band assez musclée et Schifrin pour l’écriture un peu musique de films, avec des thèmes. Je suis super fan de Schiffrin.

D’ailleurs il y a un album de lui qui s’appelle Black Widow, avec une reprise des Dents de la Mer à sa sauce, c’est mortel !

Conik : Ah ouais ? Black Widow ? Je ne connaissais pas mais faut carrément que je choppe ça. Moi je l’avais découvert sur un album de Dizzy Gillespie, une chanson qui s’appelle Unicorn, il y joue du clavier. Ça fait un peu musique de film érotique des années 80, avec des synthés, bien funky kitsch et jazzy, c’est vachement bien.

Où est-ce que vous placez les ambitions du groupe ? Est-ce que tu penses à la conquête du monde tous les matins ou juste à enchainer encore quelques dates ?

Conik : Conquérir le monde, non. Ça ne veut rien dire, on ne vit pas comme ça. L’idée globale c’est de faire de la bonne musique, en avoir rien à foutre des standards. Y’a plein de gens qui viennent me voir en disant « ouais c’est super, mais vous voulez pas mettre un chanteur ? » Peut être qu’un jour on mettra une voix mais pour l’instant ce n’est pas le sujet. On ne veut pas s’adapter à un format commercial, même si ça peut nous influencer d’une certaine manière, ce que tu entends à la radio reste quelque part dans ton cerveau. En fait on aimerait bien jouer plus. Être davantage connu revient juste à jouer plus, en fait. Tu touches plus de gens. On a pas de tourneur, on est auto-tout, on a notre matos. On a trente piges, je pense que sur la longueur, sans forcer, Mabreuch peut être encore là dans dix ou vingt piges. En gardant cet esprit d’artisan, ça va marcher.

Julien : On n’est pas dans le compromis. Si un tourneur vient nous dire qu’il adore ce qu’on fait, on sera super content...

Conik : Mais qu’il vienne pas nous dire « fais ceci, fais cela, mets de la voix, coiffes toi comme ça, ce sera mieux »...

De toute façon avec une musique instrumentale vous êtes condamnés à Radio Campus sur le coup de deux heures du matin.

Conik : Oui mais bon... On créé des rapports beaucoup plus sains, toi tu as aimé le concert, tu viens nous interviewer.

Oui, et avec internet ce rapport prend vraiment son sens, il y d’autres possibilités. Avec un pote graphiste vous pouvez faire un clip, le lancer, faire des animations flash.

Conik : Tu peux t’autoproduire, t’autodistribuer, montrer ce que tu fais. Les gens se connectent, c’est facile d’accès.

Vous avez eu des retours sur vos premiers disques ? Des retombées médiatiques ?

Conik : Oui, certaines personnes appellent pour nous programmer. Bon, quand tu n’es pas connu tu ne ramènes personne, du coup il y a une mise en route un peu compliquée. En général les gens kiffent et veulent nous faire venir, mais parfois tu as des problèmes de thunes ou de placement. Nous, on peut faire des concessions jusqu’à un certain niveau, c’est quand même notre boulot. Mais chaque fois qu’on joue ça se passe super bien, on a jamais eu une date pourrie.

Vous avez tenté d’envoyer vos cds à des radios, des journaux ?

Conik : C’est sensé être mon boulot mais je ne l’ai pas trop fait. Je m’occupe aussi de musique dans le groupe, je n’y arrive pas très bien. C’est un gros taf, tu les appelles, les rappelles. Moi je m’occupe déjà de gérer les plans, les gens nous appellent et on avise. Il faudrait démarcher des salles, des gens, mais c’est hyper lourd.

Il n’y a pas des labels ou des structures qui correspondent à votre état d’esprit et qui vous soulagerait de tout ça en faisant corps avec d’autres groupes ?

Julien : C’est très difficile de pousser les gens à s’investir, encore pire que la promo.

Conik : Pour bouger les gens il faut compter sur facile six mois ou un an. Tu envois un cd et six mois après le mec se bouge. Tu passes ton temps à planter des petites graines... J’ai du mal avec le copinage, le démarchage ce n’est pas mon truc. Mais ça devrait aller. Au dernier concert tu avais des gens qui travaillent dans la musique, ils ont vu le truc, ils peuvent appeler. C’est pas tout d’être distribué par un label à la FNAC, si tu n’es pas connu, ton cd sera dans un bac au fond du magasin et personne ne l’achètera. Est-ce qu’il ne vaut mieux pas vendre du mp3 sur internet à prix ridicules ? Après tu peux espérer que dix mille personnes l’achètent, et plus encore qu’il y a dix milles personnes qui l’ont acheté, tu sais qu’il y a au moins dix personnes et leurs potes qui aiment ton son, ça prend tout de suite un autre sens.

Comment se présente le nouvel album ?

Conik : Les mêmes gens que le deuxième, la même intention. Par contre on enregistre tous ensembles. Le deuxième on avait fait la rythmique puis les cuivres, pas une expérience que j’ai envie de refaire. On a pris quatre jours en même temps, pas un par un, c’est pas possible.

Julien : On a écrit et testé les morceaux en tournée.

Conik : Oui, on fait l’inverse. On écrit les morceaux, on les joue et on les vit avant de les enregistrer. Ça me semble plus logique d’écouter ce que tu as vraiment envie d’y mettre, de sentir la vibe des concerts et les réactions pour en être satisfait lorsque tu appuies sur REC.

Julien : Il y a un gros travail de fond. On est tous ensembles, on met plein de petits détails, chacun a un rôle, on écrit des arrangements qui s’imbriquent directement.

Conik : T’enlèves des calques, ça devient de moins en moins flou. Tu te rends compte qu’à tel endroit telle chose apparait.

Sur le disque il y a indiqué « Nicolas Ghunter Production ». Je n’ai rien trouvé sur lui sur Internet, vous pouvez nous en parler ?

Conik : C’est notre producteur. Il est allemand, il veut rester absolument inconnu. C’est dans la même logique, c’est un artisan, il est dans la montagne, il nous file des ronds. En fait je le connais depuis super longtemps, il nous fait confiance, c’est un peu un mécène, il peut nous allonger des thunes pour le pressage ou l’enregistrement.

Vous savez quand sortira le prochain album ? Vous avez déjà des idées de pochette, un nom ?

Conik : Assez vite, mais je sais pas encore... Je dis rien, on a des idées mais rien n’est encore totalement fixé. Pour la pochette précédente on avait fait une anamorphose. C’est une photo d’une vraie construction, un point de vue qui vaut une seule fois. Quand tu ouvres la pochette tu as une autre photo, c’est un autre point de vue du même objet que j’ai fabriqué et peint. Pas mal d’artistes ont fait ça...

Dernière question, l’instant copinage. Vous voulez défendre un groupe qui vous tient à cœur, faire la promo de quelqu’un ?

Conik : Je sais pas, il y en a plein... Après pourquoi parler d’untel et pas d’untel. Bah, tiens, il y a Mabreuch, super groupe, à découvrir !

Mabreuch from Céline Eudier on Vimeo.

Mabreuch sur MySpace.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom