Sur nos étagères
Quiet Is The New Loud

Quiet Is The New Loud

Kings Of Convenience

par Napst le 15 mai 2006

4,5

paru en 2001 (Source)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Quiet Is The New Loud est le premier album des Norvégiens de Kings Of Convenience, sorti en 2001. Le titre à lui seul dévoile toute la philosophie du groupe : à une époque où les grosses guitares saturées sont devenues une norme, la musique sereine et paisible en arrive presque à choquer. Tout au long des 12 titres (+2 bonus) de cet album, ils vont en apporter la brillante démonstration.

Ce groupe (en fait il s’agit plutôt d’un duo), fait de la pop-folk acoustique, inspirée en très grande partie par Simon And Garfunkel. Tout cela pourrait n’avoir aucun intérêt, sauf que la qualité des compositions est tout simplement exceptionelle. Dans un style aussi dépouillé, il est en général plus facile de reconnaître une vraie bonne chanson que noyée sous une tonne d’électricité. Dès les premiers titres Winning A Battle, Losing The War et le relativement connu Toxic Girl, d’une beauté à tomber par terre, on comprend à qui on a affaire. Des guitares acoustiques claires, deux voix qui se mêlent à la perfection, des paroles en anglais pleines de poésie (ce n’est en plus pas leur langue...). Tout au long de l’album, on est pris par cette douce mélancolie, ces chansons qui nous semblent familières dès la première écoute.

Mais cet album n’est pas seulement idéal pour s’endormir avec un casque sur les oreilles (à essayer, c’est magique), il éveille en nous quelque chose de plus beau, de plus profond. On repense à des souvenirs d’enfance oubliés. Pour tout citadin stressé, cet album est un véritable antidote. On se prend à rêver de trucs étranges : de grands espaces, de nuits à la belle étoile, de veillées au coin du feu avec une jolie fille... Il est difficile de détacher des titres de cet ensemble de petites merveilles, mais à titre personnel je citerais quand meme Weight Of My Words, Failure ou encore Summer On The WestHill.

Voilà un album qui gardera une place à part, beaucoup trop intemporel pour lancer une mode. Depuis le duo à sorti un second album, un peu moins bon, mais la magie demeure. Les Kings Of Convenience méritent en tout cas le titre honorifique de « meilleur groupe acoustique du monde ».

KoC


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
01. Winning A Battle, Losing The War (3:54)
02. Toxic Girl (3:09)
03. Singing Softly To Me (3:09)
04. I Don’t Know What I Can Save You From (4:37)
05. Failure (3:33)
06. The Weight Of My Words (4:07)
07. The Girl From Back Then (2:29)
08. Leaning Against The Wall (3:17)
09. Little Kids (3:46)
10. Summer On The West Hill (4:33)
11. Passenger (3:13)
12. Parallel Lines (3:58)
13. Manhattan Skyline (Bonus) (4:17)
14. Envoy (Bonus) (3:09)
 
Durée totale : 51:11