Portraits
Sa Majesté : Queen

Sa Majesté : Queen

par Psychedd, Our Kid, Milner le 23 mai 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 A Kind Of Magic

Mais les choses réellement sérieuses reprennent en septembre avec l’enregistrement d’un nouvel album, à la grande satisfaction de John, chômeur de luxe, qui déclare en novembre : « Nous ne sommes plus vraiment un groupe, plutôt quatre individus qui travaillent ensemble sous le nom de Queen. Mais même cela nous prend de moins en moins de temps. Récemment, j’étais totalement désœuvré, tellement nous travaillions peu. Je m’ennuyais tellement que j’ai traversé une sévère phase de déprime. »
Le 5 décembre, EMI sort un énorme coffret de 13 disques, The Complete Works Complete Sessions, qui reprend tous les albums du groupe, plus un disque de raretés jamais sorties en album, singles (One Vision / Blurred Vision, Thank God It’s Christmas), et faces B : See What A Fool I’ve Been de Brian (Seven Seas Of Rhye), Human Body de Roger (Play The Game), Soul Brother signé Queen (Under Pressure), I Go Crazy de Brian (Radio Ga Ga). Le tout, remasterisé, est accompagné d’un livret et d’une carte du monde détaillant les

JPEG - 21 ko
© Brrr

« conquêtes » du groupe, d’un goût assez douteux, aux relents militaires... Queen est peut-être un groupe apolitique, mais l’analogie avec une « machine de guerre » se trouve ici encore renforcée. D’ailleurs une dispute éclata entre Taylor et Mercury à propos du coffret.
L’année 1985 se termine avec les suites de l’affaire sud-africaine. Alors que Steve Van Zandt, l’ex-guitariste de Bruce Springsteen, très politisé, lui, sort Sun City, un disque qui s’en prend directement aux artistes qui sont allés jouer là-bas, le responsable de ces concerts, Hazel Feldman déclare « qu’une nouvelle apparition de Queen n’est pas impossible ». Le groupe est alors obligé de publier un communiqué mettant définitivement les choses au point : « Queen déclare catégoriquement n’avoir aucun projet de rejouer à Sun City, et détester l’apartheid ».

L’année 1985 ne fut pas très bonne non plus pour Freddie Mercury au niveau personnel. Il avait reconnu être homosexuel devant un journaliste de The Sun (ce qui n’était pas forcément le meilleur choix). Les journaux colportèrent des ragots durant tout le mois d’août, parce qu’il avait été aperçu à de nombreuses reprises en compagnie de l’actrice allemande Barbara Valentin. Leur relation fut finalement sans lendemain, au grand regret du chanteur. Seule sa relation platonique mais profonde avec son ancienne maîtresse Mary Austin paraissait pouvoir résister.
1986 sera une grande année pour Queen, la dernière au cours de laquelle le groupe apparaîtra sur scène.

En janvier, alors qu’ils travaillent sur l’album, les musiciens sont approchés par le réalisateur de clips Russell Mulcahy, qui leur demande une bande-son pour son premier long métrage, Highlander, dont Christophe Lambert est la vedette, avec Sean Connery : « Quand je préparais ce film, j’avais uniquement un groupe en tête pour la musique, et c’était Queen. Leur musique est parfaite pour ce film - ils ont un grand sens de l’image. Ils écrivent des chansons très puissantes, des sortes d’hymnes, et c’est juste ce dont le film avait besoin. J’ai toujours été un fan de Queen et je voulais travailler avec eux depuis longtemps ». Après visionnage des rushes, le groupe accepte, enthousiaste. En mars, sort le premier single issu de ce projet, A Kind Of Magic, qui va se classer à la première place des charts ! Il y restera treize semaines... La collaboration avec Mulcahy était si réussie que ce dernier fut invité à réaliser la vidéo illustrant le titre A Kind Of Magic ; le metteur en scène leur promit de faire quelque chose qui « plairait aux spectateurs de six à soixante ans et serait aussi magique et fantastique que ce que l’on voyait dans les vieux films musicaux d’Hollywood ».

L’album intitulé A Kind Of Magic sera un énorme succès commercial tout en étant descendu par la critique mais semble avoir aujourd’hui assez mal vieilli, comme beaucoup de productions de cette époque pas toujours très heureuses dans leur volonté de se mettre « au goût du jour ».
Enregistré par Queen et Mack à Munich, l’album comporte une pochette présentant le groupe en cartoons, une constante désormais. On ne retiendra (et le groupe avec nous, comme en témoigneront ses derniers concerts) que les quatre singles : One Vision, A Kind Of Magic, Friends Wil Be Friends (n°14 en juin) et Who Wants To Live Forever (n°24 en septembre).

Au même moment, John sort enfin son premier single solo, No Turning Back, bande originale du film Biggles dont Phil Collins est la vedette. Freddie sort lui aussi un nouveau single, Time (n°24 dans les charts), issu de la comédie musicale du même nom de son vieil ami (et ancienne rock star) Dave Clark. Il produit également une vidéo de quatre de ses chansons en solo, très vite censurée par la BBC car le film contient des images d’une authentique bacchanales organisée par Freddie et ses amis, à Munich, pour fêter ses 39 ans. Roger et Dominique deviennent parents pour la seconde fois, d’une petite Rory. Brian, quant à lui, défraie la chronique en ayant une liaison avec l’actrice télé Anita Dobson, star du soap EastEnders.
Le gros morceau de l’année va être la dernière tournée du groupe, de juin à août, à travers toute l’Europe. Queen est de nouveau au sommet, les concerts sont monstrueux et battent tous les records au niveau de l’infrastructure déployée, lumière, son, scène gigantesque : « Cela va faire ressembler Ben Hur aux Muppets », déclare Roger à ce sujet. Il ajoute : « Je pense que nous sommes actuellement le meilleur groupe scénique du monde et nous allons le prouver - personne ne sera déçu ». Ces concerts eurent un énorme succès, au point que le promoteur Harvey Goldsmith n’en croyait pas ses yeux : « À Newcastle, la queue pour les tickets était plus longue que celle que nous avions eue lorsque l’équipe de foot de la ville avait joué en finale de la coupe. La vente des billets pour le concert de Manchester fut si rapide que tous les records de la ville ont été battus. Je n’avais jamais vu ça. Nous avions été submergé par les demandes de tickets pour les concerts au stade de Wembley, mais pas vraiment surpris. Par contre, la ruée pour les concerts de Newcastle et de Manchester surpassa nos rêves les plus fous... Tout cela montre qu’après quinze ans, la popularité de Queen continue de grandir ! ». À la fin des shows, Freddie se pavane sur scène dans une longue cape de velours rouge, une couronne en or sur la tête (et des Adidas™ aux pieds !). Le mauvais goût érigé en art, comme toujours. Le public est ravi.

Un des sommets de la tournée sera atteint à Wembley, pour deux shows les 11 et 12 juillet devant 150.000 personnes, suivi d’une fameuse party donnée au Roof Garden où les hôtesses sont entièrement nues, et où le groupe jamme avec Samantha Fox (!) et Gary Glitter. Ces concerts sont inoubliables, avec en lever de rideau des artistes comme Status Quo, The Alarm ou INXS. Gavin Taylor filma le concert de Wembley et l’enregistrement qui en résulta eut un immense succès. Plusieurs années après sa disparition, les images de Freddie parcourant la scène coiffé de sa couronne et vêtu d’hermine rouge et blanche, subsistent encore dans biens des cœurs et des mémoires.
Queen sera aussi le premier groupe de rock à donner un concert en Hongrie. Ils jouent au Nepstadion de Budapest devant 80.000 fans en délire, qui connaissent toutes les paroles des chansons. Une vidéo immortalisera cet événement : Live In Budapest.

Enfin, pour la dernière date de la tournée, le 9 août à Knebworth, 120.000 spectateurs se pressent pour acclamer leurs héros (avec Status Quo et Big Country en première partie), la plus grosse audience payante du groupe en Angleterre. Mais ce concert, A Night Of Summer Magic, sera aussi le dernier jamais donné par Queen. Le public ne le sait pas, le groupe non plus, sauf probablement Freddie...
La conclusion de cette année de tous les succès sera la parution de Live Magic, le 1er décembre 1986, le deuxième album live dans la carrière de Queen, qui reprend des enregistrements réalisés pendant la tournée. À côté des classiques incontournables des concerts du groupe déjà présents sur Live Killer (Bohemian Rhapsody et sa section play-back, Tie Your Mother Down, toujours aussi efficace, et évidemment We Will Rock You, We Are The Champions et God Save The Quen enchaînés au final), on retrouve avec plaisir une version énergique de Seven Seas Of Rhye, ainsi que bon nombre de morceaux des années 1980 (Under Pressure, Another One Bites The Dust, que le groupe a toujours eu du mal à bien « faire sonner »live, I Want To Break Free, Radio Ga Ga, morceaux qui prennent ici une coloration plus rock, et le très heavy Hammer To Fall). Enfin les quatre extraits de A Kind Of Magic sortis en single sont évidemment présents.
S’il n’est pas indispensable, cet album ravit les fans du groupe. Sans même qu’un single en soit extrait, il atteint la troisième place des charts britanniques (il ne sortira pas aux États-Unis) et reste classé 40 semaines !
Avec l’année 1986, c’est aussi une époque qui se termine. Celle d’un groupe enchaînant depuis 15 ans, et sans grand répit, albums et tournées avec un succès grandissant jusqu’à en devenir planétaire, total et indiscutable. Mais l’histoire de Queen n’est pas terminée pour autant.



[1Sources :

LIVRES

  • Queen, Benjamin Cuq, guides musicbook, 2004
  • Queen la reine du spectacle, Arturo Blay, collection images du rock, La Mascara, 1996
  • Queen l’opéra rock, Stan Cuesta, Albin Michel/Rock & Folk, 1996
  • Queen, Mick St.Michael, Hors Collection, 1995
  • Le Mythe de Freddie Mercury, Simon Boyce, éd. Gremèse, 1997

VIDEOS

  • Freddie Mercury, The Untold Story
  • Music Planet vol 1 et 2, diffusés sur Arte en 1997
  • Champions Of The World, Rudi Dolezal et Hannes Rossacher, DoRo Production for Queen Films, 1995
  • Greatest Flix 1 et 2
  • Magic Years vol. 1, Rudi Dolezal et Hannes Rossacher, DoRo Production, 1987

Vos commentaires

  • Le 21 janvier 2012 à 17:26, par Margaret En réponse à : Sa Majesté : Queen

    J’aime Queen depuis de nombreuses années.J’ai peine pour ce pauvre Freddie, il était jeune pour partir... Bryan, Roger et John chacun dans leur discipline sont sublimes !!!!Ils formaient un groupe hors du commun. J’ai lu beaucoup de livres sur l’un et l’autre, ils restent de grands musiciens. Certes ils ont beaucoup travaillé mais le résultat est là. Je déplore le décès de notre Freddie.

    Queen ts les 4 sont des GRANDS !!!!!!!

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom