Portraits
Sa Majesté : Queen

Sa Majesté : Queen

par Psychedd, Our Kid, Milner le 23 mai 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 The Show Must Go On

Quant à John...il va bien (air connu). Il déclare en 1992 : « En ce qui concerne Queen, c’est terminé. Il n’y a aucune raison de continuer. Il est impossible de remplace Freddie ». Peut-être le compliment ultime, de la part d’un homme aussi peu bavard.
Fin ? Non. Car depuis 1993, les trois hommes continuent à travailler ensemble sur un projet : le dernier album de Queen avec Freddie Mercury !
Roger disait, fin 1994 : « Nous avons beaucoup enregistré après Innuendo. En fait, nous avons embrayé directement, Freddie voulait continuer à travailler...Alors nous avons enchaîné les sessions. Nous avions commencé à Montreux quand Freddie était encore en vie, mais nous n’y sommes pas retournés, en fait nous avons vendu le studio. Ensuite, nous avons travaillé chez moi ou chez Brian et un peu à Abbey Road. Nous continuons à arranger et mixer ces morceaux. Ce sera définitivement le dernier album de Queen avec Freddie Mercury. On n’y a pas touché pendant très longtemps. Nous ne voulions pas vraiment... Maintenant, nous sommes en train de travailler dessus tous les trois. Savoir si nous retravaillerons ensemble ensuite, je ne sais pas. Vraiment pas. ».

Au cours du réveillon de Noël 1990, Freddie et Roger avaient décidé de retourner en studio. Les séances avaient si bien marché, le niveau créatif avait été si élevé que Freddie poussa le groupe à continuer... tant qu’il en aurait la force. Il fallait faire vite : « Quand on a fait ces nouvelles chansons après Innuendo, on en avait parlé entre nous et on savait que c’était du « temps prêté » car les médecins disaient que Freddie n’en avait plus pour très longtemps. Notre plan était d’y aller chaque fois que Freddie se sentirait assez bien. On a vécu là-bas quelque temps, toujours dans l’attente de la sonnerie du téléphone et de la voix de Freddie disant : oui, aujourd’hui, je peux venir quelques heures.

JPEG - 25.1 ko
Les trois survivants au travail

Et alors, on faisait le maximum possible avec lui. Il avait le moral... Il répétait : je ferai tout ce que je pourrai, vous n’avez qu’à écrire des paroles, encore des paroles, et c’est ce qu’on a fait. Bien sûr, il ne pouvait pas connaître le jour de sa mort, et nous non plus, alors on travaillait simplement un petit peu, encore un peu, et encore. On a eu des moments merveilleux, vraiment », révéla Brian.

L’album sort finalement le 6 novembre 1995 et s’intitule Made In Heaven. Il contient onze titres dont quatre sont déjà connus des fans dans d’autres versions, ainsi Made In Heaven et I Was Born To Love You figuraient tous deux sur l’album solo de Mercury, Mr Bad Guy. Mais le traitement en est totalement différent. On retrouve aussi Too Much Love Will Kill You, présent sur l’album solo de Brian, Back To The Light, cette fois-ci chantée par Freddie et Heaven For Everyone, le premier single extrait de ce disque, une chanson de Roger qui figurait sur l’album de The Cross en 1987, mais déjà chantée à l’époque par Freddie, venu donner un coup de main à son vieux complice. Ce titre était déjà sorti en single en 1988 et les trois musiciens ont choisi de conserver la prise de voix d’origine. Mais la vraie surprise, ce sont ces morceaux inédits, enregistrés après Innuendo qui font de Made In Heaven un album qui a sa place aux côtés des autres disques de Queen, et il clôt en beauté le dernier chapitre d’une histoire unique qu’on aurait souhaité bien plus longue. Trois singles sont extraits du disque : Heaven For Everyone, A Winter’s Tale pour Noël 1995 et, en mars 1996 You Don’t Fool Me. Les membres du groupe eurent d’ailleurs la bonne idée de proposer la réalisation de ces vidéo-clips par une poignée de jeunes réalisateurs britanniques, le tout sous l’égide du British Film Institute. Autant dire que l’on remarque très peu la présence de Queen à travers ces images.
Au début de cette année-là, les organisateurs de la cérémonie des Brit Awards décidèrent la création d’un nouveau prix en souvenir de Freddie Mercury - The Freddie Mercury Award - qui sera octroyé aux artistes ayant travaillé pour des causes humanitaires et sociales. Il s’agit d’un autre hommage à l’une des figures les plus emblématiques de la musique moderne. Pas mal pour un homme qui décrivait ses chansons comme de la pop jetable...comme des rasoirs Bic™.

Le 24 novembre 1996, à l’occasion du cinquième anniversaire de sa mort, la ville de Montreux a érigé, face au lac, sur la place du marché, une statue de bronze à son effigie grandeur nature. Tant d’honneurs qui laissaient de marbre Mercury de son vivant. D’ailleurs, il n’a jamais été aussi honnête que lorsqu’on lui posait la question si, selon lui, la musique de Queen arriverait à passer l’épreuve du temps. Il répondait laconiquement : « Je m’en fous royalement puisque je ne serai plus de ce monde pour m’en soucier ! ».

Le 20 février 1997 se tient la première du spectacle du chorégraphe Maurice Béjart, à Paris, au Presbytère. L’artiste livre un spectacle anti-sida nommé Ballet Pour La Vie dédié au danseur Jorge Donn et à Freddie Mercury. La musique de Queen se mêle à celle de Mozart. Pour Béjart, cette union musicale était le symbole du génie foudroyé trop tôt, Mercury étant décédé à 45 ans et Mozart à 35. Les costumes furent dessinés par Gianni Versace. De cette création, Béjart déclara lui-même : « Mes ballets sont des rencontres entre la musique, la vie, la mort, l’amour. Toute cette réunion produit la danse. Et la musique de Queen se prête très bien à cela. Imagination, violence, humour, amour : tout y est. J’adore Queen. Le groupe m’inspire, il me guide dans cette époque de désolation. Au paradis, je suis sûr que Freddie Mercury joue du piano avec Mozart ».

Si on analyse les vingt dernières années qui ont suivi sa disparition, force est de constater que Queen n’a jamais été aussi présent. Tout au long des années 1990, la musique du groupe a été compilée et restaurée avec une telle régularité qu’il y eût rarement un moment où le quatuor était absent des charts. À la sortie de la compilation Queen Rocks de 1997 (où figurait l’émouvante ballade hommage à Mercury No-One But You, la dernière chanson composée par les trois membres restants), un Greatest Hits III lui répondait deux années plus tard, toujours histoire de faire découvrir le répertoire hors-norme des Anglais à une jeune génération. Plus récemment, la comédie musicale We Will Rock You, écrite par l’acteur britannique Ben Elton et co-produite par Robert De Niro, a été un franc succès à travers trois continents.

Dans les années qui ont suivies la disparition de Mercury, des rumeurs insistantes sur une reformation de Queen refaisaient la une de l’actualité sans pour autant se concrétiser. Après tout, comme le disait si bien l’ami Elton John : « Pour les trois autres membres du groupe, ça doit être exactement comme garder une Ferrari dans son garage et ne plus pouvoir être capable de la conduire ». En 2002, Brian May intervenait dans le même sens lorsqu’il fit remarquer : « Comment voulez-vous remplacer l’irremplaçable ? ». En effet, si un groupe se caractérise volontiers par son chanteur, il s’agit bien de Queen. De nombreuses formations ont déjà par le passé fait le choix de poursuivre l’aventure musicale avec un autre leader à sa tête. On peut citer pêle-mêle Pink Floyd, Black Sabbath, Genesis, Joy Division et The Doors. Pourtant en 2004, quelle ne fut pas la surprise pour les fans quand on apprit que le groupe allait reprendre la route en compagnie du chanteur Paul Rodgers (ancien vocaliste de Free et Bad Company) ! « Au cas où vous vous poserez des questions, ce n’est pas pour le fric. Les gars de Queen n’en ont pas vraiment besoin et moi, non plus. On fait ça juste parce qu’il y a une étincelle créative. C’est sur la musique, seulement sur la musique » rétorquait Rodgers. May était peut-être encore plus explicite : « Cela ne regarde personne d’autres que nous. Bien sûr, on s’attend à être descendu en flêche par la presse. Mais, bon, vous savez, ma vie entière a pratiquement été jalonnée par ses critiques donc je commence à m’y faire. Après tout, si vous pensez que vous allez détester, ne venez pas nous voir sur scène. » Queen est le genre de groupe que les gens aiment adorer ou détester. Peut-être que c’est une bonne chose.

JPEG - 21.5 ko
Paul Rodgers, digne héritier de Mercury ?

Minoré de John Deacon à la basse, le « nouveau » groupe entame alors une tournée britannique puis s’attaque ensuite à la sempiternelle visite des quatres autres continents, pour une réussite qui ne se dément finalement pas encore. Un disque en public de la reformation parait même peu de temps après et symbolise à merveille la nouvelle donne : les concerts se caractérisent par un mélange de chansons de Queen ainsi que celles de Paul Rodgers.

L’honnêteté de la démarche du combo devait porter à réfléchir ceux qui voyait en lui un groupe vide et qui a délivré la totalité de son message musical. La preuve en est que les deux derniers membres historiques de Queen décident de retourner en studio, chose qu’ils font en août 2006, accompagnés de Paul Rodgers mais privés définitivement de Deacon qui a raccroché pour de bon. Quinze ans après les dernières séances qui aboutiront à Made In Heaven - si on excepte la réunion le temps de No-One But You - Queen tourne définitivement la page Freddie Mercury et, même si le nom reste, c’est bien un autre groupe qui s’apprête à enregistrer un effort studio. Comme d’habitude avec Queen, nul doute que nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

 [1]



[1Sources :

LIVRES

  • Queen, Benjamin Cuq, guides musicbook, 2004
  • Queen la reine du spectacle, Arturo Blay, collection images du rock, La Mascara, 1996
  • Queen l’opéra rock, Stan Cuesta, Albin Michel/Rock & Folk, 1996
  • Queen, Mick St.Michael, Hors Collection, 1995
  • Le Mythe de Freddie Mercury, Simon Boyce, éd. Gremèse, 1997

VIDEOS

  • Freddie Mercury, The Untold Story
  • Music Planet vol 1 et 2, diffusés sur Arte en 1997
  • Champions Of The World, Rudi Dolezal et Hannes Rossacher, DoRo Production for Queen Films, 1995
  • Greatest Flix 1 et 2
  • Magic Years vol. 1, Rudi Dolezal et Hannes Rossacher, DoRo Production, 1987

Vos commentaires

  • Le 21 janvier 2012 à 17:26, par Margaret En réponse à : Sa Majesté : Queen

    J’aime Queen depuis de nombreuses années.J’ai peine pour ce pauvre Freddie, il était jeune pour partir... Bryan, Roger et John chacun dans leur discipline sont sublimes !!!!Ils formaient un groupe hors du commun. J’ai lu beaucoup de livres sur l’un et l’autre, ils restent de grands musiciens. Certes ils ont beaucoup travaillé mais le résultat est là. Je déplore le décès de notre Freddie.

    Queen ts les 4 sont des GRANDS !!!!!!!

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom