Portraits
The Beatles, mythe ou réalité ?

The Beatles, mythe ou réalité ?

par Psychedd le 25 novembre 2008

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail
  Sommaire  

En Angleterre d’ailleurs, tout s’enchaîne affreusement mal pour Brian Epstein qui vient de perdre son père et qui sent qu’il perd son groupe... Groupe qui s’est joint aux Stones pour le morceau We Love You, qui sort en single le 18 août et qui est salué comme un monument psychédélique. Le 24, les Beatles sans Ringo, mais avec Marianne Faithfull et Mick Jagger se rendent à une conférence du Maharishi à Londres. Apparemment intéressés par ce que le gourou a à proposer, ils partent dès le lendemain pour Bangor, au Pays de Galles, pour apprendre la méditation transcendantale.

Le 27 août, Brian Epstein meurt d’une overdose de barbituriques. On ne sait pas si c’est un suicide ou un accident. Quand les Beatles apprennent la nouvelle, ils sont complètement catastrophés, John surtout a l’air parfaitement désorienté par ce qu’il vient d’apprendre. La mort de Brian signe le début de la fin. Le groupe décide qu’il va gérer lui même ses affaires dorénavant, mais sans Epstein, qui plus qu’un manager, était comme un ange gardien, comment cela va-t-il évoluer ? À partir de ce moment, tout va commencer à dégénérer très vite. Dès que le fric, hélas, fait son apparition fracassante et que les intérêts personnels entrent en jeu, avant les intérêts collectifs...

Pour tenter de faire passer la pilule, les Beatles se replongent dans le travail et décident qu’ils vont concrétiser le projet Magical Mystery Tour
Chose faite le 11 septembre, date à laquelle le Magical Mystery Tour Bus, qui rappelle un peu celui de ces tarés de Merry Pranksters, roulant aux USA, dans l’espoir de répandre le LSD. Paul gère tout et les autres suivent, moyennement convaincus de l’utilité finale de ce projet. Surtout qu’artistiquement, c’est pas évident. Plutôt que de n’embaucher que des acteurs professionnels, il arrive que le casting se fasse direct dans la rue et très vite, ça ne ressemble plus à rien...

JPEG - 17.7 ko
Sur le tournage de Magical Mystery Tour 1967

Le bus provoque des bouchons, les quatre garçons ne sont toujours pas acteurs et en plus ils doivent apprendre une chorégraphie pour Your Mother Should Know... Mais c’est pas grave tout ça, Paul dit que c’est de l’art. Et en plus Lennon écrit I Am The Walrus et rien que pour ça, on est prêt à tout leur pardonner.

Quand il y a relâche dans l’emploi du temps, George et John passent à la télé pour parler méditation transcendantale. Au mois d’octobre, le promoteur américain Sid Bernstein, qui n’avait pas réussi à convaincre Brian, se dit qu’il va tenter directement avec les principaux intéressés. Raté, le groupe refuse sa proposition d’un million de dollars pour revenir au Shea Stadium.

Le 11, Yoko présente une expo financée par Lennon. Le 17, le groupe assiste à une cérémonie en mémoire de Brian. Le lendemain, c’est la première de How I Won The War. Et puisque chacun fait son truc en solo, Harrison se retrouve en charge de créer la bande originale du film Wonderwall, les Bee Gees ayant décliné l’offre. Le 30, Paul va à Nice pour filmer la scène de The Fool On The Hill. En arrivant à la douane, il n’a pas de passeport. En arrivant sur les lieux du tournage, il n’a pas les bons objectifs pour les caméras. En arrivant dans un magasin pour en acheter de nouveaux, il n’a pas de fric. Il débourse quatre mille livres pour pas grand chose et rentre, content de la prise, le lendemain...

Au mois de novembre le film est enfin terminé et Paul participe au montage. Puis pour la dernière fois de leur carrière, le groupe enregistre un single de Noël pour leurs fans. Ringo part en Italie pour tourner dans le film Candy. Le 5 décembre, John et George présentent la boutique Apple au nom des Beatles. La boutique Apple ? Encore une nouveauté qui sert surtout à éviter les problèmes fiscaux (dont ils doivent bien avoir l’habitude maintenant !) mais aussi une idée ambitieuse permettant aux Beatles d’avoir leur propre maison d’édition, afin de mieux gérer leurs rentrées d’argent (argent qui commence plus à sortir qu’à rentrer). Mais voilà, Apple, c’est surtout un projet complètement utopique. Fait pour aider les jeunes artistes pas connus, certes, mais le mode de gestion utilisé n’est pas vraiment celui qu’il faut. Les Beatles sont musiciens, pas businessmen. Et ce n’est pas parce que Brian avait commencé à faire n’importe quoi qu’ils vont faire mieux... En fait, ils sont tellement contents à l’idée de dénicher de nouveaux talents, qu’ils réussissent surtout à dénicher tous les escrocs existants en Angleterre, et se font plumer à cause de leur naïveté presque touchante. Une boutique ouvre sur Baker Street et les voisins râlent à causent de la façade un peu trop psyché à leur goût... Le 25 décembre, Paul et Jane annoncent leurs fiançailles à la famille et aux amis proches (ça rappelle quelque chose non ?)

Le lendemain, Magical Mystery Tour passe sur la BBC devant des spectateurs qui se demandent ce que c’est que ce truc. Les critiques, horrifiées, descendent le truc en question. La carrière de réalisateur de Paul s’arrête à partir de ce moment...Ça commence à sentir mauvais, et les conflits internes vont se faire de plus en plus nombreux...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom