Portraits
The Stone Roses : une légende taillée XL

The Stone Roses : une légende taillée XL

par Our Kid le 25 octobre 2005

Alors que Manchester et l’Angleterre sont orphelins de The Smiths, un groupe va réussir en une année à redonner la joie de vivre au royaume et à créer une nouvelle scène musicale, la scène baggy.

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Le début de la fin

Pour son retour sur le devant de la scène, le groupe engage un nouveau manager, Doug Goldstein, celui qui a conduit Guns’N’Roses au sommet, avec le but de faire tourner le groupe aux États-Unis et d’accroître encore plus la réputation de Geffen comme dénicheur de talents. Alors que les tournées se profilent, la maison de disques met en février 1995 sur le marché Ten Storey Love Song, extrait de Second Coming et qui est peut-être le choix le plus pop du double album, le plus diffusable et le moins déroutant ; bref, le single idéal.

En avril, à l’entame de la tournée européenne, un coup dur retentissant secoue le groupe et son encadrement : le batteur Reni annonce son intention de quitter The Stone Roses et l’annonce de façon définitive dans les colonnes de l’hebdomadaire NME : « Ca y est maintenant, j’ai quitté le groupe. Je ne suis plus le batteur. Il se passe d’autres choses mais dorénavant je ne suis plus le batteur », tout en précisant ses motivations : « Je dois faire des priorités en ce moment. Je n’ai pas vu ma fille depuis quatre semaines et elle me manque. J’ai besoin de m’en aller et de la voir ». Dix jours avant de prendre la route, le groupe perd définitivement un élément moteur, l’âme de The Stone Roses, son musicien le plus doué mais également le plus frustré. L’attitude de Squire durant l’enregistrement de Second Coming, les longues vacances et les soucis judiciaires qui ont jalonné les quatre dernières années ont finalement eu raison de Reni qui, semble-t-il, aurait « ouvert les yeux » et relativisé son statut de musicien star.

Alors que cette perte aurait handicapé plus d’un groupe, The Stone Roses, devant les perspectives alléchantes qu’engendrent les tournées et le regain d’hystérie dont il fait de nouveau l’objet, décide de maintenir les dates et de se présenter le 19 avril à Oslo avec le batteur de studio Robbie Maddix pour compléter son orchestre. Malgré ce remplacement, la tournée continentale se présente plutôt bien et le groupe joue souvent à guichets fermés. Pour fêter son retour sur le devant de la scène, les organisateurs du festival de Glastonbury, événement prisé par tous les musiciens britanniques, invitent le groupe à se produire dans la campagne anglaise le 24 juin et ce, en tant que tête d’affiche où il doit côtoyer Oasis notamment.

Ce qui doit marquer le retour en grâce du groupe et l’assurance de son standing retrouvé va finalement constituer un échec de plus. Le groupe n’avait plus joué au Royaume-Uni depuis cinq ans mais sa prestation annoncée fut finalement annulée purement et simplement ! La raison est pourtant logique : Squire s’est blessé quelques semaines auparavant lors d’une chute à vélo et s’est fracturé la clavicule, l’empêchant de tenir une guitare. Bien que maintenue un temps, la participation au festival fut finalement annulée lorsqu’il s’avéra que la blessure était plus sérieuse que prévue.

JPEG - 10.7 ko
de gauche à droite : Maddix, Mani, Brown et Squire

The Stone Roses différèrent donc leur retour pour la fin de l’été en promettant d’autres dates mais cette annulation ne put empêcher les fans d’exprimer leur colère. La saison des festivals se poursuivit néanmoins pour le groupe, les concerts s’effectuaient dans de bonnes conditions et les foules, extatiques, avaient le droit à une prestation de choix regroupant tous les tubes du groupe. La set list type des quatre pour cette année-là était souvent la suivante : ouverture du concert avec la « sainte trinité » I Wanna Be Adored, She Bangs The Drums et Waterfall puis enchaînement avec Ten Storey Love Song, Daybreak, Your Star Will Shine, Tightrope et Love Spreads du dernier album puis une fin glorieuse avec deux sommets de The Stone Roses, Made Of Stone et I Am The Resurrection, pour environ une heure de musique.
En novembre 1995 paraît Begging You, nouveau single mis sur le marché avant une série de concerts en Angleterre et au sortir d’une tournée annulée en Amérique du Nord et en Australie, Geffen n’ayant pu réussir son pari d’imposer le groupe au pays de l’Oncle Sam. Depuis le mois de juillet, les quatre ne se sont que très peu reposés mais les engagements se multiplient et l’année 1996 offre au groupe de nouvelles opportunités de se produire.

Cela devient récurrent depuis un certain moment mais lorsque le printemps arrive, un coup dur s’abat sur les Mancuniens sans prévenir. Ce coup-ci, la nouvelle fait l’effet d’une bombe lorsqu’elle est révélée, obligeant même Jo Whiley à interrompre son émission de Evening Session du 25 mars sur Radio 1. Il s’agit du départ de Squire de The Stone Roses. Les membres du groupe, prévenus le 21 mars restèrent complètement choqués par cette annonce qui a été officialisée lors d’un communiqué de presse du guitariste le 1er avril (!) : « Après une longue délibération, c’est avec regret que j’annonce ma décision de quitter The Stone Roses. [...] et je vois cela comme la conclusion inévitable de la séparation musicale et sociale graduelle que nous avons subis durant les dernières années (...) ».
Cette séparation devenait logique si on repense aux tensions qui avaient accompagné l’enregistrement de Second Coming, puis l’éviction de Reni, ce qui donnait au guitariste l’impression qu’il ne faisait plus tout à fait partie du même groupe. À cela s’ajoutent ses problèmes de cocaïne et sa volonté de jouer du rock, là où Brown et Mani voulait orienter la musique vers de l’électronique.

Le reste du groupe publie également un communiqué où il annonce qu’il continuera même s’il reste surpris de la décision de Squire. Au passage, les musiciens présentent Nigel Ipinson, ancien clavier d’OMD et qui accompagnait le groupe en concerts l’année passée, comme membre à part entière des Stone Roses. Avec ce forfait imprévu qui tombe sur les Mancuniens, il va sans dire que les dates de concerts sont annulées et le groupe passe plusieurs mois à engager un nouveau guitariste pour composer une poignée de chansons. Cependant, dans leur malheur, les musiciens se voient offrir une occasion inespérée de participer aux grands festivals de l’été puisque celui de Reading se propose de les placer en tête d’affiche pour l’évènement du 25 août, aux côtés de Rage Against The Machine, Sonic Youth, Black Grape ou encore Garbage, pour ce qui doit être leur premier concert de l’année.



[1Références bibliographiques :

  • Magazines : Q Magazine, Loaded, New Musical Express
  • Ouvrage : From Joy Division To New Order : The True Story Of Anthony H Wilson And Factory Records de Mick Middles, ISBN 0 7535 0638 6

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom