Focus
Les stades sont vides et c'est pas prêt de changer !

Les stades sont vides et c’est pas prêt de changer !

par Our Kid le 20 février 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Trop longtemps que ça dure ! À quand le moment où on ira dans une enceinte sportive et que l’on aura une ambiance différente de celle qui y règne actuellement ? Il faut le dire : le public français manque cruellement d’imagination en ce qui concerne les encouragements de ses sportifs préférés. Il en devient même la risée de ses voisins européens, chez qui l’action de supporter se traduit par un réel engouement populaire et tout un attirail bien spécifique : chant à la gloire de tel ou tel sportif, hymne de clubs ou bien encore une petite gestuelle appropriée.

Les supporters des sports collectifs de clubs sont ici directement concernés. Aucun club ne peut se vanter de disposer de chants propres et originaux dédiés à l’un de ses joueurs ou ex-joueurs, d’hymne particulier à résonnance populaire. En France, on n’a rien de tout ça. Par contre, nos voisins anglais sont allégrement pourvus : le club de football du Liverpool F.C dispose d’un hymne mondialement connu, You’ll Never Walk Alone, popularisé par Gerry & The Pacemakers, figures emblématiques de la pop britannique des années 1960. Le titre du morceau est même inscrit sur un mur, à l’entrée du stade ! Outre-Manche, sport et musique sont associés car provenant de le même base populaire. Ainsi, lorsque des groupes sortent des morceaux à succès, on trouve rapidement une version adaptée dans le monde du sport. Remontons dans le temps. Par exemple, en 1966, sort le single Sha-La-La-La-Lee des Small Faces. Peu de temps après, une version est adoptée par les supporters du club londonien de football, Tottenham Hotspurs pour saluer leur capitaine Alan Mull-Mull-Mull-Mull-Mull-la-ry. Cette même année, les supporters du club de foot de Liverpool transforme le tube des Beatles Yellow Submarine pour lui adjoindre les paroles suivantes :« We all live in a red and white kop, a red and white kop ». Même le morceau All Together Now de ces mêmes Scarabées est devenu un hymne de football.

L’exemple le plus frappant est la double face A We Are The Champions / We Will Rock You de Queen, morceaux écrits spécialement dans l’idée d’en faire des hymnes sportifs car « c’est une chanson de gagnant » avait précisé le chanteur du groupe. De nos jours, ce morceau est plus que jamais la référence incontournable des grandes manifestations sportives (Jeux Olympiques, Championnats du monde...). Plus récemment, on a eu le droit à l’utilisation du Go West des Pet Shop Boys qui a même connu une carrière en France, ce qui n’est pas rien. Le problème du supporter français réside dans le fait que par manque de créativité, un hymne spécifique à un sport ou une équipe est rapidement repris par les supporters des autres clubs, mêmes par les clubs ennemis ! Un truc inconcevable ailleurs... Tout le monde connait la chanson des Verts de Saint Étienne (« Qui c’est les meilleurs évidemment c’est les Verts... »), tous les clubs se sont appropriés le I Will Survive du Hermes House Band et puis maintenant, quand ce n’est pas le « Oh Hisse E***** ! » qui accompagne le dégagement du gardien de foot, on a le droit au plus que recyclé « Qui ne saute pas n’est pas... », d’une banalité affligeante.

Ainsi, il faut lancer un appel aux artistes qui soutiennent une activité sportive et que l’on retrouve dans les enceintes, on sait qu’ils existent, on les connait et parfois ils montent sur scène avec des tenues le rappelant. Mickey 3D a tenté de montrer la voie. Problème, sa chanson sur Johnny Rep (ancien joueur du club de foot de Saint Étienne) n’est pas transposable ailleurs... Par pitié, que chaque club ou sport se trouve un artiste susceptible de composer un morceau qui sera par ailleurs associé à ce club ou à ce sport, sans avoir à emprunter la chanson du voisin pendant 30 ans sans en changer car, avouez que dans un stade, quand les supporters de deux équipes se répondent en canon, ça fait tâche quand même. À bon entendeur, la Coupe du Monde de football approche et Johnny nous a fait perdre en 2002, donc...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom