Focus
Qu'en est-il des assos ?

Qu’en est-il des assos ?

Le monde associatif en danger

par Arnold le 20 septembre 2005

Le monde associatif en France est extrêmement développé. C’est un monde qui n’est pas basé sur le profit. Un monde où « solidarité » est plus qu’un simple mot mais un principe de vie. Un monde qui emploie aussi des milliers de personnes. C’est un monde essentiel et indispensable pour une vie en société convenable.

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

N’importe qui en France peut monter une association. Que ce soit pour soutenir Mumia Abu Jamal condamné à mort aux USA, pour réunir les victimes du sang contaminé, pour mener une action culturelle, ou sociale, pour protéger des animaux, ou tout simplement des associations de quartiers... Elles sont des milliers en France, qui en plus embauchent des milliers de jeunes, souvent en contrats aidés.

C’est aussi un secteur très difficile. Étant basées sur un système non lucratif, les associations doivent souvent lutter pour joindre les deux bouts et rester en vie dans un monde où seuls les bénéfices comptent. Depuis trois ans, elles ont de plus en plus de mal à tenir le coup : les subventions de l’État baissent de moitié, les emplois jeunes disparaissent et sont remplacés par un système qui y ressemble beaucoup mais en moins avantageux. Pour les associations du domaine culturel, c’est encore pire puisque la culture n’est pas une priorité de nos dirigeants.

Mais attendez, ce n’est pas fini. La dernière nouvelle en date, c’est que PLUS AUCUNE association ne touchera de subventions de l’État [1], exceptées les associations du domaine social (Eh oui, ces associations assument une action qui devrait être celle de l’État, ça les arrange...). Et cela ne semble pas s’arrêter là puisque ces directives pourraient bien s’étendre aux conseils généraux et régionaux... Les mairies quant à elles ne sont pas non plus en mesure de subventionner chacune de leurs associations. Il existe actuellement 148 000 associations à vocation culturelle. Des experts parlent déjà de la disparition de près de 70 000 d’entre elles dans les mois où les années à venir [2]. Une véritable hécatombe ! Et ces chiffres que je viens de donner concernent uniquement le domaine culturel ! Le milieu associatif est littéralement pris à la gorge. Déjà, certaines associations ne sont plus capables d’assurer la location de leurs locaux et se retrouvent à la rue.

Plusieurs associations se sont regroupées dans un collectif appelé « Assos en Danger » en 2004. Il appelle à des tables rondes, des discussions avec les responsables... Il a même manifesté maintes fois devant les ministères, mais comme à son habitude depuis 3 ans, le gouvernement n’écoute pas ces « braillards » qui descendent dans la rue pour exprimer leur ras le bol... Déjà qu’ils font la sourde oreille devant le langage des urnes... Mais le collectif persiste et tente d’alerter l’opinion publique ce qui est loin d’être gagné...

Mais à quoi cela rime-t-il ? C’est une perte énorme pour la société entière. Sur le plan culturel dans un premier temps... Il existe une multitude d’associations culturelles, qui offrent une alternative de choix à ce qui est proposé dans le bocal à conneries posé en face du canapé. Ces associations organisent des spectacles, des festivals, diverses actions culturelles à des prix abordables. Même si tout le monde n’est pas adhérent dans une association, tout le monde va au moins, une fois de temps en temps, par curiosité, pour s’enrichir l’esprit, à un festival, un petit concert caritatif du village, un repas de quartier, que sais-je encore... Il y rencontre du monde, discute, échange ses impressions, ses idées, partage ses passions... Si les associations disparaissent, tout cela disparait avec. Les gens n’auront plus autant l’occasion de sortir et de rencontrer du monde. Nous allons vers une société de plus en plus individualiste.

Et tout ça pour quoi ? Où va cet argent qui jusqu’alors subventionnait les milliers d’associations ? Où va-t-il être réinvesti ? En tout cas, une chose est sûre, c’est que personne n’en parle, et personne ne réagit... Un beau gâchis...



[1au moins celle qui dépendent du Ministère de la Jeunesse et des Sports d’après mes informations.

[2sans compter que le statut d’intermittent du spectacle n’arrange pas les choses

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom