Sur nos étagères
Radio Silence

Radio Silence

Steeple Remove

par Arnold le 31 octobre 2006

4

sorti le 23 octobre 2006 (Third Side Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Un an et demi après leur premier EP chez Third Side Records, le combo rouennais revint sur le devant de la scène pour un résultat en trois actes : censé paraitre en février 2006, puis reporté fin août, c’est finalement en octobre de la même année que sort Radio Silence. Il est plus rock que le précédent EP, avec pourtant la même recette : des guitares grinçantes et planantes. Mais cette fois, l’ambiance est moins calme, moins atmosphérique. Fort de ses influences allant de My Bloody Valentine à Brian Eno, le groupe part en live dans des délires naviguant entre psychédélisme, shoegaze et krautrock. Un mélange étrange mais efficace.

Bon évidemment, ne vous attendez pas à les voir débarquer sur les ondes françaises. Leur délires sonores ne détrôneront pas le college rock à deux balles ou bien les éternels chanteurs pour bobos... Et pourtant, il y a bien un ou deux titres qui sont des tubes en puissance. Enfin entendons nous, je ne parle évidemment pas de tubes FM. Mais de morceaux vraiment efficaces, qui vous font opiner du chef sans vous en rendre compte, du genre à vous rester dans les tripes. Desorient Express par exemple. Un petit riff d’entrée soutenu par une rythmique martelée et des nappes de guitares saturées et vous voilà déjà en transe. Et puis surtout Love Machine, riche en variations d’intensité et extrêmement bien construit. L’intensité monte par palier, se calme régulièrement, alors que l’ambiance se fait de plus en plus électrisante. Le morceau se termine en pleine transe, dans un délire de guitares psychédéliques.

À côté de ces tubes en puissance, le groupe sait poser des morceaux plus calmes, sans enlever quoique ce soit à l’atmosphère envoutante de la musique. Si l’auditeur peut se retrouver dans une transe frénétique sur Love Machine, il peut tout aussi bien se renfermer sur lui-même, dans un état cotonneux et confortable, sur des morceaux comme Radio Silence ou Indoor Reptile ... Free Open Tune est plus épuré avec une ligne de basse hypnotisante. Et pour ne pas en rester là, le disque se clôt sur neuf minutes de musique ambiante... Neuf minutes où la tension redescend, où l’auditeur se pose et savoure. Il flotte alors au dessus dans les nuages, au dessus des clochers... il déplace les clochers...

Avec Radio Silence, Steeple Remove signe un deuxième album d’excellente qualité, montrant sa capacité à assimiler ses influences pour un résultat excellent.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Theme I (1’35«  »)
2. Gonzo Gazing (4’26")
3. Desorient Express (3’24")
4. Radio Silence (4’39")
5. Free Open Tune (4’56")
6. Love Machine(3’07")
7. Indoor Reptile (4’06")
8. Hyperprism (7’07")
9. Infinity Net (3’55")
10. Cathedrale (8’58")
 
Durée totale : 46’13