Interviews
Télescopages

Télescopages

par Aurélien Noyer, Sylvain Golvet le 27 octobre 2008

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Plus que jamais le marché du disque est une jungle, où tout est bon pour se faire connaître. Et quand un groupe n’a pas le soutien d’une maison de disque, il lui est impératif de trouver des alternatives efficaces pour se démarquer des autres. C’est ainsi que l’on a vu émerger MySpace, qui permet de se passer des frais de publicité traditionnels. Mais une carrière, ce n’est pas que de la pub. Dans le but d’aller plus loin que cette recherche de notoriété, des Rennais issus de cette industrie musicale ont décidé de monter PAN !, un collectif de professionnels destiné à aider ces futurs grands artistes à se faire un nom parmi tant d’autres, avec notamment la sortie en mai de la compilation Télescopages, proposée en téléchargement libre sur leur site.
Et puisque l’on est pas à une avancée technologique prêt, c’est donc via MSN que nous discuterons avec François et Christophe, pour qu’ils nous expliquent tout ça.

Inside Rock : Bon et bien commençons par une petite présentation : pouvez-vous vous présenter Télescopages et PAN ! en deux mots ? Date de création, l’idée de départ, etc.

Télescopages : L’idée de cette compilation nous est apparue en novembre 2007 et la première compilation est sortie en mai 2008. PAN ! ayant pour objectif de devenir un collectif qui favorise les rencontres entre musiciens. La compilation Télescopages étant un bon moyen de susciter ces rencontres et bien entendu de présenter leur travail au public.

IR : Du coup PAN ! Qu’est-ce que c’est à la base ? C’est une association, un label, un rassemblement informel ?

T : C’est une association fondée par deux musiciens et un ingénieur du son qui avaient l’envie de partager leurs découvertes musicales.

IR : D’où le projet de compilation... Par ailleurs, les groupes présents sur le disque, vous les rencontrez comment ? Vous les cherchez ? Ils vous trouvent ?

T : Pour cette première compilation, c’est uniquement nous qui sommes allés chercher ces groupes, principalement lors de concerts et via Myspace. Depuis la sortie de ce volume 1, certains groupes s’adressent directement à nous via le site mais nous continuons quand même à fouiller les moindres recoins de Myspace.

IR : Et donc concrètement, comment vous les aidez ? Y a-t-il un contrat ? J’ai vu que vous leur trouvez des concerts, vous les faites enregistrer... Comment ça se passe ?

T : Le seul contrat qu’on leur fait, c’est un contrat de non-exclusivité. Autrement dit, on ne les engage à rien. Pour ce qui est des concerts c’est une de nos activités que nous n’avons pas encore tout à fait développées (bien que nous ayons tout de même trouvé quelques dates pour ces groupes) mais nous allons la développer lors de la sortie de la prochaine compilation, en novembre. Nous inviterons une tête d’affiche à laquelle nous associerons 3 ou 4 groupes de la compilation. Il y a déjà deux groupes de la compilation que nous avons fait enregistrer mais, étant donné que nous montons actuellement un studio, nous comptons bien développer également cette facette.

IR : Donc les titres sur la compilation avaient déjà été enregistrés par les groupes eux-mêmes ?

T : Oui, et ce sera encore le cas pour la deuxième. A noter que notre relation avec ces groupes ne s’arrête pas, s’ils le veulent, à la sortie de la compilation puisque nous souhaitons vraiment créer autour de cette compilation une dynamique de collectif.

IR : Et donc au sein de ce collectif, il y aura tout de même une sorte de « direction artistique » ? Dans le sens où les groupes semblent évoluer dans la même sphère musicale... C’est voulu ou non ?

T : Il y a forcement une direction artistique lorsqu’on choisit des groupes qui nous plaisent, c’est lié à nos goûts musicaux... Ce n’est pas nécessairement voulu. En tout cas on ne se met pas de barrière définie, du style : « Je ne mettrai jamais de hip hop ou d’électro... » Je pense qu’on s’en apercevra dès la prochaine compilation.

IR : Cette compilation est téléchargeable à prix libre, un peu sur le modèle du dernier Radiohead. En quoi est-ce une solution intéressante pour vous ?

T : Ce n’est pas vraiment une solution intéressante pour nous mais plutôt pour le public. C’est difficile aujourd’hui de devoir payer un disque d’artistes qu’on ne connaît pas. Alors laissons le choix aux gens. S’ils veulent découvrir de nouveaux groupes qu’ils téléchargent cette compil’. Ils aimeront, ils n’aimeront pas... S’ils souhaitent soutenir la progression de ces groupes et notre initiative ils peuvent payer ce qu’ils veulent et tout cela sera redistribué entre chaque groupe. On fait ça bénévolement... Le but n’étant pas de se faire de l’argent mais bien d’aider les groupes qu’on aime bien à se faire écouter un peu plus

IR : Et donc, vu l’idée de départ, est-ce que vous pensez que la première compilation a déjà porté ses fruits ?

T : Certainement pas encore assez, mais c’est déjà pas mal en six mois. Certains groupes ont pu faire leurs premiers concerts grâce à nous, d’autres ont été contactés pour de plus gros live. Des rencontres ont eu lieu entre les groupes, qui ont partagé certaines scènes. On aimerait réussir à en faire beaucoup plus mais ça prend déjà beaucoup de temps et d’énergie. C’est de toute façon une idée qui va se développer sur le long terme.

IR : Comment vous définiriez-vous par rapport à l’industrie musicale ? Comme une pépinière à artiste ?

T : On aimerait vraiment réussir à créer un pont entre le monde amateur et professionnel, en y incluant de façon active le public.

IR : Donc si à l’avenir, un des groupes signait avec un label, vous pourriez voir ça comme une réussite ?

T : Oui c’est un de nos objectifs. Mais s’ils ne finissent pas par être signé nous ne considérerons pas ça comme un échec.

IR : Vous êtes basés à Rennes. Est-un handicap, un avantage ?

T : C’est une ville historiquement, et toujours aujourd’hui, tournée vers la découverte musicale. On a le festival le plus défricheur d’Europe avec les Transmusicales, qui nous a certainement beaucoup influencé. On est donc beaucoup moins sensible aux « hype » qu’aux authentiques découvertes. Bien sûr, il est toujours plus difficile d’exister médiatiquement lorsqu’on n’a pas d’adresse parisienne.

IR : D’ailleurs, vous avez pas mal de groupes parisiens sur la compil’. Vous expliquez ça comment ?

T : On en a cinq sur cette première compilation... mais on a aussi quatre groupes bretons. On ne l’explique pas. Paris est une grande ville et a plein de groupes intéressants. On fonctionne au coup de cœur, on ne s’est pas posé la question d’où venaient les groupes. Pour le moment je ne crois pas qu’il y ait de groupes parisiens sur notre prochaine compilation... mais je vérifierai. En revanche on aura beaucoup plus de groupes étrangers. Mais encore une fois ce n’est pas délibéré

IR : Et au niveau de l’aide que vous apportez aux groupes, est-ce qu’il y a une composante « juridique » ? Est-ce que vous les conseillez sur d’éventuels contrats, sur leurs droits d’auteurs, ce genre de choses ?

T : Non, nous ne sommes pas suffisamment spécialiste, même si on commence avoir une certaine « expérience » de tout ça.

IR : Donc quels sont les projets à court terme ? L’actualité de Télescopages ? Et à long terme ?

T : Tout de suite nous travaillons à la sortie du volume 2, prévu fin novembre. Nous allons organiser la première soirée PAN ! en début d’année 2009 et essayer d’en faire un rendez-vous régulier. En fil rouge, nous essayons toujours de mettre en place notre studio d’enregistrement qui sera ouvert aux groupes présent sur la compilation. Notre blog s’il est un peu en stand by pour le moment reprendra bientôt son activité. Nous animons une rubrique sur les ondes de RCR (radio campus rennes) qui est la continuité de ce blog.

IR : Bien. Vous avez un autre sujet à aborder ? Une précision ?

T : Je crois qu’on a bien fait le tour, je ne vois pas trop quoi rajouter.

IR : Très bien. Merci à vous en tout cas et bonne continuation.

T : Merci beaucoup, c’était cool.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Téléchargez la compilation Télescopages sur le site http://www.telescopages.com/