Nouveautés
The Slew

The Slew

100 %

par one minute in the dream world le 25 janvier 2010

4

16 novembre 2009 (Ninja Tune)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

B.O. destinée à l’origine à un documentaire jamais paru, 100 % est issu de la rencontre entre Kid Koala et Dylan J. Frombach (Dynomite D), qui après leur rencontre avec la section rythmique de Wolfmother, décident de donner vie à la dizaine d’ébauches, d’échantillons sensés « narrer » le rock psyché. Bien leur en prend !

En effet, de cette association résulte l’un des albums « crossover » les plus épatants que nous ayons pu entendre depuis le Paul’s Boutique des Beastie Boys, comme le dit Mario Caldato, producteur des deux entités, ou le premier Rage Against The Machine. L’amorce est d’ailleurs très Beastie Boys, avec un 100% agité du bocal et mêlant allègrement les styles sur un groove funk incoercible, puis It’s All Over et sa soul-funk déviante porteuse elle aussi de ce groove black boosté par une guitare savamment triturée. L’assemblage est habile et fonctionne pleinement, la réussite du projet surprenant d’autant plus qu’elle implique deux parties très différentes au départ. Une guitare cinglante anime ensuite Problem Child, titre aux faux airs de Walk This Way. The Slew évoque donc certaines formations ou unions, mais le style est novateur et apporte du crédit à un genre un peu tombé en désuétude, relevé de temps à autres par des réalisations comme le dernier Senser.
L’utilisation des six-cordes frappe à nouveau dans le mille sur l’exaltant You Turn Me Cold, à la fois félin et pesant, Wrong Side Of The Tracks imposant ensuite des basses charnues qui étoffent une trame jazzy/bluesy somptueuse. Chaque morceau dévoile des détails primordiaux, comme l’introduction méchamment rock de Rolling Banks (Doin’ Time) que secondent des scratches et une voix Plantienne remarquable, ou l’ambiance planante de The Grinder. Tous les ingrédients, du chant à l’instrumentation, sont optimisés et parfaitement ajustés et sur ce même titre, une envolée rythmique prend les rènes, suite à un climat spatial, avec le plus grand naturel.

La qualité persiste en fin d’album, à commencer par Shackled Soul et sa...soul vitriolée à coups de séquences blues, rock et psyché, ou Southeast Soliloguy et ses sonorités entremêlées à l’effet saisissant. De l’ensemble se dégage une impression simultanée de souplesse et de puissance, tandis que l’on profite pleinement de riffs terribles qui confirment le goût affirmé de Kid Koala et son acolyte pour cette orientation et légitiment la présence d’une partie de Wolmother sur ce disque impressionnant.
Ce dernier prend d’ailleurs fin sur une chanson psyché magistrale, Battle Of Heaven & Hell, dont le titre prend tout son sens à l’écoute. Une longué épopée aux volutes Zepeliniennes « futurisées » et exhalant des climats inquiétants, superbe conclusion d’un opus 100% (elle était facile...) réussi, inclassable, délibérément à part de toute autre sortie récente.

Un album appelé, c’est une certitude, à user et « squatter » bon nombre de lecteurs de façon durable et répétée, et à en réjouir les possesseurs pour un bon bout de temps.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :

01. 100% (3:42)
02. It’s All Over (3:28)
03. Problem Child (2:48)
04. You Turn Me Cold (3:21)
05. Wrong Side Of The Tracks (4:00)
06. Robbing Banks (Doin’ Time) (3:56)
07. The Grinder (4:00)
08. Shackled Soul (4:56)
09. Southeast Soliloquy (2:50)
10. Battle Of Heaven & Hell (5:38)
 
Durée totale : (38:38)