Sur nos étagères
Tired Of Hanging Around

Tired Of Hanging Around

The Zutons

par Béatrice le 10 mai 2006

4

paru le 17 avril 2006 (Deltasonic Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Dans leur premier album, que ce soit par le biais du titre Who Killed.... . . The Zutons ou de l’artwork savamment élaboré, le quintet liverpuldien réhabilitait la série B. Cette fois, devant un titre comme Tired Of Hanging Around et une pochette ornée d’un magnifique flipper vivement coloré comme présentation du deuxième opus, la première chose que l’on pense est que le groupe s’attaque cette fois à un territoire au moins aussi aventureux, avouant d’emblée que ses chansons vont traiter de la vie quotidienne anglaise (ce qui était d’ailleurs déjà le cas sur certains titre de leur précédent disque).

Une chose est sûre, les Zutons n’ont rien perdu de leur énergie, et les mélodies autant que les guitares donnent une irrépressible envie de sautiller à travers la pièce en chantant à plein poumons. Il faut dire aussi que les cinq musiciens savent engager un album, les trois premiers titres formant des hymnes rock irréprochables et sacrément entraînants, dans lesquels le chanteur se plaint, avec un délicieux accent du Nord de l’Angleterre, de l’attitude du chauffeur du bus ou du cauchemar que représente un lendemain de cuite. Les recettes sont plus ou moins les mêmes que dans leur précédent album, quoiqu’un peu plus pimentées, mais avaient-ils vraiment besoin d’y changer grand chose ?

De temps à autre, ils se calment un peu, injectent la dose d’harmonies pop qu’il faut pour fluidifier un peu le tout, et l’amènent de façon si habile que la transition avec les titres les plus enlevés se fait sans heurts - ainsi, Watching Over Me, bien que plus calme, ne dépareille au début pas trop avec les titres précédents, tout porté qu’il est par la voix décidément impressionnante du chanteur, avant de s’adoucir lorsque des choeurs angélique se font entendre, pour finir comme une ballade. Et puis, ils repartent, à coup de guitares, de rythmes entêtants et de saxophone, dans des titres explosifs, enchaînant le single Why Won’t You Give Me Your Love ? et Oh Stacey (Look What You’ve Done).

Le groupe est en oscillation permanente entre pop anglaise dans la lignée des Zombies (toutes proportions gardées) et rock élastique, et ce parfois à l’intérieur d’une seule et même chanson. Le meilleur exemple en est probablement You’ve Got A Friend In Me, qui commence comme un dialogue pop délicat entre une voix masculine et une voix féminine, avant de se transformer en exutoire rock où même les chœurs se font plus tendus. Tout ça parle de disputes avec sa conscience, de secrets faits pour être gardés, de cauchemars et de Valerie, et se termine avec une complainte sur la monotonie et la tristesse de la banlieue, sur le titre le plus long et le plus mélancolique du disque. Et, même si les Zutons reprennent des recettes qui ont déjà maintes fois fait leurs preuves, ils le font avec suffisammment d’originalité et d’humour pour qu’on ait beaucoup de mal à résister à l’appel silencieux mais insistant de la touche « repeat all »...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
01. Tired Of Hanging Around (3’34")
02. It’s The Little Things We Do (3’07")
03. Valerie (3’56")
04. Someone Watching Over Me (3’34")
05. Secrets (3’16")
06. How Does It Feel ? (3’51")
07. Why Won’t You Give Me Your Love ? (3’22")
08. Oh Stacey (Look What You’ve Done) (3’29")
09. You’ve Got A Friend In Me (3’57")
10. Hello Conscience (3’27")
11. I Know I’ll Never Leave (4’58")
 
Durée totale : 40’36"