Concerts
Aerosmith

Paris (Palais Omnisport de Bercy)

Aerosmith

Le 19 juin 2007

par Noesis le 26 juin 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Aerosmith est enfin de retour en concert en France. Rendez-vous pris à Bercy.Aerosmith. One night in Paris. The place to be.

Bercy la Belle affiche complet en cette chaude soirée de juin. Des années que les fans attendent le retour du gang de Tyler en France. L’introduction sur écran géant donne le ton. Le logo se pose lentement sur la planète bleue. La leçon de géographie passée, Love In A Elevator fait lever les mauvais élèves. Le son est impeccable pour le bunker parisien. Steven prend déjà les poses les plus improbables. Incroyable comme le temps ne semble pas avoir d’emprise sur lui. Joe Perry, le visage davantage marqué par les années de route fait le show. La fosse est en ébullition. La mise en bouche est délectable. Le chanteur au charisme animal se déhanche sur l’avancée de la scène. Chapeau vissé sur la tête, dégaine d’un autre âge, la classe faite homme harangue la foule.

Les titres s’enchaînent, des extraits de clips sont diffusés pour accompagner le groupe. Monté en direct avec les images live, le spectacle est également visuel. Le public ne sait plus où donner de l’œil. Une inscription sur le bas ventre du leader attire néanmoins l’attention : « lèche-moi ». La gent féminine apprécie. Le rot introductif de I Don’t Want To Miss A Thing n’altère même pas son sex-appeal. Filmé en plans serrés, cheveux au vent-ilateur-, Steven a de quoi mettre sur les fesses.

Baby Please Don’t Go assomme encore davantage l’audience. Contre-plongée sur Tyler, des couleurs chaudes savamment travaillées... Il prend alors des allures quasi-christiques. La messe est dite. Le temple Aero, citadelle imprenable, reste un lieu de culte incontestable. Dream On met Bercy en suspend. L’instant touche au divin, une douce sensation de plénitude emplit la salle.

La Gibson double-manche est de sortie pour Living On The Edge, Perry assure également le chant sur Stop Missing Around, introduite par un road-movie du guitariste-touriste dans la capitale française. Le duo-star éclipse presque les autres membres. Steven prend l’harmonica, back to the oldies ! Le numéro est bien rodé, parfois un peu trop. Mais le pardon est bien vite accordé devant tant d’abnégation. Le groupe se donne sans retenue, Sweet Emotion laisse la part belle au public. La communion est totale. Pain bénit pour les fidèles, le rappel sur Walk This Way ravive la flamme. Dernière croisade ?
Non. Les lumières se rallument, mais le groupe revient pour en découdre à nouveau. Mama Kin est jeté en pâture aux dévots avides. Un cadeau rare pour un concert d’une rare intensité. « Oh Yeah ! »



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom