Sur nos étagères
B-Sides

B-Sides

Danko Jones

par one minute in the dream world le 20 octobre 2009

4

paru le 4 février 2009 (Bad Taste Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Cela fait maintenant presque dix ans, et cinq albums avant celui-ci, que le canadien Danko Jones nous gratifie de son rock’n’roll high-energy, celui-ci ayant récemment pris une tournure légèrement plus mélodique sur Never Too Loud. Ces albums sont tous de très bon niveau, taillés dans un rock de facture conventionnelle, mais d’une efficacité à toute épreuve et doté de riffs appuyés sur des rythmes trépidants et des vocaux en phase complète avec le registre abordé. Parallèlement à cela, Danko Jones, prolifique et performant, écrit également de nombreuses B-sides, Bad Taste Records ayant eu l’excellente idée de les réunir sur ce disque.

On en trouve vingt-sept, ni plus ni moins, sur cette compilation, et celle-ci affiche une qualité continuelle, d’un The Rules au riff dynamite à ce Take Me Out On A Stretcher speedé façon Motorhead. Il est d’ailleurs à noter que ce sont les deux morceaux issus d’un split avec Peter Pan Speedrock et les maintenant disparus Gluecifer qui ouvrent le bal, ce qui permet à Danko de débuter sous les meilleures auspices ; pas étonnant quand on connait la valeur et l’esprit des deux autres intervenants. Et les deux reprises qu’il effectue ici (Pump It Up d’Elvis Costello et The Return Of Jackie and Judy des Ramones, le bougre a de plus très bon goût) sont elles aussi très réussies, dotées d’une énergie « maison » appréciable. C’est le maitre-mot de ces B-sides : énergie, explosivité aussi, et tous les titres s’avèrent être dignes du plus grand intérêt, en dépit d’une production légèrement inégale, ceci ne relevant toutefois que du détail. On appréciera des titres comme Starlicker, aux guitares incendiaires, Danko n’ayant pas son pareil pour jouer un rock’n’roll à l’ancienne avec vigueur et en le remettant au goût du jour avec brio. La guitare s’en donne à cœur joie (Woogie Boogie, le bien connu First Date (edit), tubesque et animé par cette batterie métronomique, et une pléthore de titres aussi athlétiques les une que les autres). La basse assure elle un groove dément (I Like To Ball) et si ce disque est une compilation,il vaut largement un album studio, ses morceaux ayant incontestablement leur place dans ce cadre. Exemple, un Never Again trépidant armé d’un riff une fois de plus costaud, ou dans un registre hard mélodique, My Problems (Are Your Problems Now), ou encore, dans un domaine plus fonceur, l’incoercible Choose Me. Certains morceaux comme Sugar High se rapprochent même du meilleur AC/DC, le canadien disposant toutefois d’un registre plus étendu, quoique que strictement rock’n’roll, que celui des frères Young. Et qu’il opte pour une certaine vitesse dans l’exécution ou se contente de tempo appuyés sans être excessifs, il fait mouche avec facilité. Il se permet même un hommage à Rocket From The Crypt, R.I.P. R.F.T.C., également très attrayant et qui confirme la qualité de ses préférences musicales, et de nommer Hit Song une de ces B-sides sans que cette appellation ne jure ou ne dénote, bien au contraire, ce morceau furieux s’avérant excellent. Les plages les plus primitives, tant niveau production que dans leur contenu, comme Drop Your Man ou Peacok Stomp, tiennent leur rang sans faiblir, et quelques soli, courts mais marquants, apportent leur contribution à cette compilation à l’opposé de bien d’autres reprenant sans surprises un registre déjà connu, ou livrant des titres déjà inclus dans les albums studio. Danko Jones ne se paye pas la tête du client et livre donc, brutes et dans leur intégralité, ses faces B et autres chutes de studio (l’appellation surprend quand on prend connaissance de ces soi-disant « chutes ») qui aiguisent l’impatience liée à la sortie d’un nouvel album. Et dès lors qu’on en a commencé l’écoute, ce recueil exhaustif et vigoureux incite et appelle à une certaine régularité assiduité dans l’audition.

Fortement recommandé, donc, à tout amateur de rock’n’roll sans fioritures et sans défauts. Sans surprises non plus certes, mais ce n’est pas là, loin s’en fait, ce qu’on attend de Danko Jones et ses musiciens.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. The Rules (1:56)
2. My Time Is Now (3:03)
3. I Like To Ball (1:29)
4. Never Again (2:19)
5. My Problems (are Your Problems Now) (3:15)
6. Starlicker (1:38)
7. Woogie Boogie (2:53)
8. Sugar High (3:36)
9. Ice Cold Angel (1:24)
10. Choose Me (2:27)
11. Big Bed (2:06)
12. Sold My Soul (4:15)
13. Sex (3:47)
14. Fucked Up (2:23)
15. First Date (2:50)
16. Cheater (2:05)
17. Pump It Up (3:17)
18. The Big Holdout (2:40)
19. You Ruin The Day (3:21)
20. Hit Song (1:22)
21. The Return Of Jackie And Judy (3:02)
22. Make A Move (3:22)
23. Drop Your Man (2:18)
24. Thinking Of You (2:29)
25. R.I.P. Rftc (2:25)
26. Peacock Stomp (1:49)
27. Take Me Out On A Stretcher (2:09)
 
Durée totale : 69:40