Playlist
Playlist du 11/09/07

Playlist du 11/09/07

par Alexx, Aurélien Noyer, Emmanuel Chirache, Sylvain Golvet le 11 septembre 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Juste une playlist sans thème ni prétentions. Don’t think... enjoy !!

Let’s Make Love And Listen To Death From Above - CSS (Cansei de Ser Sexy, 2007)

Enjoué et rafraîchissant, ce groupe de nanas (et d’un mec) qui en ont marre d’être sexy en on aussi eu marre de la samba brésilienne. Mélangeant bip électro, guitare saturé, chant à la limite du flow, Let’s Make Love And Listen To Death From Above nous a permis de mettre un peu de soleil dans une météo maussade et de perpétuer un semblant d’été.

Candy Shop - 50 Cent (The Massacre, 2005)

Du hip hop, et alors ? Sexy, lascif, troublant, ce morceau se faufile comme un serpent venimeux et phallique dans votre corps pour en prendre possession. Face à lui, pas d’autre choix que d’abdiquer son libre arbitre. « Ayez confiance »...

Back to Black - Amy Winehouse (Back to Black, 2007)

Parce que le R&B ça devrait être comme ça tout le temps !

Summer Wine - Lee Hazlewood et Nancy Sinatra (Nancy And Lee, 1968)

Impossible de ne pas honorer la mémoire du génial Lee Hazlewood, décédé cet été (trop de vin, sans doute). Pour ce faire, quoi de mieux que d’écouter cette pépite. Car Summer Wine, c’est un peu l’inverse d’un pastis au camping des Flots Bleus, ce serait plutôt un Cabernet-Sauvignon savouré face à un coucher de soleil avec une jolie blonde. La classe incarnée dans une chanson.

Shangri-La - The Kinks (Arthur or the Decline and Fall of the British Empire, 1969)

Trois ans après les Who et leur A Quick One, While He’s Away, Ray Davies s’essaie lui aussi avec succès à la chanson pop en plusieurs parties, avec toujours cette pointe de sarcasme social envers les parvenus.

First Day Of My Life - Bright Eyes (I’m Wide Awake, It’s Morning, 2005)

Une chanson d’amour toute simple... mais assez dépouillée pour faire mouche. Et tant pis si les penchants emo de Conor Oberst ressortent au détour d’un « I’m glad I didn’t die before I met you ».

Favour - The Delgados (Hate, 2004)

Septième chanson de l’album. Comme toutes les compositions de ce défunt quatuor, elles sont simples mais d’une grande efficacité, renforcées par le jeu de cordes. Mais le gros problème de ce groupe, c’est de devoir choisir un titre en particulier quand tout un album vous transporte ailleurs avec une grande facilité... Le plus simple est donc de prendre le premier morceau qui vient à l’esprit.

Friends Of Mine - The Zombies (Odessey & Oracle, 1968)

Peut-être pas la chanson la plus connue des Zombies, mais on y retrouve cette touche anglaise dans la distanciation : ce n’est pas le narrateur qui est amoureux, il se réjouit juste que ses amis soient aussi éperdus l’un de l’autre.

Lost In The Supermarket - The Clash (London Calling, 1979)

La chanson la plus pop de l’album. La voix de Mick Jones fait des merveilles et la batterie de Topper Headon est d’une légèreté sublime. A écouter en boucle...

Run Thru - My Morning Jacket (Okonokos (Live), 2006)

Véritable bombe dans tout les sens du terme ! Tant au niveau de la guitare en intro (longue note de guitare qui vous tiens en haleine) que de l’explosion sonore des autres instruments. Titre tout en puissance, Run Thru vous prend aux tripes de la première à la dernière vibration des six cordes... À noter que la version album est un cran en dessous, d’où le choix de la version live.

Hand Of Doom - Black Sabbath (Paranoid, 1970)

Nombreux sont les adeptes du binaire à s’être déflorés les oreilles aux sons délétères du sabbath noir et sur cet hymne anti-drogue de 7 minutes issu de Paranoid, entre autres Ice-T et son Body Count, qui en 1994 reprend avec Born Dead le motif passage rythmique menaçant /passage quitaristique explosif si efficace.

Mescal Rite 1 - Tomahawk (Anonymous, 2007)

Avec leur nouvel album Anonymous revisitant les chants cérémoniaux amérindiens, Duane Denison et Mike Patton vengent des générations d’auditeurs malheureux de world musique à synthés subies depuis plusieurs décennies (rappelez-vous Ocarina). C’est donc le moment de rentrer en transe sur ce chant alcoolisé.

Blind Willie McTell - Bob Dylan (Bootleg Series Vol.1-3, 1991)

Si on ne devait choisir qu’une chanson de Dylan, ce serait probablement celle-ci. Ballade écrite en hommage à l’un de ses maîtres, Blind Willie McTell tutoie le divin au sommet d’un crescendo ahurissant. Dylan n’a jamais chanté aussi bien.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom