Playlist
Rien ne va plus !

Rien ne va plus !

par Béatrice, Thibault le 4 novembre 2008

Réchauffement climatique, crise financière, épuisement des ressources, érosion de la biodiversité, réseaux terroristes, prolifération nucléaire, pandémies... Au cas où vous ne vous en seriez pas encore rendus compte, le Monde va mal, et même pire que ça. C’est triste, mais il va bien falloir s’y faire. Dans sa grande générosité, Inside Rock participe à l’effort en vous fournissant la bande-son idéale pour s’acclimater à l’apocalypse.

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

You Didn’t Try To Call Me - The Mothers of Invention (Freak Out ! 1966)

Alors là c’est la grosse Käâttastrropheuh. Armageddon à côté, c’est une pet de mouche dans un pot de confiture. Parce que franchement « ne pas l’avoir appelé, alors qu’elle savait qu’il était seul », c’est vraiment n’importe quoi. Une injustice particulièrement cruelle que Frank Zappa et ses mères de l’invention se devaient de dénoncer, et avec xylophones, cuivres et harmonies, parce que merde, l’heure est grave. A écouter en flinguant un couple qui roucoule sur un banc public.

Bad Moon Rising - Creedence Clearwater Revival (Green River, 1969)

Ne vous laissez pas abuser par le côté entraînant de ce tube de CCR. Derrière cette guitare brinquebalante et cette ambiance foire dominicale en Louisiane, il y a des textes sombres qui nous parlent d’ouragans, d’éléments déchaînés, de fin imminente, que des trucs super chouettes. Le mieux pour s’en rendre compte c’est d’écouter la version caverneuse de 16 Horsepower sur leur live Hoarse.

Electric Funeral - Black Sabbath (Paranoid, 1971)

The Specs In The Sky, Warn You’re Gonna Die, Storm Comin’ You Bette Die, From The Atomic Tide, repentez vous pauvres pêcheurs, la fin est proche ! Voilà ce que nous dit Ozzy Osbourne, que l’on imagine très bien déambuler dans les rue en prophète avec une pancarte et une clochette. On peut d’ailleurs parier qu’il l’a déjà fait.

What’s Going On - Marvin Gaye (What’s Going On, 1971)

Marvin Gaye se penche sur le monde, et merde, qu’est-ce qui se passe, on tue, c’est le bordel au vietnam, on s’engueule, on envoie des jeunes américains combattre dans la jungle, et en plus, on risque de perdre. On aurait pu le prévenir, quand même. Du coup Marvin exprime toute sa surprise dans ce titre de soul sublime, ouverture de son chef d’oeuvre du même nom.

Down In A Hole - Alice in Chains (Unplugged, 1996)

Au rayon grunge, la déprime, on connait, on maîtrise. Les petits rigolos d’Alice in Chains sont surement les champions du genre. Pratiquement tous leurs textes parlent de défonces morbides, de descente aux enfers, de souffrance personnelle... D’où un certain embarras du choix pour cette playlist. Cependant Down In A Hole s’impose, et pas seulement parce que CHAQUE mot fout un cafard pas possible. C’est aussi une musique magnifique, qui resplendit sur cette version acoustique. A écouter tous les jours au petit déjeuner.

Hurt - Johnny Cash (American IV : The Man Comes Around, 2002)

Hurt est à l’origine une chanson de Nine Inch Nails, qui clôt l’album The Downward Spiral qui raconte l’autodestruction d’un homme. Celui ci regrette tout dans ce morceau, ses rêves d’empire, la perte de ses amis, tout ce temps foutu en l’air. Interprêté par le Man In Black, Hurt devient une des chansons les plus retournantes qui n’ait jamais été enregistrée. Si bien qu’il est difficile de ne pas écouter ce titre sans sentir des larmes amères nous monter aux yeux. On ne ressort pas indemne de Hurt.

Diamonds In The Mine - Leonard Cohen (Songs of Love and Hate, 1971)

Au premier abord, on croirait presque à un hymne enjoué à l’abondance. D’ailleurs, c’est ce que suggèrent le titre, les chœurs enlevés, et la voix vorace de Leonard. Mais en fait, les amants ont les membres brisés, les boîtes aux lettres sont vides, les vignes sont stériles, le chocolat a tout été mangé, les arbres ont tous été brûlés, et il n’y a pas de diamants dans la mine. Bien fait pour ta gueule !

God’s Away on Business - Tom Waits (Blood Money, 2002)

Chez Tom Waits, le bateau coule, coule, coule. Ca fuit. Lune sanglante, peste et crue à l’horizon, parce qu’on a laissé les voleurs, les assassins et les avocats au pouvoir. Ne vous en étonnez pas, et n’espérez point de salut d’Ailleurs : Dieu est occupé ailleurs.

Threnody - Two Gallants (What The Toll Tells, 2006)

Threnody, ou chant de deuil. On y parle de fléau, on y rassemble les éclopés dans l’ombre des clochers, et on y contemple le délitement des espoirs, les souillures morales, les haillons des divinité, l’émiettement du monde, et les cieux qui se resserrent... « Sache que personne ne sort d’ici vivant, mais fais en sorte que ta fragilité ne te trompe pas ». Il ne reste qu’à écouter Adam Stephens glapir sa vision de l’apocalypse.

No One Would Riot For Less - Bright Eyes (Cassadaga, 2007)

Mise en contexte : un saut de quelques décennies, porté par des cordes menaçante et des arpèges graves, et on se retrouve dans un monde déchiré par l’épuisement des ressources et la pollution du peu qui en reste. « L’Enfer arrive / l’Enfer est ici », rien que ça, avec les tranchés, le sang, la misère, le feu et la mort dans son cortège. Sur cette trame, le sieur Oberst dessine tant bien que mal une histoire d’amour désespéré et chancelant...

Babe, You Turn Me On - Nick Cave & The Bad Seeds (The Lyre of Orpheus, 2004)

Nick Cave aussi rêves de romances sur fond de cauchemar... Pour séduire sa dulcinée post-apocalyptique, il dégaîne sa plus belle voix de crooner, ses mélodies les plus enjôlante et son piano le plus caressant, et peint une course idyllique après l’être aimé... à ceci près que tout s’écroule, que tout sens moral s’est évanoui, que la neige est écarlate, et que rien ne va plus. L’Histoire qui se répète, rien de plus.

Dance While the Sky Crashes Down - Jason Webley (Against the Night, 2003)

Chez Jason Webley aussi, c’est l’apocalypse, la fin du monde, et le ciel qui s’effondre sur nos têtes. Chez lui aussi, tout le monde est en train de mourir, et personne ne sait pas quoi faire, Dieu inclus. Mais chez lui, ça se joue au son de l’accordéon, au rythme d’une danse effrénée, et en riant à pleines dents. On ne va tout de même pas se laisser abattre pour si peu !...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom