Sur nos étagères
Security Screening

Security Screening

Prefuse 73

par Alexx le 28 mars 2006

2,5

paru en janvier 2006 (Warp)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

On connaît le label Warp pour ses choix de qualité d’artistes électroniques indépendants. Pour beaucoup, ce sont des DJs et autres solitaires se complaisant dans l’abstrait et autres dérives électroniques (electronica pour ne citer que celui-ci). Prefuse 73 ne déroge pas à la règle. Homme seul (dans la vie musicale, après...) et expatrié en Espagne, Scott Herren nous livre son cinquième album même pas un an après Surrounded By Silence.

Ici, parler de musicalité ou de notes de musique serait comme parler javanais à un nouveau-né, il ne vous comprendra qu’après un certain apprentissage. Car Security Screening fait parti de ces albums où les premières écoutes sont difficiles voire douloureuses. Adepte du collage à outrance, Scott enregistre tout les sons, bruits, voire plus et s’amuse à tout recoller tel un puzzle que seul Picasso pourrait finir complètement. J’exagère sûrement, mais les premières écoutes sont très spéciales. Par moments, les mélodies sont composées de bruits si stridents, qu’on a envie de prendre le CD et de le rayer ave ses dents tellement on en grince...

Mais restons spartiate, calmons-nous et repassons tout ça tranquillement en fond avec un volume sonore raisonnable. On reconnaît de-ci de-là quelques samples de morceaux plus ou moins connus ou répliques en tout genre. Comme tout DJ qui se respecte, Scott s’amuse à nous recoller la totalité en essayant d’ouvrir de nouvelles voies. Et franchement, l’originalité se fait sentir dans cet album mais malheureusement seulement sur les « bruitages ». Somme toute assez proche d’un Four Tet (en featuring sur Creating Cyclical Headaches), le travail mélodique des synthés et autres instruments à cordes est correct mais semble déjà entendu.

Si on s’amuse (non, je ne suis pas masochiste) à écouter un certain nombre de fois Security Screening, on commence à comprendre le fonctionnement interne de la galette et le plaisir se fait plus présent. Majoritairement composé de courts morceaux, l’ensemble nous fait perdre pied et nous balade rapidement on ne sait où. Jouissif ! Malheureusement, trop difficilement abordable, ce disque risque de finir dans l’oubli.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1 - The Letter « P » (1’16”)
2 - With Dirt And Two Texts (Afternoon Version) (3’26”)
3 - Illiterate Interlude (0’29”)
4 - Keeping Up With Your Quota (3’16”)
5 - No Special Bed (0’31”)
6 - Weight Watching (2’34”)
7 - When The Grip Lets You Go (2’55”)
8 - Always It’s Gonna Be Like That (1’07”)
9 - Creating Cyclical Headaches (Featuring Four Tet) (2’27”)
10 - Awakening To A... (0’59”)
11 - With Dirt And Two Texts - Later Version With Love (3’08”)
12 - No Origin (3’41”)
13 - One Star And Three Stripes (1’42”)
14 - Mud In Your Mouth (2’43”)
15 - Breathe (0’49”)
16 - Matrimonioids (For Elvin + Susana Estela) (3’44”)
17 - We Leave You In A Cloud Of Thick Smoke And Sleep Outro (Featuring Babatunde Adebimpe) (4’09”)
 
Durée totale : 39’58”