Concerts
Sexypop

Le Lucullus (Amiens)

Sexypop

Le 1er mai 2009

par one minute in the dream world le 19 mai 2009

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Quelle ne fut pas ma surprise, et mon enthousiasme, de voir sur le Myspace de Sexypop que ces derniers avaient décroché une date au Lucullus, café-concerts exigu doté d’une scène tellement petite que le groupe programmé est d’emblée proche d’un public...souvent clairsemé.
Épars, le public l’était malheureusement pour cette soirée qui, au lieu de la petite quarantaine de personnes présentes, en aurait mérité quatre ou cinq fois plus.

Qu’à cela ne tienne, le groupe de Pier Kolko allait décrocher la timbale grâce à ses titres dans la veine des Foo Fighters et à une fougue scénique digne des plus grands, assortie d’une conviction que beaucoup peuvent leur envier. Entre coups de boutoir power-pop d’obédience punk et plans plus poppy, les titres de l’excellent petit dernier, Never Be The Same, doublés de l’incontournable Could I change issu de Strange Days, ou encore d’un morceau annoncé par le groupe comme étant l’un de ses plus anciens, et de chansons de Access To The Second Floor, allaient faire plier une assistance rapidement convaincue par l’intensité des morceaux joués et enchaînés sans fioritures, « à la Thugs » serai-je même tenté de dire.

Rock’n’roll Is Our Way (à l’issue de ce titre, plus personne n’en doutait), Scream My Name, mon préféré Any Change, I Feel Like Naked In This One, She Said et ses « Heyyy » magiques et entraînants, Scream My Name pour lequel j’avoue également un gros faible ; les titres tubesques et fonceurs, massifs et compacts aussi, ont mis l’assistance sous pression pour ne relâcher celle-ci qu’à la fin du set, jouant devant ce maigre public avec la même fougue que s’il s’était agi...allez, d’une première partie des Thugs, dirai-je en me rappelant juillet dernier à Angers.
Reconnaissante, la formation allait même, par l’intermédiaire de Pier, dédier une chanson à l’ensemble des personnes présentes, ajoutant ainsi au plaisir ressenti depuis les premières notes émanant des instruments de Jul, Pier, Sly et Ben, aussi souriants et communicatifs que remontés dès lors qu’ils investissent une scène, fut-elle de petite taille et peu connue.

Pour conclure, un concert qui nous fait regretter la durée éphémère des tournées de Sexypop, et nous amène à nous pencher plus en avant sur sa discographie et ses quelques dates, dont nous ne doutons pas qu’elles convertiront bon nombre d’entre nous à la power-pop aboutie des Mayennais.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom