Nouveautés
Corde Sensible

Corde Sensible

Corde Sensible

par Fino le 25 septembre 2007

2,5

paru en avril 2007 (autoproduit)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

On ne se mentira pas : la première écoute de ce deuxième essai de Corde Sensible est difficile, la grosse artillerie chant extrêmement pop et textes (en français), que l’on trouve de prime abord peu inspirés, écrasant l’oreille. Puis le son se décante, le violon fait son apparition, ébauchant des arrangements très fins. Enfin, l’outro de Du Désir nous fait sans doute prendre cet E.P. par le bon bout : des « la-la-la-la » très pop anglaise des années 1990, un accompagnement légèrement Beatles…

Les obstacles perdurent, mais on commence à apprécier le travail fait. Les textes ne sont pas plus mauvais ou mièvres qu’une bonne moitié de morceaux britanniques impeccables que l’on a tant appréciés… Que voulez-vous : le charme, l’exotisme, la musique d’une langue étrangère, même comprise, fait passer bien des choses, qui s’écoulent moins facilement en français.

Des touches folk se dessinent derrière de petits arpèges de guitare, le son restant toujours fouillé, détaillé, et venant supporter un édifice qui aurait sans doute plus de mal à tenir debout sans ces précieuses béquilles.

Si pour les standards britpop on a l’impression de s’enfoncer beaucoup trop profond dans le mielleux, les mélodies de l’artiste solo suscitent néanmoins quelques espoirs pour la suite. Trève De Sentiment et son petit passage Eleanor Rigby n’y sont pas pour rien, paradoxalement de même qu’une apparente volonté de s’éloigner quelque peu des standards beatlesiens des premiers pas.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom