Nouveautés
L'Esprit De L'Oiseau Vert

L’Esprit De L’Oiseau Vert

BRG

par Le Daim le 30 janvier 2007

3,5

paru le 6 février 2007 (Le Grand Manitou)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

BRG, nous dit la plaquette envoyée par l’attachée de presse de Rue Stendhal, est « le nouveau projet de Yannick Berger ». Auteur, compositeur et interprète, le bonhomme a déjà pondu quelques EP et traîne sa guitare sur les routes depuis pas mal de temps. Le voici qui s’acoquine avec une bande de rockers [1] et accouche d’un album assez sympathique intitulé L’esprit de l’oiseau vert produit par Andy Lyden [2].

Le premier titre est accrocheur et encourageant. La batterie et la basse sont mixées au naturel et bien mises en avant, les sons de guitare sentent bon l’ampli VOX à lampes, la voix est puissante et reste haut-perchée. Ajoutez à ça une mélodie irrésistible, un refrain en anglais, des choeurs discrets mais aux petits oignons et vous obtenez un tube en puissance. Berger, la mâchoire collée sur le mégaphone, proclame le manifeste de sa Bird Company qui fera triompher les coeurs purs dans un monde pourri jusqu’au trognon [3]. Le texte n’est pas avare d’images simples mais fortes évoquant ce combat : ici, les révolutionnaires sont comparés à une tribu d’indiens ou à des résistants qui font « sauter les ponts ».

Il en résulte un rock qu’on pourrait qualifier d’héroïque. Façon U2. Nous vivons malheureusement une époque où le critique rock aime à cracher sur ce genre de musique, lui préférant l’insolence des néo-punks en converses trouées. C’est oublier que ces groupes viennent viscéralement du punk, que leur énergie prend racine dans une éternelle colère adolescente. Il me semble que c’est précisément de cela que parle Berger dans ses textes et qu’il évoque dans sa musique. Ces textes ne sont pas écrits par un gamin de 15 ans et pourtant ils en ont la fraîcheur et la naïveté. C’est l’espoir fou de vivre intensément dans un monde propre où l’on serait enfin libre et égaux... Un espoir propre à la jeunesse, vite étouffé dans le troupeau des moutons de Panurge.

Oh j’espère que tu me crois
Un jour on sauvera la Terre
Et malgré ce qu’on lui doit
Je sais qu’un jour ça va le faire
 
Scandez-le comme une pop-star : ça va le faire !

Berger nous suggère donc de nous réveiller et de prendre les armes, en l’occurence la vigilance, la sincérité, le courage et l’amour. Il est temps de renverser les tyrans qui font du buisness au détriment de la nature et des peuples (Check Up Terrestre), de s’arracher à la servitude, à une vie sans conscience ni intensité où l’on se perd sur des chemins qu’on a pas choisis (La Fin De La Trêve, L’Esprit De L’Oiseau Vert, L’Œil Dans Le Ciel). L’auteur s’attaque sur un même ton à la fadeur de l’existence et des convenances sociales (Trop Parfait, Soirée X).

Cet album serait probablement assez lourd à digérer si des chansons plus intimes n’y étaient pas disséminées ici ou là, lui offrant une seconde dimension. Autant d’interludes où Berger révèle bien mieux sa sensibilité et sa maturité. RGNR parle de ces villes qu’on connaît pas coeur et dont les vibrations nocturnes nous appelent et nous inspirent. Le Dernier Jour est le récit touchant d’une séparation, et Trop bonne trop conne celui du « coup pour le fun sur le comptoir » qui l’a probablement déclenchée. Comme Dans Un Rêve évoque l’acceptation calme de la mort. L’Ange Du Silence clôt l’album en titre caché : Berger y chante ponctuellement le refrain, le reste du texte est simplement dit par une captivante voix féminine. Ce morceau , qui ressemble à un conte pour enfant, m’a bouleversé sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi.

Je vous ai parlé du son et des textes, mais qu’en est-il de la musique ? Malgré la réelle qualité des mélodies et de l’interprétation, il faut admettre que cet album traîne en amont un peu trop de références évidentes. Je ne parlerais pas de vulgaire copiage : tel n’est pas le cas fort heureusement, cependant il m’a été presque impossible aux premières écoutes de me débarasser d’une récurente impression de déjà-vu. Check-Up Terrestre sonne comme du Luke, tout comme L’Esprit De L’Oiseau Vert qui m’a fait penser à La Sentinelle et à No One Knows des Queens Of The Stone Age. Paroles De Sioux évoque le U2 des premiers albums ainsi que Comme Dans Un Rêve avec son accompagnement dépouillé au piano agrémenté de delay. Trop Bonne Trop Conne démarre comme L’Homme Pressé de Noir Désir et L’Œil Dans Le Ciel pourrait être signé Coldplay. Point de rancœur en ce qui me concerne : ce ne sont là que de bonnes références, gages d’efficacité pop. Enfin, je trouve que cet album se ramollit un peu vers la fin malgré quelques soubresauts électriques : la faute a une poignée de morceaux lents et peu rythmés (Comme Dans Un Rêve, La Fin De La Trêve, L’Ange Du Silence). Ces titres sont bons mais, mis bout-à-bout, forment une mixture soporifique qui tranche avec le reste de l’album.

Note finale : 3,5. L’Esprit De L’Oiseau Vert a comme atouts un son authentique et des voix de qualité. Les mélodies sont souvent excellentes : l’album contient plusieurs tubes potentiels et laisse un petit goût de revenez-y. Les textes parfois volontairement simplistes voire naïfs peuvent déplaire à certains auditeurs trop pressés ; ceux-là passeront à côté d’une prose plus intime et exigeante qui prouve que Yannick Berger est capable de varier les plaisirs en tant qu’auteur. Le travail de BRG situe le groupe clairement au-dessus de la moyenne. C’est déjà énorme ; mais pour avancer Berger devra peut-être travailler l’originalité de ses compositions un peu trop dépendantes encore de certains modèles.



[1N-rick Chevalier aux guitares, BT à la basse et Mickaël Boudoux à la batterie. Quelques voix féminines viennent délicatement tempérer l’ardeur de ce mâles : celles de Nadj et de la comédienne Floriane Durin.

[2The Cure, Têtes Raides, Wampas...

[3La Bird Company est aussi un association loi 1901 dont Yannick Berger est le co-fondateur. Son but est de mobiliser les consciences et les fonds pour mener des actions de protection de l’environnement.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1- Bird Company (3’05")
2- Paroles De Sioux (3’26")
3- Trop Parfait (3’19")
4- RGNR (4’14")
5- L’Œil Dans Le Ciel (4’13)
6- Le Dernier Jour (3’35")
7- Trop Bonne Trop Conne (3’11")
8- Check Up Terrestre (2’46")
9- Soirée X (2’56")
10- L’Esprit De L’Oiseau Vert (3’28")
11- Comme Dans Un Rêve (7’45")
12- On Finira Par Le Faire (4’45")
13- La Fin De La Trêve* (11’11")
 
*titre caché inclu : L’Ange Du Silence
 
Durée totale : 57’59"

Site officiel : http://www.brgspirit.com

MySpace :
http://www.myspace.com/brgspirit