Chansons, textes
Maggot Brain

Maggot Brain

Funkadelic

par Aurélien Noyer le 2 mars 2010

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Trouver un instrumental dans la catégorie Chansons, textes de ce site, ça vous trouble ?

J’en étais sûr... De toute façon, Maggot Brain n’est pas un pur instrumental, puisqu’on y entend George Clinton y déclamer quelques vers en introduction :

Mother Earth is pregnant for the third time
For y’all have knocked her up.
I have tasted the maggots in the mind of the universe
I was not offended
For I knew I had to rise above it all
Or drown in my own shit.

Nous pouvons donc déjà nous intéresser à ces quelques mots et au titre de la chanson. La légende veut que le terme Maggot Brain (ou Cerveau d’Asticot) ait été inspiré à Clinton par la découverte du cadavre de son frère, déjà en phase de décomposition. Mais cela dit, Wikipedia nous enseigne que le Maggot Brain est une composante majeure de la mythologie P-Funk : c’est l’état d’esprit qui transcende les problèmes de l’existence terrestre grâce à aux plaisirs et à la liberté du funk. On voit donc ce que ce signifie les paroles. Le narrateur a profité de tous les plaisirs possible, il a même mis la Terre en cloque, il en est mort et doit maintenant s’élever ou retomber. Analogies paradis/enfer, nirvana/cycle de la réincarnation, sans doute un peu de tout cela mélangé par le cerveau halluciné de George Clinton. Toujours est-il que le but de la chanson est donc d’atteindre un but métaphysique supérieur, d’accomplir un voyage cosmique (n’oublions pas la passion de P-Funk pour la science-fiction) et mental au travers de l’espace et des dimensions...

Et ce voyage ne sera pas raconté par des mots, trop liés à un langage, à une pensée, mais par la musique. C’est donc Eddie Hazel, guitariste lead du groupe qui s’y colle. Accompagné d’une seule guitariste égrenant les arpèges de quatre accords immuables (Mi mineur, Ré Majeur, Si mineur, Do Majeur... Vous pouvez essayer ça chez vous, c’est simple et très efficace), il va nous narrer ce voyage en un long solo de 10 min. Sans talk box, laissons ça à Peter Show Me The Way Frampton, ici une fuzz, une wah-wah et une delay suffiront...

Mais avant d’essayer d’analyser ce morceau de bravoure, un petit retour sur sa conception s’impose. En effet, la légende veut que Clinton n’étant pas satisfait de ce que lui proposait son guitariste ait demandé à ce dernier de jouer « comme si sa mère venait de mourir ». Une autre version, moins répandue, tient au fait que Jimi Hendrix soit mort peu auparavant. Clinton aurait alors dit à son groupe : « Vous êtes l’âme de Jimi. Vous venez de mourir. Racontez-moi. » Et connaissant l’intérêt du Voodoo Chile pour l’Espace, quel autre destination pour son âme qu’un voyage cosmique ? Gravement influencé par Hendrix (et sans doute par les mêmes substances que ce dernier), Hazel laisse alors parler sa guitare.

Tout commence par les arpèges, calmes et douces, simulant le déplacement, constant, lent mais irrémédiable. La guitare fuzz arrive alors pour décrire les tourments de l’âme lâchée dans l’Inconnu. Elle se débat durant quelques riffs, jusqu’à la 2e minute, elle ne s’affranchisse de l’influence terrestre en une montée fulgurante dans les aigus, atteignant enfin l’Espace sans fin, la pédale delay faisant écho pour symboliser cette liberté nouvelle. La guitare peut alors louvoyer dans les notes graves, s’attardant, laissant traîner les accords à la limite du larsen et en un lent cheminement à travers la gamme, des basses vers les aigus, elle décrit durant plus de 3 minutes ce voyage implacable, ce périple intersidéral. Peut-on alors interpréter cet interlude entre la 5e et la 7e minute, comme une pause dans le voyage ? L’âme d’Hendrix (ou de la mère d’Eddy Hazel, ou du frère de George Clinton ou de qui que ce soit) s’amusant entre deux galaxies, rebondissant d’une étoile à l’autre ? Pourquoi pas... Vu que les arpèges s’arrêtent à ce moment-là, cette interprétation reste cohérente (à défaut d’être logique/plausible/compréhensible, choisissez le ou les termes qui vous conviennent le mieux).

Toujours est-il que ça ne dure pas. Dès la fin de la 7e minute, le voyage reprend son cours et l’âme hurle tous les larsens de l’enfer, pleure les conséquences de son inconscience, cette perte de temps qui l’éloigne de son but. Mais ses cris se perdent dans l’infini de l’espace et les échos de la pédale delay. Alors elle enrage, fait rugit le fuzz et la distortion avant de commencer à s’apaiser vers la 8e minute. Mais ce n’est qu’à la 9e minute, lorsque George Clinton vient lui murmurer un "Come on, Maggot Brain/Go on, Maggot Brain, qu’elle se calme totalement pour reprendre sa route. La partie de guitare d’Hazel fait alors écho au premiers moments du périple, symbolisant la route qui se dessine entre les astres, trop longue pour continuer à suivre l’âme voyageuse sur son long chemin. On l’abandonne donc à son Odyssée spatiale vers une destination qu’elle ne connait peut-être pas elle-même...

La chanson s’arrêtant là, l’interprétation que vous venez de lire en fait autant. Elle n’a pas l’ambition d’être la seule, rigoureuse, cohérente, plausible, voire même intellectuellement défendable. Donc pour toute récrimination, reproche ou interrogation du type « mais il a pris quoi pour écrire ça ? », adressez-vous directement à George Clinton, il n’avait qu’à faire une vraie chanson avec de vraies paroles, bien explicites !!!



Vos commentaires

  • Le 13 février 2012 à 21:40, par Tringlarido En réponse à : Maggot Brain

    Analyse très intéressante. Ce qui me pousse a réagir est l’interprétation du voyage de la chanson. En l’écoutant pour les premières fois, (un brin éméché) j’ai perçu exactement le même voyage guidé par un esprit, au mot près (jouer à rebondir de planètes en planètes, etc...).

    Je trouve vraiment impressionnant la force de l’image transmise par ce morceaux, que je pensais pourtant être propre à chacun !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom