Sur nos étagères
March 2009

March 2009

Be My Weapon

par one minute in the dream world le 24 novembre 2009

4

paru en mai 2009 (Talitres)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Après un excellent South Of The Rain And Snow enregistré sous le nom de (Swell) et faisant suite à un silence prolongé, mais aussi à un The Lost Album dévoilant neuf perles issues de l’indispensable Too Many Days Without Thinking, David Freel, uniquement aidé du batteur Ron Burns, investit le studio Pink Boot, situé en Oregon, pour enregistrer ce nouvel album dont la particularité est de porter, outre un nom de « groupe » nouveau, le nom du mois lors duquel son enregistrement prend fin.

Ce changement n’affecte toutefois pas le contenu de cet opus, sur lequel Freel affiche une inspiration une fois encore étonnante. Il y perpétue ses rengaines folk dépouillées, parfois électrifiées (Bad Bad BAD) et ses guitares acérées qui rappellent les accords secs de PJ Harvey sur Dry) qui narrent des histoires traitant de sujets tels que la vie et la mort, la guerre et la paix ou encore l’amour et la haine. Sur un ton sincère et désabusé, il nous gratifie donc de dix nouvelles chansons étincelantes, obscures, faites de ce folk sans artifices, à nu, porteur parfois, donc, de guitares acides (All Were After qui, lui, évoque les accords de David Roback de Mazzy Star), mais le plus souvent dans la retenue comme c’est le cas sur ce Come Livid introductif, que Freel rend captivant par la répétition de notes de guitare et par son chant caractéristique, à la fois chaud et douloureux. L’instant d’après, il instaure une tension bridée sur le superbe I Miss Your Mischief que Burns anime gentiment. Il y a dans les compos de Be My Weapon un côté lo-fi appréciable, des souillures noisy qui rendent le folk de nos deux bonshommes passionnant et le différencient de tout autre. Et quand ils usent d’autres méthodes, cela nous donne un Are You Sure ? d’une pureté exceptionnelle, qui monte doucement en intensité sans jamais imploser. Les titres du protégé du label bordelais Talitres (Scary Mansion, The Wedding Present) constituent de superbes mises en son de ses ressentis, divers et parfois contradictoires, souvent épris d’une tristesse teintée d’un mince espoir, comme sur Love Is Just So Overrated. Partant d’un arsenal instrumental volontairement très réduit, l’ami de Monte Vallier nous montre qu’il n’est nullement nécessaire de déployer des moyens conséquents pour exprimer ce qu’on a en soi, et donne une vie surprenante à des morceaux qu’on imaginerait au départ plus « inertes », comme ce Focus Please...qui, s’il se déploie lentement, n’en est pas moins vivace et acidulé, par le biais des guitares de David et de la batterie effacée mais efficiente de Ron.
C’est aussi le cas de The Exits, plus affirmé dans ce côté aride, presque tapageur, et qui alterne électricité rude et acoustique délicate avec bonheur. Puis c’est Things I Should Not Do, massif dans un premier temps, plus léger ensuite, doté lui aussi de ces touches d’électricité éparses mais remarquables, qui vient parfaire le tableau de ce March 2009 de toute beauté. The Last Song, très bref et néanmoins marquant par son climat feutré, y mettant d’ailleurs fin de belle manière.

On sort de cet album dans un état d’enchantement inattendu, charmé par les morceaux du duo, mais aussi avec l’irrésistible envie de se replonger illico dans la discographie de Swell, puis de (Swell), en même temps que l’on attend avec impatience la suite donnée à ce March 2009, que Freel est à coup sur en train de mijoter paisiblement, installé quelque part au beau milieu d’une nature qui semble nourrir son inspiration.

David nous livre donc à nouveau un produit irréprochable, qui vient s’ajouter à la liste des incontournables de l’épopée Swell, avant qu’il ne le rebaptise (Swell), dont 41 et ...Well ?, et perpétue avec maestria des années 90 prolifiques et magnifiques pour son groupe, avec, aussi, le Too Many Days Without Thinking de 1997, cité plus haut, et For All the Beautiful People, sorti lui en 1998, entre autres exemples de réussites totales.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Come Livid (2:50)
2. I Missed Your Mischief (5:02)
3. Bad Bad Bad (5:51)
4. All Were After (4:21)
5. Are You Sure ? (3:49)
6. Love Is Just So Overrated (5:34)
7. Focus please…. (3:47)
8. The Exits (3:29)
9. Things I Should Not Do (3:34)
10. The Last Song (00:41)
 
Durée totale : 35:27