Concerts
Scopitone

Trocardière (Rezé, 44)

Scopitone

Le 30 juin et 1er juillet 2006

par Alexx le 12 juillet 2006

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

En ce début de période estival, les festivals fleurissent et font le bonheur d’amateurs de musique. Cette semaine, nous commencerons donc avec un jeune festival un peu à part des monstres que nous aurons le plaisir de vous faire partager cet été. Alors certes, ce n’est pas du rock, mais aller voir ailleurs ce qui se fait, permet de mieux comprendre les évolutions de certains groupes qui se tournent vers les affres de l’électronique [1]. Rendez-vous donc avec Scopitone, festival des musiques, spectacles, images et arts numériques.

En ce dernier jour de juin donc, Scopitone ouvre ses portes dès le matin avec ses expositions “arts et loisirs numériques” avec découverte du monde numérique pour les enfants et les moins grands. Mais le plus intéressant dans cette version jour, reste les “installations”, regroupements d’artistes et de créateurs de quelques bizarreries plus intéressantes les unes que les autres ; tel cet échange corporel par sofas interposés. L’un enregistre les mouvements de son occupant pendant que le deuxième restitue ces mêmes mouvements offrant à son hôte un mode de communication, de toucher différent et somme toute assez intéressant. Mais on peut aussi s’amuser à jouer les DJ chorégraphes avec l’installation ou le spectateur peut créer son morceau avec divers instruments préenregistrés chacun liés à une danseuse donnant ainsi le plaisir des oreilles mais aussi des yeux... Bref, beaucoup d’interactivité lié à des créations toutes plus captivante les unes que les autres.

Vendredi 30 Juin

Mais partons maintenant en direction de Scopitone nuit qui reste la finalité de ce festival. Arrivé sur le site, je me dirige vers la Halle contenant la scène principale où finissent de jouer les Exploring Room enfermés dans leur cube. M’informant de l’ordre de passage, je me rends sous le Chapiteau, lieu plus rock où jouent les Japonais de Mono. Aussitôt face à ce quatuor, on sent qu’il y a du Mogwaï ou du Godspeed You !Black Emperor là-dessous. Le post-rock est ici tendu et intense avec des morceaux ne dépassant pas les dix minutes. Ces durées justifient donc les sautes d’humeur que l’on peut ressentir, de l’apaisement à la fureur en un clin d’oeil. Par ailleurs, tels les guitaristes de GY !BE, celui de Mono reste confortablement assis, penché sur sa six cordes...

Mais Matmos va commencer son show sous peu. Je quitte alors le Chapiteau et arrive juste pour le début des Californiens. Le set monte vite en puissance et les effets visuels liés à la musique ne sont pas pour déplaire. L’abstract hip-hop que nous livre les deux compères est jouissive et fait vite remuer les quelques motivés au devant de la scène. Le fait que les chansons ne soient pas distinctement détachées, joue beaucoup sur le déroulement du show. Ce dernier passe à une vitesse fulgurante ! C’est encore sur mon petit nuage que je retourne sous le Chapiteau voir Why ?, petit combo américain inspiré de Brian Wilson.

Mené par un moustachu aux bouclettes noires, le groupe utilise très peu de guitare et s’appuie principalement sur différents claviers pour livrer des chansons pop. Le public semble accrocher mais peu connaissent les morceaux aux vues des applaudissements de début de chansons.

Peu convaincu, je repars à la Halle pour assister au ciné-concert des Improvisators Dub sur Tempête Sur l’Asie, film muet datant de 1928 et réalisé par Poudovkin. Je ne pourrais pas vous compter l’histoire car j’étais plus porté par la musique rythmée qu’est la dub. Certes la première partie est entraînante et les Bordelais maîtrisent bien leur sujet. Malheureusement, la deuxième partie n’est pas du tout convaincante et le public le fait savoir en demandant un peu plus de beats frénétiques. Constatant que le soufflé redescend et que de son côté, le groupe continue ses pérégrinations electro-minimalistes, je m’en retourne sous le Chapiteau voir Wax Tailor.

Plus intrigué que déçu par les précédents sets, je me dis que le DJ français ne va certainement pas décevoir. Et je ne me trompais pas. Accompagné d’un violoncelle et d’une flûte traversière, Wax Tailor offre une performance efficace et épurée. Les deux musiciennes rendent les chansons plus denses. Par moments, une chanteuse à la voix de femme-enfant vient transformer l’abstract hip-hop en trip-hop. Comme à l’habitude de ce genre de prestation, le DJ gère aussi la vidéo en arrière-plan. Un bon set que le public apprécie et qui oscille entre douceur et beat exalté.

Mais finissons ces allers-retours entre le Chapiteau et la Halle pour aller assister au show des Coldcut. Ces derniers sont annoncés en tant que concert-vidéo. Le double écran géant derrière eux affiche déjà une lumière éclairant le nom du groupe. Puis arrivent les deux patrons de Ninja Tunes accompagnés de deux autres DJs. Le set commence alors et la musique monte doucement avec le zoom partant des tréfonds de la galaxie pour arriver sur notre planète et s’arrêter sur le toit de la Halle. Enfin, la musique explose et les vidéos suivent. La performance donnée par le groupe est impressionnante surtout vu de derrière où l’on surplombe les sept écrans géants qui seront tous de la partie pour ce jeu de découpage, collage sonore et visuel. On aperçoit beaucoup de choses et les yeux ne trouveront pas de repos avant le fin. La grosse particularité réside dans l’intégration des films dans la musique. Ceci a pour conséquence de jouer encore plus avec nos sens qui sont trop occupés pour nous faire penser à la chaleur qui réside dans la salle. La densité musicale et les clins d’œil pour Français [2] ont fait de ce set le meilleur de la soirée, nous prouvant que l’improvisation était de mise avec de tels génies !



[1Et puis, ça fait pas de mal !

[2On a pu apercevoir Pierre Richard, Louis de Funès, Jacques Chirac et bien d’autres encore

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom