Sur nos étagères
Spécial Manubre

Spécial Manubre

Les Tueurs de la Lune de Miel

par Pey’J (Invité) le 17 novembre 2011

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

De nos jours tout le monde est punk ou se revendique de ce mouvement : BB Brunes, Julien Doré, Cocoon [1]... Mais qu’est-ce qu’être punk ? Est-ce rôder près des gares avec un pitbull ? Est-ce croire que trois accords suffisent pour faire une chanson, un album, que dis-je, une discographie ? Est-ce parler de rébellion sur MTV ? Ou bien est-ce faire table rase du passé, tout tenter en se moquant de vendre ? Si les premières définitions vous conviennent, allez directement acheter le One (ou la dernière discographie idéale de Manoeuvre) dans votre librairie favorite. Sinon faites connaissance avec les Tueurs de la Lune de Miel.

Les Tueurs de la Lune de Miel (Honeymoon Killer dans les pays anglo-saxons) est un groupe belge originaire de Bruxelles [2] composé de Yvon Vromman, avec Gérald Fenerberg et JF Jones Jacob. En 1977, le groupe s’était déjà fait remarquer pour ses concerts pour le moins agités durant lesquels les spectateurs recevaient de la viande crue sur la tête. Ils ne sont à l’époque plus tout jeunes (Yves Froman a déjà 27 ans) mais dans leur tête ils n’ont pas plus de 15 ans. Marc Moulin [3] qui adore leur « délinquance musicale » les fait signer sur son label Kamikaze.

Alors qu’il y a t-il au programme de Special Manubre ? Et bien de tout : de la variété française (La Mauvaise Réputation), de la pop (Oh Carol), de la musique de fanfare (Fermeture du Café des Sports) ainsi que de la country (Oh Suzanna) ; le tout à la sauce punk et beefhartienne. L’art du groupe est de savoir alterner parfaitement les moments de pétage de câble total avec des morceaux mélodieux à souhait. Ainsi la reprise free-jazz de La Mauvaise Réputation est suivie par le doux instrumental de Goodbye Hawaï (avec du kazoo quand même). Car si le massacre musical amuse beaucoup les habitants du plat pays (l‘hymne belge en fait les frais), la pop ne leur pas du tout étrangère. En atteste la géniale chanson Blankenberg, hommage à la glande à la Vlaamse Kost.

Bien entendu l’album n’a pas eu beaucoup de succès commercial. Alors pour un chanteur en manque de succès il existe trois solutions :

  • 1. Persévérer, on sait jamais, des fois que ça marche un jour.
  • 2. Se suicider, comme ça on parle de toi au JT.
  • 3. Faire de la merde, car la doublure en vison c’est quand même agréable.

Les Tueurs de la Lune de Miel ont choisi la troisième solution. Ils ont réussi à toucher la nostalgie des Français en reprenant l’éternel Charles Trenet et sa Route Nationale 7. C’est de la merde mais ils ont eu du succès. Tant mieux pour eux, tant pis pour nous.

Heureusement pour les pauvres rocks adicts que nous sommes, le label Grammed a pensé à faire resurgir cet album des tréfonds de l’oubli dans lequel il était tombé, et a eu la bonne idée d’y ajouter 4 chansons supplémentaires, dont l’hilarant Chamberière, Chamberière, un chant de La Renaissance. Ce qui montre bien que les Tueurs de la Lune de Miel n’avaient peur de rien.



[1Un intrus s’est glissé dans la liste, saurez vous le retrouver ?

[2Qui se prononce Bru-sselle et pas Brux-selle !

[3Célèbre pour sa prestation à l’Eurovision avec Telex : https://www.youtube.com/watch?v=6US...

Vos commentaires

  • Le 17 novembre 2011 à 15:04, par DebOrah En réponse à : Spécial Manubre

    Yes Pey’J ! J’aime bien leur nom de groupe en tout cas.
  • Le 17 novembre 2011 à 15:25, par Pey’J En réponse à : Spécial Manubre

    Le groupe vaut aussi la peine hein. Sinon j’ai remarqué une coquille « la pop ne leur pas du tout étrangère ». Est-ce corrigeable ?

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom