Nouveautés
Sunshine

Sunshine

Perfect Blue

par Our Kid le 27 décembre 2006

2,5

EP sorti le 20 octobre 2006 (Lona Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Perfect Blue est un projet qui a vu le jour durant l’été 2001 à Manchester avec, à l’origine, la simple idée de se divertir un peu. La musique que l’on devait y trouver était plus basée sur la dance. Quelques disques furent écoulés et le projet connut l’honneur des diffusions à la BBC. Jusqu’en 2006 où deux vieux amis se croisent et décident de faire évoluer la musique de Perfect Blue vers une orientation plus ambient, plus intimiste... à l’opposé de ce qui se pratiquait auparavant.

Au fait, pourquoi tant de mystères autour de ce « projet » ? Tout simplement car Perfect Blue (dont le nom est extrait d’un manga japonais) est le fruit de collaborations entre, d’une part, Scott Causer, membre de The Electric Mainline et Rob de Nisei23, les deux groupes étant signés chez Northern Star Records. Qui dit collaboration ne dit pas mariage et c’est la raison pour laquelle on parlera du « projet » Perfect Blue et de son quatre titres, Sunshine qui est paru sur un label hong-kongais, Lona Records.

Musicalement, ce EP constitue - on s’en doute - une tentative de montrer en quelques morceaux de quoi retourne le son Perfect Blue. On l’aura compris, pas de guitares, pas de percussions et encore moins de voix... de l’ambient, des synthés, des nappes de sons et rien d’autre ! La sérénité qui se dégage de ces plages ne déplaira jamais dans le fond mais on sent tout de même que cela peine à décoller, en dépit de morceaux d’une durée moyenne de cinq minutes. Pourtant avec une ouverture ascendante, on eut pu croire que la musique allait s’exprimer telle la course du Soleil dans le ciel parfaitement bleu, à savoir avec un lever, un zénith et un coucher mais, déception, on n’a presque affaire qu’à un crépuscule... Dommage, les titres collaient assez bien avec cette histoire de course du Soleil (Sunshine, The Destruction Of Time)...

Disons que c’est le disque approprié pour s’éveiller et faire ses étirements, surtout lorsqu’on perçoit quelques motifs qui traduisent la gloire de l’astre du jour sur Sunshine. Cependant, ce EP n’est pas le fourre-tout qu’on pourrait croire : il y a une cohérence dans la musique, les morceaux s’emboîtent bien (tel Forever qui fait suite à la première piste) et on sent quand même que ce n’est pas un travail bâclé : il y a de l’amour et de la conviction dans ce projet et c’est tant mieux !

On dira seulement que quatre titres ne constitueront jamais la preuve irréfutable de quoi que ce soit alors, attendons les prochaines aventures.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom