Concerts
The Musical Box

Paris (L’Olympia)

The Musical Box

Le 25 mars 2007

par Psychedd le 3 avril 2007

Ce 25 mars, l’Olympia accueillait pour une deuxième soirée The Musical Box. Leur mission ? Nous ramener en 1973, époque des concerts Selling England By The Pound. La machine à remonter le temps existe, je l’ai essayée...

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Je me souviens... Un jour de printemps 2004, mon barbu m’avait appelée pour me proposer d’aller voir The Musical Box en concert à Bruxelles.
Curieuse, mais inquiète, je lui demandais donc : « Euh oué... Euh... C’est quoi ? »
Et lui de me répondre : « Ben... The Musical Box, c’est des mecs, ils reprennent du Genesis, mais exactement comme à l’époque de Peter Gabriel. »
Et moi de surenchérir, catégorique : « Nan mais ça va pas ? »
Malgré toute sa bonne volonté et l’explosion de son forfait téléphonique, il ne réussi à tirer de moi qu’un : « Mais comme je connais pas bien, ça va ptêt pas me plaire alors non... Définitivement ».

Pour ceux qui n’auraient pas suivi un épisode, j’avoue, à ma grande honte, qu’au printemps 2004, je découvrais alors à peine Genesis et que je n’étais pas encore devenue une adepte.
Ce qui n’étais plus le cas en hiver, où, récemment installée dans le Nord et devenue une monomaniaque génésienne, le barbu passa à l’étape suivante et me fit visionner un show de 1973. Regrets et gaspation de ma part. Mais... Mais... C’est la folie ce truc ! Peter Gabriel, arborant des costumes plus dingues les uns que les autres faisaient vivre chaque morceau, avec rage, violence et passion. C’était à la fois inquiétant et fascinant. Et comme pour mieux m’achever j’ai eu droit à : « Hé ben voilà ! The Musical Box, ils refont exactement ça ! Avec les mêmes décors, les mêmes costumes, les mêmes instruments ! Et toi t’as pas voulu aller les voir ! T’es dégoûtée hein ? ».
Tu l’as dit bouffi...

Heureusement qu’en mai 2005 j’ai pu me rattraper et aller jauger la bête en direct live pour un concert reprenant le show The Lamb Lies Down On Broadway. Et là ! Claque et mollets douloureux (pour la première fois, j’ai du passer tout le concert sur la pointe des pieds pour voir la scène, c’est qu’ils sont grands les Belges !). Je me suis fait immédiatement la promesse de les revoir, au moins une fois. Mais il a fallu attendre deux ans...
Quand le barbu m’a annoncé qu’ils repassaient pour faire les shows de 1972 et 1973, l’hésitation ne fut pas longue, et pour célébrer l’événement, nous avons choisi d’aller les voir à l’Olympia. Pendant plus de 3 mois, les places mises en sécurité dans notre salon, nous avons patienté, regardant incessamment les vieux concerts de la genèse, histoire de bien se préparer...

Puis le grand jour est arrivé et c’est un peu avant 19h que nous sommes arrivés devant la salle. Le temps de regarder un peu les autres spectateurs patientant également. Un constat : j’étais une des plus jeunes. Mais à vrai dire, je m’y attendais un peu quand même...
Quand les portes se sont ouvertes, nous sommes allés sagement à nos places et avons attendu une bonne heure avant que le concert ne commence.

À ce stade, il est peut-être bien de présenter un peu The Musical Box (nan, parce que c’est bien de chroniquer un concert, mais faudrait voir à ce que l’on connaisse un peu le groupe quand même !).
Et parce que je suis une sacrée grosse feignasse, je vais me permettre de reprendre ici la bio du groupe, que l’on peut lire sur leur site officiel :
« Depuis 1993, The Musical Box reproduit les concerts de Genesis avec Peter Gabriel :
Foxtrot, Selling England By The Pound et The Lamb Lies Down On Broadway.

The Musical Box s’est donné comme mission de faire revivre la magie de ces concerts et de donner aux spectateurs l’impression d’assister à un concert de Genesis des années 70.

Cette reproduction historique a été basée sur des centaines de photos et diapositives de l’époque, sur des vidéos et films amateurs, articles et couvertures de presse, ainsi que sur les informations recueillies auprès de personnes ayant travaillé ou assisté aux concerts originaux de Genesis. Cette importante base de données a permis une reconstitution fidèle et méticuleuse des masques, costumes, maquillages, accessoires, décors, éclairages, effets spéciaux, chorégraphies, du déroulement et de l’ambiance des concerts de Genesis à l’époque.
Pour rendre justice à l’intensité de la musique de Genesis, la reproduction musicale des pièces a été basée sur leur version studio. Il s’est aussi avéré nécessaire d’acquérir les instruments qui caractérisent le son Genesis, instruments qui sont de nos jours considérés souvent comme pièces de collection, notamment : Hammond, Arp Pro Soloist, sons de Mellotron, guitares Rickenbacker, pédales de basse, cabinets Leslie, etc...

À ce jour, plus de 250 000 personnes en Amérique du nord et en Angleterre ont assisté aux concerts de The Musical Box. En 2000, The Musical Box est le seul groupe au monde à obtenir de Genesis et de Peter Gabriel les droits pour la présentation du spectacle The Lamb Lies Down On Broadway. Peter Gabriel et Mike Rutherford ont tous deux assisté au concert Selling England by the Pound lors de la tournée anglaise de The Musical Box en mai 2002. Lors de cette même tournée, Steve Hackett est venu se joindre à The Musical Box sur la scène du Royal Albert Hall pour y interpréter Firth of Fifth. ».

Donc, comme vous l’aurez deviné, c’est du sérieux ! On est loin des petits tributes bands complètement cheap, qui se mettent une cape pourrie sur le dos et qui tentent, tant bien que mal, de rendre hommage à ce groupe. C’est d’autant plus sérieux, que le travail de reconstitution est si minutieux que l’équipe technique est absolument impressionnante (faut voir la liste sur le site !) et que Mike Rutherford a dit carrément d’eux : « En fait, c’était meilleur que l’original. C’était excellent, fantastique. ». Ah ça oui Mike, je ne peux qu’acquiescer !

Enfin bref, revenons un peu à mon concert. En attendant la première partie, le sonorisateur passe un peu de musique... Dont du Yes, ce qui réveille mon voisin qui se met à chanter, faux. Je commence à m’inquiéter, si ça doit durer comme ça pendant plus de deux heures, je ne sais pas si mes nerfs vont tenir... Une fois Yes disparu et mon voisin redevenu plus calme, je regarde un peu les spectateurs qui doucement, commencent à remplir la salle. Une fois de plus, je constate. Dans l’ensemble, je crois deviner que la majorité de ces gens sont des nostalgiques qui reviennent vivre un peu de leur jeunesse. Il y a bien sûr les plus jeunes, qui comme moi, sont venus là pour capturer, l’espace de quelques heures, l’esprit d’une époque qu’ils n’ont (hélas) pas connu. Je suis aussi frappée par quelque chose : Genesis, ou le prog en général, c’est vraiment une musique pour les garçons. Rares sont les demoiselles qui ont osé venir s’aventurer ici, ou alors, ce doit être pour accompagner leur cher et tendre progueux. Encore plus fort, le nombre de mecs venus seuls, à deux ou en meute... Chouette, une soirée testostérone !

À 20h, les lumières s’éteignent et un présentateur vient annoncer la première partie. The Watch, un groupe d’aujourd’hui, héritier du Genesis d’hier. Cinq morceaux, trois quarts d’heures... Et la nette impression que les héritiers en question n’ont pas vraiment réussi à se décoller de leurs illustres influences. On n’est jamais tendre avec les premières parties (quoique ce groupe est très bien accueilli par le public qui l’ovationne à la fin de chaque morceau) et je ne déroge pas, méchante que je suis, à cette règle. Je bloque un moment sur le bassiste, semblant tout droit sortir des 70’s avec ses longs et soyeux cheveux et son joli pattes d’éph’ rouge... J’essaye de m’intéresser au maximum à leur musique, mais je trouve ça un peu maladroit et tellement pompé sur certains plans de Genesis que je fini par sombrer dans un espèce de coma, les yeux ouverts, mais le cerveau en balade... Je ne dois pas être une vraie progueuse, car mon voisin (le fan de Yes), lui, il trouve ça plutôt bien et un homme devant moi, regarde son pote, lève son pouce et hoche la tête : « Ils sont biens hein ? ».
Oué, oué...

Une fois ces sympathiques garçons partis, les roadies viennent tout démonter sur scène et préparent le plateau pour The Musical Box. Pendant environ un quart d’heure, les placeuses courent dans tous les sens pour venir chercher les gens encore plus dans le fond que nous pour les déplacer à de meilleurs places (l’Olympia n’est pas complètement rempli apparemment). Mon barbu et moi, avec la rapidité et l’agilité de la limace sous Prozac, nous nous manifestons trop tard quand l’une d’entre elle vient dire : « J’ai quelques sièges, très bien placés, encore libres ! Qui les veut ? ». Nous allons donc rester au fond, mais au final, je trouve ça pas mal, car rien de mieux pour avoir une vue d’ensemble et ajouter encore plus de confusion entre TMB et Genesis. Par contre, niveau photos (et c’est pour ça que cet article en manque cruellement), impossible d’en faire une de potable, sans oublier qu’un service de sécurité ultra efficace et motivé est à l’affût du moindre écran numérique. Au final, dans un moment de panique, mon barbu va réussir à en prendre une. Et floue... Tant pis pour les souvenirs visuels, on n’a plus le choix, va falloir s’ancrer la soirée bien profond dans la cervelle...

21h. Le groupe monte sur scène. Dans le noir. Et là, tout ce que l’on voit, ce sont deux yeux phosphorescents qui toisent l’audience. Le claviériste (David Myers ), fait retentir son orgue et pose une nappe, grave, obsédante et oppressante, tandis que les deux yeux semblent scanner toute la salle. C’est ‘achement impressionnant...
Voici donc Watcher Of The Skies qui débute et quand la batterie de Martin Levac se fait entendre, c’est l’ovation générale. Et moi je râle (c’est bien d’être content et enthousiaste, mais ça fait chier quand tout le public s’excite pour une note et bouffe plusieurs secondes d’un morceau, on a l’impression de rater plein de trucs). La lumière monte peu à peu et devant mes yeux (qui ne brillent pas, eux) ébahis, apparaît le chanteur (Denis Gagné) qui a le haut du crâne tondu, comme le Gab’ à cette époque et je me dis que dans la rue, ça ne doit pas être pratique pour passer inaperçu (quoiqu’en hiver, hop, un bonnet et le tour est joué !). Il est habillé d’une combinaison noire qui tranche singulièrement avec les costumes blancs de ses partenaires et collègues. Sa tête est entourée d’un improbable couvre chef qui imite des ailes de chauve-souris et il porte, par dessus sa combi, une cape (qu’il va déployer à maintes reprises, laissant voir un dos multicolore du plus bel effet)... Et là, je revois exactement ce que j’ai vu sur les vidéos d’époque. Chaque geste, chaque pas, chaque mouvement est identique à l’original. Et là où c’est fort, c’est que ça semble naturel, pas robotique (moi je fais ça pendant 14 ans, je me tire une balle !) et qu’à aucun moment les musiciens n’ont l’air de se faire chier. Huuuuum ! Ça commence bien.
Et je retrouve mon impression première : c’est inquiétant. Ce morceau est de toute manière en lui même inquiétant, mais la scénographie et les effets dramatiques mis en œuvre par le chanteur ont quand même une toute autre ampleur en live et je me dis qu’en 1973, ça devait produire une sacrée impression (je vais pas faire ma blasée, même en 2007 on ressent toujours beaucoup de choses en voyant ça, mais c’est certainement moins fort).
J’avais déjà été bluffée en 2005, mais là, quand même, il faut saluer bien bas la prestation vocale du chanteur qui imite à la perfection le timbre, l’accent et les intonations de Peter Gabriel. Les musiciens sont eux mêmes absolument extraordinaires. Car on a beau dire, Genesis faisait une musique plutôt... euh... compliquée et technique. Et pour l’instant, pas un pain, pas une fausse note. Et l’étrange impression qu’il flotte quelque chose de surnaturel dans l’air. À l’arrière de la scène sont projetées les diapos d’époque. Ça aussi ça en en jette... Mais je me dois de rester objective. Je n’ai devant moi qu’un groupe tribute (absolument incroyable) et pas l’original ressuscité. N’empêche que je me sens déjà un peu ailleurs. Et ça ne fait que démarrer...

Pour faire comme à l’époque (ben oui, c’est le but quand même !), quasiment chaque morceau démarre par un accordage de trois minutes. Pling pling pling fait la guitare... Broooooooooom fait l’orgue (ce qui fait dire à un spectateur : « Ouah, c’est beau ! »). Ambiance décontractée donc...Changeant de costume à une vitesse éclair, Denis Gagné arrive devant son micro, coiffé d’un casque et habillé d’un plastron représentant le drapeau anglais. Après un salut (à la manière du Gab’) et un « Merci ! », il commence à parler (en français). Choc : même quand il cause, c’est pareil que l’original. Même voix grave, mêmes mots, tout pareil ! L’espace-temps commence à flancher autour de moi...
Déclamant son texte, le chanteur nous raconte l’histoire de Britannia. Avec beaucoup d’humour en plus et annonce : « Voici “Dansons avec les chevaliers de la lune” » (Dancing With The Moonlit Knight). Ovation générale. Je suis heureuse, c’est l’un de mes morceaux préférés. Le début a cappella me fait dresser les poils sur les bras (car oui, j’ai le poil érectile). Et là, c’est fête dans ma petite tête : ohlala cette voix ! ohlala cette musique ! ohlala le mellotron (parce que c’est beau le mellotron) ! ohlala la flûte traversière ! Et j’ai beau me répéter : « Reste objective ma grande ! », je commence à avoir la furieuse envie de hurler « Ouéééé ! Vas-y Peter ! »... Argh ! Je suis piégée.
Le bassiste-guitariste (Sébastien Lamothe) doit, à l’instar de Rutherford, se battre entre sa basse-guitare (c’est-à-dire, une guitare et une basse en un, deux manches soit un instrument tout chelou) et la douze cordes. Heureusement qu’un roadie est toujours là, prêt à bondir pour lui pousser le tabouret sous les fesses, retirer sa sangle et préparer l’instrument suivant. Et le tout sans que ça cafouille. Balèze...
J’en profite pour remarquer que le bassiste est, avec le claviériste, la grand force musicale du groupe. D’ailleurs ces deux là jouent de plusieurs instruments comme ça, finger in ze nose, tandis que Steve Hackett (« interprété » par François Gagnon) n’a apparemment pas un si grand rôle que ça à jouer. Et puis surtout, parlons de ce batteur là derrière, qui non content de ressembler incroyablement à Phil Collins (même calvitie, même bouille !), nous démontre bien que le Philou en question était un très très bon batteur et qu’il est bien dommage qu’il se soit fourvoyé en chemin...

Fin du morceau. Ovation (ça va être comme ça tout au long de la soirée). Denis revient devant son micro. Explication de ce qui va suivre. Toujours pareil, je crois entendre Peter. Mais non, ce n’est pas lui. Je resterai objective coûte que coûte... Avec ce que nous raconte le chanteur, je me rend quand même compte que Gabriel devait être sacrément dérangé. Son éducation dans une prestigieuse école lui aurait-elle donné l’envie d’explorer un monde inconscient et imaginaire étrange pour mieux pouvoir s’évader ? Quoiqu’il en soit, le morceau est introduit sur une histoire de cannibalisme (Roméo qui mange une fille), de priapisme aigu (et ça lui file un « désir sexouel ») et d’enlèvement (Roméo tout chamboulé, poussant des grognements étranges, va voir Juliette et l’emmène dans une salle de cinéma)... En somme, The Cinema Show. Que je n’ai jamais eu la chance de voir sur une vidéo pirate. C’est donc pour moi une grande nouveauté. Et c’est bien. C’est d’ailleurs ce morceau qui me sera fatal... Mais pas tout de suite, pour l’instant, tandis que tout est calme et que la chanson démarre, j’essaye juste de me rappeler des paroles qui m’échappent. Puis arrive un passage instrumental et là, c’est l’effet « scoubidou » (regardez Wayne’s World vous comprendrez). C’est à ce moment que s’est déclenchée une boule à facettes qui a plongé soudain la salle dans une ambiance extrêmement curieuse. Et tandis que la lumière tournait, tournait, tournait encore et cachait presque le groupe, j’ai quitté 2007, je suis enfin rentrée de plein pied dans l’univers de The Musical Box et je me suis retrouvée en 1973. Dit comme ça, c’est bizarre, je vous l’accorde. Mais après tout, le but est là, reproduire à l’identique un show, une musique, une ambiance, une époque. Pourquoi bouder son plaisir ? Pourquoi ne pas s’imaginer que oui, on y est ? Pourquoi vouloir rester objective à tout prix et ne pas profiter d’un show qui est ouvertement tourné vers le passé ? Pourquoi ne pas laissé ses pulsions nostalgiques et passéistes prendre le dessus ?
Vers la fin du morceau, Pete...Denis Gagné et Stev... (ah non merdeuh !) Stéphane Gagnon quittent la scène pour laisser le bassiste (qui joue de la guitare, tandis qu’il fait de la basse avec une pédale basse), le batteur et le claviériste tous les trois sur scène dans un final instrumental puissant et efficace. And Then, They Were Three (c’est triste, mais j’ai une tendance maladive à tout interpréter) ! À noter d’ailleurs que plutôt que de rester planter là à tapoter son tambourin dans le vide (quand il ne le maltraite pas violemment), le chanteur quitte la scène dès qu’il n’a plus rien à y faire et laisse les musiciens gérer tout seuls. Et finalement, c’est bien de voir ça. Car de cette époque de Genesis, on a surtout retenu les prestations scéniques de Peter Gabriel et il semblerait presque que le rôle de Hackett, Rutherford, Banks et Collins ait été pour le moins diminué. C’est beau, The Musical Box permet aussi de rétablir l’équilibre (non, mais sérieusement, sans ces instrumentistes de talent, vous croyez vraiment que Gabriel aurait pu aller aussi loin ?).

The Musical Box vus du fond et flous !


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom