Incontournables
The Lamb Lies Down On Broadway

The Lamb Lies Down On Broadway

Genesis

par Psychedd le 25 juin 2005

sorti le 22 novembre 1974 / Produit par John Burns et Genesis / Enregistré au studio mobile Island aux Pays de Galles, remasterisé à Abbey Road et The Farm / Pochette : Hipgnosis.

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

The Lamb... est de ce type d’album que l’on n’arrive pas à aimer ou que l’on aime d’une manière inconditionnelle. Pas vraiment de choix entre ces deux solutions.
Les fans de Genesis ont dû être surpris en le découvrant à l’époque, jamais le groupe n’avait atteint une telle modernité. Ils les avaient quittés dans l’Angleterre victorienne de Selling England By The Pound, ils les retrouvent à New York, Peter Gabriel ne ressemble plus vraiment à un pierrot lunaire phosphorescent ayant eu un problème capillaire grave. Il est Rael, petite frappe portoricaine de Broadway, il a tous ses cheveux et il porte des jeans. Si c’est pas un bond dans l’ère moderne ça ?

Depuis 3 ans maintenant, Genesis connaît un vrai succès, d’abord en Italie, pays très amateur de rock progressif à l’époque (selon Phil Collins, le pays à qui ils doivent tout). Puis dans leurs propres terres anglaises et enfin dans toute l’Europe.
Genesis combine plusieurs types de talents. Le talent musical tout d’abord, Steve Hackett à la guitare, Tony Banks aux claviers, Mike Rutherford à la basse et Phil Collins à la batterie.
Puis le talent narratif qui est plus le domaine du chanteur Peter Gabriel. Entre une histoire de boîte à musique hantée par un spectre lubrique, il y a l’Apocalypse, les scandales immobiliers et les modifications génétiques qui en découlent. Et parce que raconter ce genre d’histoire planté devant le micro, sachant que le groupe est aussi remuant qu’une colonie de sardines en conserve (Steve Hackett joue assis) et qu’au final, aucun d’entre eux n’a encore un charisme vraiment transcendant, Gabriel décide de faire le show. Les déguisements bizarres, presque flippants, défilent ; attaché à un harnais, il voltige dans les airs (et frôle la catastrophe plusieurs fois), il se rase le crâne de manière... étrange et se maquille dans le but d’effrayer les spectateurs. Très vite, l’attention se focalise sur lui, il est considéré comme le leader par le public et les médias. Sauf que dans le groupe, ses déguisements lassent, cette débauche d’effets agace et, curieusement, ça commence aussi à peser sur Gabriel.

En 1974, l’idée de concept album est unanimement choisie par le groupe et chacun propose une histoire. Peter Gabriel sait que c’est la sienne qui sera prise, il le veut, il a déjà toutes les idées.
Lors de leur précédente tournée, ils étaient allés aux USA. Là-bas, Gabriel observe les gens, les mœurs, il découvre un univers tellement différent de celui de sa bonne vieille île. Et il n’aime pas trop ce qu’il y voit. Pourtant cela l’inspire pour The Lamb..., et il va placer l’action à Broadway, le lieu de toutes les illusions. Son héros sera Rael, un jeune portoricain qui erre dans New-York et qui va vivre des aventures incroyables.
Si lui se charge des textes, les 4 autres s’occupent de la musique, librement (bien que le chanteur en compose aussi une bonne poignée).
Ils commencent à répéter et tout se passe bien, l’inspiration est au rendez-vous...
... Bien que des tensions se fassent sentir au sein du groupe. Tensions accentuées par un Peter Gabriel qui vit un moment difficile entre son bébé nouveau-né qui risque de ne pas s’en sortir et un projet hollywoodien avec William Friedkin (L’Exorciste) qui n’aboutira jamais.
Sans oublier son abandon momentané du groupe...
Mais puisqu’il n’a que ça à faire, Peter Gabriel revient vers Genesis, un peu malgré lui, pour commencer à vraiment bosser sur le disque. Mais déjà, quelque chose a changé pour lui, il sait que l’aventure touche à sa fin.

Il livre ses textes à ses collègues et devant la masse de compositions écrites, il est décidé que l’album sera double. Ils entrent en studio aux Pays de Galles et très vite, ça tourne à l’horreur. Trop de travail et un chanteur absent puisqu’il passe toutes ses nuits à l’hôpital auprès de sa femme et de sa fille. Quand la vie de l’enfant n’est plus menacée, il faut finir l’album et ça ne déborde pas d’enthousiasme.

L’album est mixé et le NME écrit un article de deux pages sur Peter Gabriel où l’on peut voir les photos du nouveau look du chanteur, cheveux courts et petite barbiche. Il y mentionne leur prochain album et déclare qu’il sait déjà à quoi s’attendre : à l’incompréhension des critiques.
Le 22 novembre 1974 quand le disque sort, il y a effectivement peu de monde qui comprend. Même certains fans s’y perdent un peu. Ca passe mal, l’album est dur à avaler tant il est dense, peut être trop en avance sur son temps. La violence latente des débuts est ici déballée au grand jour. L’album est énergique, les chansons, qui ont un format plus pop (4-5 minutes au lieu de 15 minutes), permettent d’aborder plus de thèmes et d’ambiances.
Et surtout l’histoire créée par Gabriel vire à la psychopathie sévère. On a déjà parlé des chansons précédentes et des personnages qui les hantent. Là, c’est un album entier qui est peuplé de créatures difformes, de porcs-épics et autres merveilleuses atrocités sorties du cerveau légèrement dérangé du chanteur.

Il est temps d’attaquer la bête...
L’histoire commence un matin, à Broadway, Rael sort du métro, The Lamb Lies Down on Broadway. Gabriel plante le décor de l’aventure, la vie urbaine, à l’heure où tout s’agite, quand des gens vont se coucher, tandis que d’autres se lèvent, la violence qui ne semble plus surprendre personne.
Rael sent quand même qu’un truc cloche quand il voit un agneau en sang étendu au milieu de la route.
Peut-être pour rappeler la réinterprétation de l’Apocalypse dans le morceau Supper’s Ready, il en tire l’élément de l’agneau et de son rôle décisif dans la suite des événements.
Car forcément, ça bouleverse légèrement la vie de Rael qui se retrouve happé par un mur sorti de nulle part.
Peut-être pour expliquer le pourquoi de ces hallucinations, ou alors pour brouiller les pistes, Gabriel fait une allusion directe à l’usage de drogues, dans la chanson Broadway Melody of 1974 :

"And as the song and dance begins
The children play at home...
... with needles, needles and pins
"

C’est bien de cette violence dont on parlait plus haut. Et à vrai dire, la cruauté n’est pas très loin. Une cruauté envers le héros lui-même, il est parti pour vivre tant d’épreuves qu’on vient à se demander si Gabriel ne serait finalement pas un peu sadique...
Car après l’apaisement de Cuckoo Cocoon, Rael se réveille malade, dans une grotte, comme enfermé dans une cage.
In the Cage est un des passages forts de ce disque. Les paroles sont très inspirées (ou obscures, c’est au choix). Tout commence en douceur, puis le rythme s’accélère, mené par la batterie de Phil Collins. Rael est pris au piège, il panique, il supplie :
« Get me out of this cage ! »
Courte apparition de John, le frère de Rael qui pleure du sang et qui semble quelque peu lobotomisé, puis notre héros se retrouve jeté dans le vide. Et il se rappelle son passé de vandale : « I don’t care who I hurt ». Sympa le garçon...
Et comme c’est un petit coquin, il se rappelle aussi ses premières conquêtes et comment il testait les trucs qu’il avait lu dans un livre érotique. Lors des concerts, des diapos extrêmement suggestives étaient projetées derrière le groupe. Parce qu’en plus de faire de la musique, Genesis donnait des cours d’éducation sexuelle. En 1974...

Arrive l’une des plus belles chansons de l’album entier... Un peu le tube du disque en somme.
Après la tension de In The Cage, on est ici dans un enfermement plus résolu. Comme si se battre était devenu inutile. Tandis que Rael marche le long d’un corridor, sur une moquette rouge, en agneau bien sûr, il voit des êtres étranges rampants au sol, The Carpet Crawlers. Ils vont vers une porte en bois, hop, refrain, « We’ve got to get in to get out ». Bref, Rael ouvre la porte, et il se retrouve comme un idiot au milieu d’une pièce... Une pièce de 32 portes, dont une seulement est celle de la sortie.
Rael, frôle la dépression et à ce stade, il est carrément résigné... Qui croire dans tout ça ?
Et voilà comment le premier disque s’achève sur une note de désespoir.

"I’d give you all of my dreams, if you’d help me,
Find a door
That doesn’t lead me back again
Take me away...
"



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
CD 1 :
 
1- The Lamb Lies Down On Broadway (4’52")
2- Fly On A Winshield (4’22")
3- Broadway Melody Of 1974 (0’33")
4- Cuckoo Cocoon (2’11")
5- In The Cage (8’13")
6- The Grand Parade Of Lifeless Packaging (2’47")
7- Back In N.Y.C (5’43")
8- Hairless Heart (2’13")
9- Counting Out Time (3’40")
10- Carpet Crawlers (5’17")
11- The Chamber Of 32 Doors (5’40")
 
Durée totale : 45’37"
 
CD 2 :
 
1- Lilywhite Lilith (2’44")
2- The Waiting Room (5’24")
3- Anyway (3’07")
4- Here Comes The Supernatural Anaesthetist (2’58")
5- The Lamia (6’56")
6- Silent Sorrow In Empty Boats (3’56")
7- The Colony of Slippermen (The Arrival - A Visit To The Doktor - Raven) (8’16")
8- Ravine (2’04")
9- The Light Dies Down On Broadway (3’32")
10- Riding The Scree (3’55")
11- In The Rapids (2’28")
12- it (4’15")
 
Durée totale : 48’52"