Pochettes
The Queen Is Dead

The Queen Is Dead

The Smiths

par Kris le 13 juin 2006

paru en juin 1986 (Warner)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

1986. Scandale quand paraît le nouvel album des Mancuniens The Smiths. Le titre The Queen Is Dead de l’album est une lance projetée dans la cour de Buckingham Palace. En pleine période de l’Angleterre thatchérienne, The Smiths avec cet album titille la couronne britannique, peut-être pas assez virulemment qu’ont pu le faire les Sex Pistols dix ans auparavant avec leur God Save The Queen, mais plutôt dans un style élégant, ironique et surréaliste comme savent si bien le faire Morrissey, Johnny Marr, Andy Rourke et Mick Joyce.

The Queen Is Dead est un pavé dans la mare pop anglaise des années quatre-vingts, faisant suite à un Meat Is Murder qui avait déjà permis au groupe de se faire connaître. The Queen Is Dead, provoque donc un petit scandale que l’on connait, et donne ses lettres de noblesse au groupe, chef-d’oeuvre intemporel d’un groupe régnant désormais sur le vaste monde de la pop. Cependant, The Queen Is Dead permet aux Smiths de présenter pour la première fois sa face glamour à son public au-delà même de leur musique.

JPEG - 51.7 ko
Meat Is Murder / The Smiths

Les pochettes précédentes des albums des Smiths étaient plus « viriles », beaucoup plus engagées, un poil plus physique. En effet, la pochette de leur premier album simplement nommé The Smiths était un plan d’un torse masculin tandis que la pochette de Meat Is Murder était un portrait d’un militaire. Contrairement à ces précédentes pochettes, les Smiths, et particulièrement Morrissey qui crée l’artwork de la pochette de The Queen Is Dead, décident cette fois-ci de montrer un nouveau visage, plus classieux. La pochette représente un homme couché dont on ne voit que le tronc supérieur, regardant en l’air, les yeux plongés dans un vide, il est vêtu d’un costume sombre et d’une chemise blanche. Ce personnage est plongé dans le noir, avec une légère lueur, les bras rejoignant son corps, ses doigts touchant son torse. Cet homme est Alain Delon. Ce cliché, pris d’un film de 1964 par Alain Cavalier. Le titre du film est beaucoup plus évocateur du choix de ce cliché par Morrissey que le personnage même d’Alain Delon. Ce film se nomme L’Insoumis. Avec un album se nommant The Queen Is Dead, le choix de ce film par Morrissey ne peut être le fruit d’un pur hasard...

Récemment, une théorie quelque peu farfelue remettait au goût du jour cet incontournable des Smiths ainsi que sa pochette. Morrissey et les Smiths avaient-ils eu une prémonition quant à la mort de Lady Di en France ? Telle est la théorie avancée par David Alice [1]. Le single There Is A Light That Never Goes Out, titre figurant sur The Queen Is Dead, ne parait qu’en France en 1987. Ce titre raconte l’histoire d’un couple en voiture, dont l’une des deux personnes ne veut pas être raccompagnée chez elle car se sentant étrangère là d’où elle vient (Lady Di ?), et le texte évoque qu’ils pourraient mourir tous deux dans cette voiture et ainsi There Is A Light That Never Goes Out... D’autres détails relevés ainsi au sein de l’album sont cités. En ce qui concerne la pochette, l’analogie était faite de par le fait qu’un Anglais (Morrissey) avait choisi la photo d’un Français (Alain Delon). Réciproquement, Lady Di, une Anglaise mourrait en France. Le prénom de la personne représentant l’album est Alain, et le docteur ayant annoncé la mort de Diana au monde entier se prénommait également Alain. Et l’article s’en suit de nombreuses autres analogies concernant des chansons de Morrissey et des Smiths les reliant à la théorie qu’ils avaient eu la prémonition de la princesse de Galles.

JPEG - 40.5 ko
Morrissey - You Have Killed Me

Certes, tout cela n’est que facéties et théories farfelues extrêmement capillotractées, mais cette pochette belle et sobre continue de questionner et fasciner, façade d’un chef-d’oeuvre offrant d’innombrables lignes de lecture. En guise de dernier clin d’oeil de ce taquin de Morrissey, le dernier single en date de l’éternel charmeur You Have Killed Me, fait indirectement référence à la pochette de The Queen Is Dead. Ce single You Have Killed Me figure sur le dernier album de Morrissey Ringleaders Of The Tormentors. De clins d’oeils en flash-backs de plus de vingt ans d’âge, Morrissey n’en aura jamais fini de nous étonner.

JPEG - 304.7 ko
Cliquez pour agrandir

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom