Nouveautés
We Used To Vacation

We Used To Vacation

Cold War Kids

par Vyvy le 2 janvier 2007

4

paru en 2006 (V2)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Les Cold War Kids étaient il y a peu sur Paris, à l’occasion d’un concert mémorable au Nouveau Casino. Remarquable première partie des lunatiques Two Gallants, ces Californiens avaient alors fait très bonne impression. Cette première impression allait elle être concrétisée par leurs performances studios ? Oui et non, car si la qualité est là, le grain de folie des Californiens est ici tenu fermement en laisse, avec rassurons nous, quelques écarts bien délirants...

C’est donc un quartet plus conventionnel (entendons ici moins décharné) que l’on découvre ici. Découvre oui, car du haut de ses deux ans d’existence, le groupe en est encore à l’étape oh combien importante de « se faire un nom, se trouver une place dans la constellation sympathiquement nébuleuse du rock indé américain », découvre aussi car le format de l’œuvre (EP de quatre titres) ne permet qu’un aperçu, qu’une mise en bouche.

Mais trêve d’introduction, asseyons-nous et dégustons, en cette période de fête, un premier petit four doux-amer, la chanson titre We Used To Vacation. Les maracas d’entrée interpellent, le piano aussi. Quelques notes, répétées, et voici que la guitare s’en mêle, quelques sporadiques distorsions créant de petites touches dissonantes. Le fond sonore construit, la voix s’élève, burinée à souhait. La guitare se tait, l’heure est à la frappe, de cordes et de caisses, de mots. Mots qui dessinent l’histoire d’un père de famille trop porté sur la bouteille, tentant d’arrêter, mais qui fout sa vie en l’air car en étant incapable.

maîtrise des autres instrument. Rassurez vous, défenseurs des instruments en tout genre, n’ont été torturés que deux cordes biens humaines pour la réalisation de cette chanson...

Voici alors l’heure de sonner la fin de l’EP. De manière clinquante, avec plus de guitare, de batterie. Mais aussi moins d’intérêt. Sur Quiet Please, les instruments se font plaisir, et le font bien, mais la voix n’arrive pas a capter l’auditoire. On ne rentre pas aussi bien dedans, alors que pourtant, la recette ne diffère pas tant que ça des titres précédents. Mais la musique est avant tout affaire de subjectivité, d’impressions irraisonnées...acceptons ce fait et le fait que Quiet Please à mes oreilles n’atteind pas le niveau des excellents trois premiers morceaux.

Au bilan des courses, les 3 acolytes de Willets (se ?) sont bien plus limités en studio que lui, ce qui dément la folie de l’ensemble pourtant si palpable en concert. On en sort quand même convaincu que ces californiens ont quelque chose de bien, de très bien, et on attend avec hâte leur premier long Robbers And Cowards...



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. We Used To Vacation (4:04)
2. Expensive Tastes (5:01)
3. Harmony In Silver (3:26)
4. Quiet Please (4:51)
 
Durée totale : 17:22