Nouveautés
Farm

Farm

Dinosaur Jr.

par one minute in the dream world le 30 juin 2009

4,5

Paru le 22 juin 2009 (Jagjaguwar/PIAS)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Forts de prestations incandescentes et hautement soniques (première partie de Sonic Youth au Zénith de Paris, décembre 2006, ou encore le Pukkelpop en août 2007), et d’un Beyond excellent en tous points, Jay Mascis et ses deux complices, Murph et Lou Barlow, remettent le couvert avec ce Farm lui aussi de haute tenue. Sur une bonne heure de noisy pop estampillée 90’s, le leader mollasson nous montre que dans les conditions d’enregistrement, il sait faire preuve d’une certaine vivacité et d’une inspiration rarement faiblissante.

Dans la lignée de Beyond, ce qui est loin d’être un mal, et après avoir annoncé par le biais de Lou un album old-school et sonnant comme ses trois premiers, Dinosaur Jr. trouve un équilibre entre morceaux truffés de solis endiablés (un superbe Pieces en ouverture), énergiques, et complaintes à la Neil Young (Said The People) dont l’influence transparaît à chaque sortie discographique du trio sans en dénaturer le contenu le moins du monde. Sans oublier les mid-tempi savoureux (Plans) et les morceaux massifs et soniques (I Want You To Know) dont le trio nous régale depuis ses débuts.

Dinosaur Jr. possède une identité reconnaissable entre mille, une marque de fabrique, ne serait-ce que dans le jeu de guitare de Mascis et cette voix geignarde, dotée d’une sensibilité pop qui enjolive les titres de ces trois vétérans dont le retour a du secouer pas mal de formations encore vertes, constituées de jeunes pousses certes douées mais ayant beaucoup à apprendre. Et si on peut difficilement attendre de ces trois-là qu’ils se renouvellent à chaque opus, le plaisir ressenti est tel, leur inspiration débouche sur de si belles réussites qu’on ne peut qu’approuver et en redemander.

De surcroît, Lou Barlow signe lui aussi des titres fabuleux (Your Weather), secondant et épaulant Jay. Il est d’ailleurs à noter que ce dernier ne s’est jamais caché d’avoir reformé Dino pour l’aspect financier et partant de là, la qualité des disques sortis « pour la thune » n’en est que plus conséquente encore car à aucun moment, c’eût été un sacrilège, ceux-ci ne sonnent pompeux ou commercial, loin s’en faut.
Au contraire, l’allant d’un Over It, secoué par les rafales de batterie de Murph, ou d’un There’s No Here boosté par cette guitare décidément énorme, asseyent définitivement Dinosaur Jr. dans son statut de pointure du genre, voire de créateur d’un style jamais égalé et ayant servi d’influence, de motivateur aussi, à de nombreuses formations.

Et quand le trio s’essaye à des morceaux approchant la dizaine de minutes (I Don’t Wanna Go There), il nous délivre un pavé sonique à la fois brut et mélodique absolument irrésistible.

C’est d’ailleurs avec cette même maestria qu’il conclut, sur un Imagination Blind plus modéré, poppy tout en affichant une certaine énergie, un album aussi abouti et indispensable que l’était son prédécesseur.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Pieces (4:32)
2. I Want You To Know (4:30)
3. Ocean In The Way (4:20)
4. Plans (6:42)
5. Your Weather (3:06)
6. Over It (3:47)
7. Friends (4:32)
8. Said The People (7:42)
9. There’s No Here (3:39)
10. See You (5:48)
11. I Don’t Wanna Go There (8:43)
12. Imagination Blind (3:21)
 
Durée totale : (60:49)