Nouveautés
Hidden In The Light

Hidden In The Light

No Guts No Glory

par Brice Tollemer le 23 novembre 2010

3,5

Paru le 22 juin 2010 (HUP records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Les No Guts No Glory ont à peine six années d’existence et ils comptent pourtant déjà deux tournées européennes à leur actif. Oui ils les ont parcourus ces chemins tortueux, typiques de l’Europe de l’Est et de l’ancien bloc communiste. La Russie, bien évidemment, mais aussi l’Ukraine, la Roumanie, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie ont vu débouler dans leurs bourgades les plus reculées ce véritable tank du punk rock, qui dégomme sur scène à grands coup d’obus électriques. Les No Guts connaissent donc par cœur ces grandes plaines d’Europe Centrale, mais ont également traversé en long, en large et en travers les contrées germaniques d’Allemagne, de Suisse, d’Autriche, sans oublier la Belgique et l’Espagne. C’est sur scène au cours de ces tournées épiques que les cinq membres du groupe ont pu façonner leur son, leur énergie et peaufiner leurs compositions. On avait pu écouter d’ailleurs l’année dernière un éventail assez large de leur répertoire, qui faisait d’une certaine façon le bilan de cinq ans d’existence.

Crées en 2004, quelque part dans le sud de la France, entre Avignon et Valence, les No Guts No Glory ont sorti leur première démo, Hardcore College, en 2005. Alors fortement influencé à cette période par du hardcore tendance Casey Jones, le groupe a depuis progressivement accompli sa mue et tend dorénavant vers un punk rock un poil moins agressif. Certes, on reste tout de même dans la lignée de formations telles que Kid Dynamite ou bien encore At The Drive In, mais les No Guts ont indéniablement atteint un seuil de maturité non-négligeable. Enregistré au Warm Audio à Lyon (qu’ont fréquenté entre autres Uncommonmenfrommars), sous la direction de Chris Banel, Hidden In The Light est de ces disques qui marquent un tournant dans la carrière d’un groupe. Pour leur véritable premier album, les No Guts livrent un ensemble condensé et harmonieux. Avec une douzaine de morceaux qui se déchaînent durant quarante minutes environ, on est effectivement plus proche des temps de passage d’une production rock plutôt que dans l’urgence immédiate du punk. « Don’t tell people how to do things, tell them what to do and let them surprise you with their results » disait ce fabuleux Patton, celui qui a sauvé nos culs pendant que nos aieux s’étaient éteint par ce lâche soulagement de honte. Voilà ce que font les No Guts. Ils nous surprennent pendant que nous collaborons.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



1. Son (3:15)
2. Two Sides (2:10)
3. Shooting Stars (4:10)
4. Zombies Are Pissed (2:35)
5. Hope You Enjoyed The Vacation Trip (3:31)
6. In Becoming (1:38)
7. The Priests (2:59)
8. Father (2:43)
9. If The World Would End (2:53)
10. Anchor (3:07)
11. Until Everything Explodes (3:16)
12. Dry Rivers (6:14)

Durée totale : 38:36

No Guts No Glory

Disques Chroniqués
Diy Or Die Diy Or Die

par Brice Tollemer


4

Voir la fiche de No Guts No Glory