Sur nos étagères
It's Alive

It’s Alive

The Ramones

par Oh ! Deborah le 28 mars 2006

4

Concert enregistré le 31/12/1977 au Rainbow Theatre de Londres et paru en avril 1978 (Sire Records)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Ce fameux live n’est qu’un exemple de ce qu’il s’est produit pendant 22 années au sein des Ramones. C’est-à-dire des tournées infernales et incessantes à travers le monde, des centaines de prestations par an, toutes semblables, toutes jouées et vécues avec la même envergure, la même émotion, et la même violence. Que ce soit dans les caves du CBGB de New York ou dans les stades brésiliens, il n’en est pas moins qu’une représentation de ce qu’est véritablement l’urgence. Les Ramones vivaient uniquement pour jouer. Et selon les dires de milliers de fans, le groupe le démontrait chaque soir avec bien sûr, jamais plus de cinq secondes de répit entre chaque morceau (ici, au nombre de 28). Il ne s’agit pas seulement de trois accords et de maintenir toujours le même rythme. Il s’agit de croire en 1974 ce que des centaines d’autres ont fait en 1977, de persévérer obstinément dans la même direction, malgré les mauvaises critiques des premières années. Et de le répéter inlassablement, jusqu’à ce que mort s’en suive. Le Rainbow Theatre de Londres a tremblé ce soir-là.

It’s Alive [1] est enregistré le 31 décembre 1977, on retrouve un ensemble de leurs trois premiers albums magistraux regorgeant de tubes devenus les lois constitutionnelles du punk, comme les standards Rockaway Beach, Teenage Lobotomy ou Blitzkrieg Bop les trois joués à la suite pour asseoir tout le monde dès l’entrée en scène. On se dit alors que certain ont passé un réveillon plutôt sympa.

Leurs chansons, avant tout pleines de mélodies, sont portées par la voix lumineuse et prompte du grand malade, Joey. Les membres du groupe étaient tous trop différents et indifférents pour pouvoir construire un noyau idéologique (tant mieux) ainsi que pour mener commercialement et rapidement à bien leur carrière. Mais leurs divergences constitueront leur idéal anti-communication, symbolisé par leur « Gabba Gabba Hey » post-hippies. Malgré ça, les Ramones trahissent leurs conflits sur scène, et leur union malheureuse parait intouchable. La preuve par 28 avec It’s Alive, son tempo constant, son uniformité toujours tenace et crispée. Cependant, si on veut découvrir le groupe à ses débuts, il est grandement conseillé de se procurer d’abord leur premier album (Ramones) possédant un son des bas fonds de NYC, personnel et incomparable, bien loin d’It’s Alive. Mais, si on veut s’adonner à toute cette impitoyable envie de jouer vite et savourer l’authenticité qu’un groupe punk se doit d’affirmer en live, alors c’est bien celui-là qu’il faut avoir, au son plus aéré et de bonne qualité.

Les Ramones étaient fans des Beatles, se sont fait huer, voulaient devenir célèbres et ne défendaient aucune cause. Pourtant, 99% des adeptes du punk collectionnent leurs disques. Aujourd’hui, ils sont cultes. New York inaugure une place « Joey Ramone », une statut de Johnny, et bientôt un musée consacré au groupe. Comme disait un journaliste célèbre : « les Ramones sont au punk ce que les Beatles sont à la pop ».



[1Référence au film d’horreur du même nom (titre français : Le Monstre Est Vivant) réalisé par Lary Cohen en 1974.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Rockaway Beach (2:24)
2. Teenage Lobotomy (1:55)
3. Blitzkrieg Bop (2:05)
4. I Wanna Be Well (2:23)
5. Glad To See You Go (1:51)
6. Gimme Gimme Shock Treatment (1:37)
7. You’re Gonna Kill That Girl (2:28)
8. I Don’t Care (1:41)
9. Sheena Is A Punk Rocker (2:16)
10. Havana Affair (1:35)
11. Commando (1:40)
12. Here Today, Gone Tomorrow (2:55)
13. Surfin’ Bird (2:20)
14. Cretin Hop (1:46)
15. Listen To My Heart (1:36)
16. California Sun (1:45)
17. I Don’t Wanna Walk Around With You (1:25)
18. Pinhead (2:46)
19. Wanna Dance ? (1:39)
20. Chain Saw (1:29)
21. Today Your Love, Tomorrow The World (1:55)
22. I Wanna Be A Good Boy (2:03)
23. Judy Is A Punk (1:14)
24. Suzy Is A Headbanger (1:53)
25. Let’s Dance (2:03)
26. Oh Oh I Love Her So (1:40)
27. Now I Wanna Sniff Some Glue (1:18)
28. We’re A Happy Family (2:07)
 
Durée totale : 53:49