Nouveautés
The Break Up

The Break Up

Puppetmastaz

par Emmanuel Chirache le 27 octobre 2009

3

À paraître le 9 novembre 2009 (Discograph)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Les Puppets sont mortelles. Après des années de bons et loyaux services, les Puppetmastaz se séparent en effet, mettant ainsi un terme à l’une des plus passionnantes aventures du hip hop contemporain. Épuisé par des tournées incessantes dans toute l’Europe, lassé sans doute de devoir batailler pour se faire connaître quand d’autres moins brillants n’ont qu’à se pencher pour ramasser l’argent et la gloire, le collectif berlinois préfère burn out plutôt que fade away (Neil, si tu m’écoutes, je t’embrasse). Et comme tout finit toujours par des chansons, le groupe nous gratifie quand même d’un dernier disque, le bien nommé The Break Up. Précédemment, The Takeover devait nous raconter la prise de pouvoir mondiale des marionnettes. On ne va pas se voiler la face, hein, ça n’a pas trop marché. A l’échelle planétaire, c’est encore la lose d’être une puppet, c’est malheureux à dire mais c’est comme ça. Avec humilité, les Puppetmastaz avouent leur échec et font de la musique avec. Après tout, n’est-ce pas la fonction d’un artiste : transformer sa propre médiocrité en esthétique ? Bien souvent, les artistes ne sont rien d’autre que des dépressifs altruistes. « Je déprime mais je veux partager ma merde avec vous. Tiens, ça tombe bien, j’ai écrit une chanson/peint un tableau/écrit un livre (rayer la mention inutile) à ce propos. »

Ceci étant dit, que vaut le testament des puppets ? Il s’agit d’une œuvre mitigée, mêlant le bon et le moins bon tout au long de seize pistes. C’est d’ailleurs le reproche qu’on pourrait faire à Mr. Maloke et ses amis : trop de morceaux. Leur grand nombre les dilue les uns dans les autres, un défaut d’autant plus visible ici qu’on peut penser que le disque a été réalisé dans l’urgence, sinon dans le sentiment amer que la fin était proche. La qualité des compositions s’en ressent, malgré le talent indéniable des MC’s pour inventer des textures sonores intelligentes. D’ailleurs, les premiers titres sont tout à fait au niveau de ce dont on est en droit d’attendre des Puppetmastaz, que ce soit le très bon Keyhole, envoûtant, ou un Gettin’ paid spiritually aussi froid qu’un matin de janvier à Pontault-Combault. Dynamique, simple et funky, Masquerade s’impose ensuite comme le parfait single de ce The Break Up, avec un refrain qui se retient comme un proverbe et des couplets qui font mouche. C’est après que les choses se gâtent : Put a bug pon you est un exercice de ragga plutôt vain comparé à ceux de The Takeover, tandis que le très électro J.A.Y.B. sonne un peu daté. Il manque un zest d’originalité et de peps à Tamiflu, de même pour les titres suivants malgré des qualités indéniables (cf. l’amusant Poetry in Motion). En fait, les Puppetmastaz adoptent ici, sans doute volontairement, un son qui risque d’être fortement daté d’ici quelques années, à l’image d’un Cliché aux sonorités de jeu vidéo Nintendo des années quatre-vingts. Heureusement, Black Clouds conclue joliment le disque par des cordes fabuleuses qui donnent à l’ensemble un air d’opéra tragique où l’on perçoit même durant quelques secondes l’influence des airs terrifiants d’un Zbigniew Preisner [1].

En définitive, on pouvait attendre davantage d’un groupe aussi surdoué que les Puppetmastaz, lesquels semblent payer en fin de parcours la formidable énergie qu’ils investissent dans leurs concerts. Mais l’important est ailleurs, il réside à l’intérieur de cette œuvre incroyable, cohérente et brillante, que sont parvenus à inventer les membres du crew. Une œuvre au sein de laquelle The Break Up se fond parfaitement et qui de toute façon mérite qu’on la propage d’oreille en oreille.



[1Compositeur entre autres de la fascinante musique de La double vie de Véronique de Kieslowski.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Keyhole (3’21")
2. Puppet break up (skit) (0’56")
3. Gettin’ paid spiritually (2’57")
4. Masquerade (3’57")
5. Put a bug pon you (4’03")
6. J.A.Y.B. (3’25")
7. Jungle Speech (skit) (1’06")
8. Tamiflu (3’12")
9. Got no beat (skit) (0’35")
10. Snuggles the beat makin’ bunny (2’03")
11. Late night Moloko (2’59")
12. Poetry in Motion (3’18")
13. Mystery of the Disappearing Rabbit (3’08")
14. Sanchez Brothers (skit) (0’28")
15. Cliché (3’13")
16. Black Clouds (4’05")
 
Durée totale :’"