Nouveautés
The Floodlight Collective

The Floodlight Collective

Lotus Plaza

par one minute in the dream world le 26 mai 2009

4

Paru le 23 mars 2009 (Kranky/Differ-ant)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

On sait Deerhunter, outre son excellent dernier disque, très bon pourvoyeur de projets solo. Preuve en est, Atlas Sound, Bradford Cox et maintenant, cette aventure signée Lockett Pundt, acoquiné avec... Cox, justement, et un ami, ce qui fait que Lotus Plaza est au final un trio, ce qui incite déjà à l’optimisme au vu des résultats engendrés par les formations opérant sous cette forme.

Ici, Pundt et ses acolytes pratiquent un rock psyché à la coloration shoegaze distincte et qui contribue fortement à l’intérêt que génère son œuvre. Les sonorités, comme la voix, semblent émerger d’une brume noisy savamment élaborée par le groupe, qui dote également ses compositions de parures pop, post-rock dont l’association débouche sur des morceaux envoûtants, spatiaux, sans faiblesses.

Red Oak Way donne le là d’emblée, riche et léger, très aérien, suivi par Quicksand, plus alerte tout en gardant ce côté rêveur qui sied à merveille à Lotus Plaza. De cette trame presque léthargique, le trio fait en quelque sorte son fer de lance et l’un de ses attraits principaux, dans le sens où il l’entoure de sons très 90’s que des formations comme Ride, My Bloody Valentine ou même les formations pop plus « datées », ou encore les Raveonettes et leur sensibilité pop combinée à des prétentions nettement plus bruitistes, n’auraient pas reniés.
Sobre et intense, vouée aux envolées simultanément modérées du point de vue de leur contenu et débridées dans leur expression (These Years), ou proposant des mid-tempo enjôleurs et remarquablement sous-tendu par des élans grinçants (Different Mirrors), l’univers de ce projet que l’on espère appelé à durer nous replonge donc dans une époque remise au goût du jour, personnalisée même dans le cas de Lotus Plaza, et qui trouve dans ce relifting de tout premier ordre un second souffle, un intérêt nouveau et une élégance matinée de déviances sonores aussi intéressantes dans leurs penchants mélodiques que dans leur digressions noisy ou psyché. La répétition des motifs, comme sur Whiteout, pousse à une rêverie dont les trois comparses nous tirent et extirpent ensuite à moitié en nous imposant un What Grows superbement souillé.

C’est en effet une forme de rêve éveillé, perturbé par des secousses soudaines mais qui jamais ne prend réellement fin, qu’on a l’impression de faire à l’écoute de cet opus, un peu comme sur Sunday Night qui illustre à merveille l’option voulue par Lotus Plaza : ambiances éthérées et réitérées, remplies de détails décisifs, bousculées par des grondements noisy du meilleur effet.

Sur un titre plus long comme Antoine, l’effet n’en est que plus saisissant encore et Lockett Pundt se hisse de ce fait au niveau des plus grands, se posant peut-être même comme le chef de file d’un mouvement novateur, initié par ce disque magique et prenant à souhait. Sur ce morceau, la rythmique s’emballe sur les deux dernières minutes, créant un contraste bien senti entre voix fantomatique et instrumentation nettement plus vive. Et plus loin, sur A Threaded Needle qui clôt les festivités, ce sont les guitares, malsaines et merveilleuses dans leurs mélodies -encore une opposition porteuse à mettre à l’actif du groupe- qui viennent troubler le climat hypnotique du morceau, aidées en cela par ces rythmes eux aussi changeants dans leurs humeurs.

A l’issue de ces dix titres à l’identité affirmée, on s’extirpe donc avec peine d’une délicieuse torpeur pour peu à peu prendre conscience de l’intensité de celle-ci, de la superbe du voyage sonore et mental provoqué par un premier long-jet porteur de superbes promesses. Promesses dont nous ne doutons pas qu’elles seront tenues pour peu que Pundt donne suite à ce projet.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Red Oak Way (4:12)
2. Quicksand (5:00)
3. These Years (2:54)
4. Different Mirrors (4:07)
5. Whiteout (4:14)
6. What Grows ? (2:56)
7. Sunday Night (4:55)
8. Antoine (7:22)
9. The Floodlight Collective (4:36)
10. A Threaded Needle (4:29)
 
Durée totale : (45:19)