Portraits
The Warlocks, héros manqués

The Warlocks, héros manqués

par Oh ! Deborah le 5 mai 2009

Trop rock’n’roll pour être vrai ? Pas toujours. Quelque part, en Californie, une vingtaine de personnes se sont concertées, disputées, trahies, séparées... Aujourd’hui il n’en reste plus que cinq. Ils se fichent de tout et même d’eux-mêmes. Leur union est mince mais leur musique est volumineuse, pleine, entière, clairvoyante dans les ténèbres.

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Présentation

The Warlocks ont le charme indéniable de ceux qui ont arpenté les rues dégueulasses des plus grandes villes américaines, lorsqu’ils n’étaient pas cloîtrés entre quatre murs, en train d’écouter religieusement leurs poussiéreux vinyles dans l’amertume d’un avenir inexistant. Ils sont là, à nous regarder avec deux diamants noirs à la place des yeux. Ils portent des santiags défoncées. Bobby Hecksher s’habille de tissus exclusivement sombres. Lorsque les Warlocks tournent dans le monde, c’est dans leur monde, visage fermé et guichets ouverts. Avec plus rien à perdre, tête baissée. Ils ne la relèvent que sur scène, pour déployer leur puissance sonore pleine de grâce et de courage. Ceci est l’histoire d’un des groupes les plus fascinants de notre génération.

JPEG - 109.5 ko
De gauche a droite : Laura Grigsby (tambourin, orgue), Jason Anchondo (batterie), Robert Thomaso Mustachio (batterie), JC Rees (guitare), Jenny Fraser (bassiste), Corey Lee Granet (guitare) et Bobby Hecksher (chanteur et guitariste)

Les Warlocks ont à peine bénéficié d’un succès d’estime. Et leurs ventes ne représentent que moins de bénéfices, au grand désespoir de Bobby Hecksher, qui, à l’instar de certains groupes indépendants, ne considère pas le succès comme une maladie. Plus encore, il est conscient de son talent, et a toujours espéré pouvoir en triompher. Aujourd’hui, il se déclare néanmoins chanceux de faire partie de « ce grand cirque de monstres qui n’arrête pas de changer de forme » . Peu importe les changements de line-up (dix-neuf musiciens ont déjà eu leur rôle au sein des Warlocks), le groupe est pour lui sa « vraie famille ». Parce que la musique est tout ce qui compte, pour toujours. Sa musique, il l’a bâti en tubes simplement grands ou en superbes aventures pop et psychédéliques pleines de crescendos. Les critiques comparent les Warlocks à Spacemen 3, Jesus And Mary Chain, le Velvet ou encore Neu !. Les Cramps et David Bowie affirment aimer les Warlocks. Tandis que le groupe est ami avec BRMC, Brian Jonestown Massacre et dit adorer le Krautrock, il y a fort à parier qu’ils ne sont pas non plus indifférents à My Bloody Valentine ou encore Mazzy Star. Pourtant, Bobby Hecksher, leader mystérieux, chanteur et guitariste, a plus qu’une poignée d’influences avec lui. Il possède le mystère d’un gourou assez doué pour jeter les sorts d’un son tout en fumée.

 Errance, rencontres et fantasme

Bobby Hecksher naît en Floride dans des Marais de Tampa Bay. Sa mère est secrétaire dans les studios de radio de son grand-père, lequel diffuse du rock’n’roll depuis 1950 afin de révolutionner la Floride. Bobby passe beaucoup de temps à découvrir des disques historiques. Cependant, il se fait ses propres goûts et n’a de cesse d’écouter les Sex Pistols et les Misfits alors qu’il n’a que douze ans. Lorsqu’il a seize ans, sa famille déménage à Los Angeles. C’est là que Bobby verra sa carrière musicale prendre source. Très vite, il se tourne vers Sonic Youth, The Butthole Surfers, puis Joy Division, The Cure, Spectrum et Spacemen 3. Il fréquente d’ailleurs le leader de ces deux derniers groupe : Sonic Boom, qu’il rencontre en 1993 et pour qui il a énormément d’admiration. Il commence par jouer du violon, puis de la basse pour Beck (sur l’album Stereopathetic Soul Manure) avec lequel il partagera un appartement, puis apprend la guitare. Il collectionne des instruments, des gadgets, et va régulièrement passer ses soirées au club « Mad Hatter », en compagnie de Timothy Leary, théoricien californien des acides en tout genres. Inutile de qualifier le genre de milieu dans lequel Bobby évolue. Entre temps, il trouve son premier travail : la conception graphique de jeux vidéos pour Dreamworks. Trois ans plus tard, il quitte la société pour faire des jobs tels que vendeur chez des disquaires, livreur de nourriture... « En attendant des jours meilleurs ». À l’âge de 19 ans, il prend sa passion en main et monte plusieurs groupes comme les Charles Brown Superstar et The Magic Pacer. Plus tard, il participera à la formation Brian Jonestown Massacre. Et un jour, il décidera de rassembler sept personnes (dont lui-même) pour construire un « mur du son ».



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom