Sur nos étagères
Dur Comme Fer

Dur Comme Fer

Lofofora

par Sylvain Golvet le 20 octobre 2009

4

Paru en mars 1999 (Hostile / Delabel)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Pour son troisième album Lofofora donne le ton dès le titre. Dur Comme Fer, à la fois référence au morceau éponyme évoquant les limites de toute croyance, mais aussi commentaire sur l’ambiance générale de l’album. Car Loforora ne rigole pas, si ce n’est avec une ironie mordante, et il semble, avec ce qui se révèlera être leur meilleur album à ce jour, que le groupe ait voulu nous convaincre d’une seule chose : l’homme est intrinsèquement mauvais. Et jamais il n’obtiendra le salut. On a fait plus consensuel.

Lofofora est issu de la scène alternative française des 80’s. Apparaissant sur les cendres du punk anarcho des Béruriers Noirs ou OTH, le groupe se fonde en 1989 avec Phil Curty à la basse, Erik Rossignol à la batterie et surtout Reuno Wangermez, chanteur/leader/grande gueule à la voix si reconnaissable. Mais c’est plutôt le son américain qui va les attirer, le hardcore des Bad Brains, des Dead Kennedys, mêlé au rap militant de Public Enemy. Lofofora se retrouve donc un des premiers en France à jouer ce qu’on appellera plus tard le metal fusion ou rap metal, voie que suivront No One Is Innocent ou Silmarils. Puis c’est une réputation live sans faille, notamment en première partie d’Iggy Pop, qui permettra aux quatre de récolter des articles dans le Monde et même le Guardian et le Washington Post, sous la bannière de leaders d’une scène hardcore française. Une étiquette assez éloignée de la réalité pourtant, tant Lofofora a, comme tout artiste sensé, toujours refusé ce rôle assez éloigné de ses convictions. Au final, le succès est en fait assez relatif, ce qui semble assez normal quand on clame qu’on a Envie de tuer ou qu’on relate dans Macho blues le point de vue d’un père de famille incestueux (deux morceaux issus de l’excellent deuxième album Peuh ! en 1996).

Ce nihilisme, on peut l’entendre dès le premier morceau Au Secours. D’une voix d’outre-tombe, Reuno hurle tout d’abord un “Regarde tomber les étoiles !” prophétique, avant de plonger l’auditeur dans la spirale de déchéance du monde. Le son est puissant et lourd mais pas simpliste, grâce notamment à la section rythmique plus qu’aguerrie d’Edgar Mireux (batterie) et de Phil Curty (basse), adepte du groove (relatif ici) mais aussi du contretemps dévastateur. Et par-dessus, la guitare de Farid Tadjene varie entre riffs métal et solos aiguisés, formant un ensemble se rapprochant finalement pas mal de Suicidal Tendencies.

On sent ici que le groupe a travaillé sa technique, l’uniformité de l’album précédent laissant place à une envie de varier les genres. Chaque morceau propose ainsi son propre univers, Charisman se la joue « quiet/loud » comme plus loin Dur Comme Fer, alors qu’Incarné attaque les oreilles au metal hardcore d’entrée de jeu. Plus loin, c’est même au trip hop qu’ils se frottent le temps des Liquides de Mon Corps qui rappelle également les velléités orientalisantes de Shiva Skunk spécial Ekova Flavour de l’album précédent. Pourtant l’ensemble est habilement organisé et mêle les ambiances sans qu’elles ne se télescopent. Il n’est donc pas choquant de voir l’album se terminer en « gang bang oral » pour PMGBO, titre hip hop où sont conviés les rappeurs de la Calcine ou Kabal.

Enfin, l’engagement du groupe, terme pourtant largement galvaudé, transparaît toujours, pour le meilleur et parfois le moins bon. Le moins bon c’est l’éternelle chanson sur la légalisation du cannabis, Weedo, vieille rengaine de tout ce que la France compte de groupe de punk, rap ou reggae. Pas plus démago que chez les autres, l’adhésion à la cause semble ici plutôt sincère et sauvée par une instru plus qu’efficace. Le meilleur, c’est Rêve et Crève en Démocratie, une chronique puissante et touchante qui trace le parallèle entre un immigré venu chercher le bonheur en occident et un élu européen adepte des reconduites à la frontière. Le final poignant se résume en trois lignes :

Lui, ce soir va retrouver sa terre natale, la poussière, les prières
Sa mère sur le pas de la porte le voit revenir
Enterrer de honte son bel avenir.

Malheureusement cet album restera le climax musical du groupe, dont le line-up ne survivra pas à la tournée suivante, immortalisé dans le live Double, album diptyque qui comprend également des reprises de Gainsbourg ou Bashung, prouvant encore une fois leur défiance envers le concept d’étiquettes. L’arrivée d’un nouveau guitariste et d’un nouveau batteur ne rendra pas au groupe de sa superbe, même si dix ans et trois albums plus tard, ils continuent sur une lancée sans concessions, mais peut-être sans autant d’efforts.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. Au Secours (4:01)
2. Charisman (5:51)
3. Incarné (3:28)
4. Les Gens (3:05)
5. Série B (4:16)
6. Dur Comme Fer (5:18)
7. 1 Million (4:40)
8. Rêve Et Crève En Democratie (3:04)
9. 5 Milliards (3:03)
10. Les Liquides De Mon Corps (4:29)
11. Weedo (3:07)
12. P.M.G.B.O (6:17)
 
Durée totale : 50:43