Interviews
Orianthi

Interview

Orianthi

Rocket Queen

par Gilles Roland le 15 novembre 2011

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Michael Jackson a toujours eu le nez creux ! Très inspiré dans le choix des musiciens qui ont eu le privilège de l’accompagner en tournée, le King of Pop a ainsi collaboré avec d’illustres guitaristes. On se souvient d’Eddie Van Halen, de Jennifer Batten et bien sûr de Slash. Pour son grand retour, prévu à Londres, Jackson avait fait appel à Orianthi, une jeune guitariste australienne. La suite, on l’a connait, mais le film This Is It, permet au grand public de faire la connaissance d’Orianthi, qui ne passe pas inarpercue.

Dans le milieu, cette jolie musicienne (qui joue aussi de la basse, de la batterie et des cordes vocales) n’est pourtant pas une débutante. Signée chez Geffen, on retrouve dans son carnet d’adresse Steve Vai et Santana (avec qui elle a partagé la scène). Saluée un peu partout sur le globe comme l’une des meilleures guitaristes du moment, Orianthi brille par ses collaborations et nourrit parallèlement une discographie personnelle riche de plusieurs albums (Violet Journey, Believe et le dernier EP Fire).

Orianthi fait donc du bruit. Aussi attachée à sa PRS que Slash à sa Les Paul, la jolie blonde met les hommes à genou et propose une musique à mi-chemin entre la pop et la déboule à tendance shred. Un mélange détonnant, déconcertant, rafraichissant et donc recommandable.

En ce moment, Orianthi tourne avec Alice Cooper. La légende du shock rock a lui aussi toujours eu du flair. Sur scène, l’alchimie entre les deux artistes sonne comme une évidence. Raison de plus, après le terrifiant et monumental concert d’Alice Cooper à Toulouse, pour se pencher sur le cas Orianthi. Une guitariste aussi talentueuse que charismatique qui a gentiment accepté de répondre à quelques questions. Une interview où il est question d’Alice, mais aussi de Michael Jackson, de Slash, de Dave Stewart, des films d’horreurs, de l’Australie, de maquillage et de blues.

L’univers d’Alice Cooper est très particulier. Est-ce que tu aimais les films d’horreur avant de pénétrer le cauchemar d’Alice ?

Oui, j’ai toujours adoré les films d’horreur, qui m’empêchaient de dormir quand j’étais ado. Je flippais à mort ! J’ai beaucoup regardé les Scream et les Souviens-toi l’été dernier, etc.... Mais c’est bien plus amusant de faire partie du show. Je me « zombifie » tous les soirs maintenant, comme pour le concert d’Halloween à Londres. C’était génial. Désormais, je suis Scaryanthi. (Contraction de to scare qui signifie effrayer et d’Orianthi, ndr)

Tu as joué aux côtés de Carlos Santana, Michael Jackson, Carrie Underwood, Steve Vai est un grand fan de ton travail et maintenant tu tournes avec Alice Cooper. Comment trouves-tu le temps de composer tes propres chansons ?

Chaque fois que je me sens inspirée, j’écris, mais ça n’arrive pas tout le temps. En ce moment, je me concentre sur les concerts de la tournée, histoire d’en profiter un maximum. Quand je retournerai à Los Angeles, je me remettrai à écrire afin de compléter mon album.

Justement, à propos de ta carrière solo, ton nouvel EP Fire est sorti récemment. C’est d’ailleurs un excellent concentré de rock and roll. Es-tu d’accord, si je te dis que depuis le début de ta carrière ta musique est devenue davantage rock pour arriver aujourd’hui à un mix très équilibré entre sensibilité pop et gros riffs ?

J’ai eu énormément de plaisir à enregistrer Fire. C’est en effet définitivement plus rock, avec une touche de blues. Style avec lequel je me sens très à l’aise. J’ai adoré la façon dont il a été enregistré, avec de supers musiciens dans la grande salle des Studios Blackbird à Nashville. J’ai vraiment profité des bonnes vibrations de cet endroit exceptionnel. J’ai, de plus, vraiment apprécié bosser avec Dave Stewart. C’est un grand producteur mais aussi un super guitariste doublé d’un très bon compositeur. Nous avons écrit beaucoup de chansons, simplement en restant assis à jammer ensemble. De grands moments ! J’ai vraiment hâte de pouvoir terminer cet album.

De quelle façon tes nombreuses collaborations ont-elles influencées ta propre écriture ?

Souvent, je m’inspire de leur énergie. Quand tu bosses avec quelqu’un qui est motivé et excité par la musique, alors la pièce est parcourue par la lumière et le flot des idées s’écoule plus facilement.

En France, nombreux sont ceux qui te comparent à Jennifer Batten (célèbre guitariste américaine, connue pour sa virtuosité. Elle a notamment participé aux tournées de Michael Jackson (Bad, Dangerous et History) et a joué avec Jeff Beck, ndr). Qu’en penses-tu ?

Jennifer est une guitariste fantastique. J’espère arriver un jour à son niveau. De plus, c’est une personne vraiment cool. Elle est venue à l’un de mes concerts en Oregon, il y a un an et nous avons trainé ensemble à l’occasion d’une réunion des anciens musiciens de Michael Jackson.

Que penses-tu de Slash ? Il a comme toi, joué pour de nombreux artistes prestigieux et sa carrière solo est plutôt cool.

J’aime beaucoup Slash. C’est un guitariste très inspiré par le blues et j’ai beaucoup étudié son style. J’adorerai enregistrer un titre avec lui, ce serait vraiment sympa.

Après la tournée, est-ce que tu penses qu’une autre collaboration avec Alice Cooper est envisageable ? Pour un album peut-être ?

J’aimerais beaucoup. Alice est incroyable et je prend beaucoup de plaisir à jouer ses morceaux. J’aime beaucoup l’humour de ses paroles et le fait qu’il ne se prenne pas trop au sérieux. L’une des personnes les plus cool que j’ai eu la chance de rencontrer.

En interview, beaucoup de journalistes te posent des questions au sujet de ta collaboration avec Michael Jackson. Est-ce que le fait d’avoir été celle que Jackson avait choisie pour faire son grand retour est un frein pour intéresser le public à ta carrière solo ?

Ce fut un honneur de travailler avec Michael Jackson. Je me sens vraiment chanceuse d’avoir pu répéter avec lui pendant 3 mois. Je n’oublierai jamais ces moments, qui m’ont indéniablement améliorée en tant que musicienne/performer.

Tu es née en Australie, un pays très rock and roll. Te sens-tu proche de la scène australienne et de ses illustres représentants ?

J’ai beaucoup écouté AC/DC, INXS et Savage Garden en grandissant. De super groupes australiens qui m’ont définitivement influencée.

Préfères-tu que l’on te considère comme une incroyable guitar héroïne ou plus largement comme une musicienne qui compose ses propres chansons ?

J’adore être simplement une guitariste et ainsi collaborer avec d’autres musiciens, mais certains jours, je me réveille avec l’envie de chanter et de composer. Je suis vraiment contente de pouvoir concilier les deux ;)

De quoi sera fait le futur pour Orianthi ? Une tournée solo en France ? D’autres collaborations prestigieuses ?

J’aimerais en effet beaucoup partir en tournée, une fois que mon nouvel album sera achevé.

Avant de conclure, qu’aimerais-tu dire à tes fans français ?

Merci pour votre soutien et Peace and Love à vous tous ! Vous les français, êtes jusqu’à présent, sans aucun doute, l’un des publics les plus impressionnants (et bruyants) de la tournée... et j’adore ça !



Vos commentaires

  • Le 17 novembre 2011 à 15:02, par DebOrah En réponse à : Orianthi

    J’aime bien sa combinaison noire.
  • Le 18 novembre 2011 à 23:45, par Kodak En réponse à : Orianthi

    « Saluée un peu partout sur le globe comme l’une des meilleures guitaristes du moment »

    Tout ce que j’entends de ses solos, ce sont des shreds peu inspirés, toujours sur une gamme de blues déjà maîtrisée par trop de guitaristes...

    Sinon j’attends de voir ce qu’elle a dans le ventre !

  • Le 9 mars 2012 à 19:42, par Jean Paul Jones En réponse à : Orianthi

    c’est de la soupe !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom