Focus
Pitié, arrêtez de chanter Use Somebody des Kings Of Leon

Pitié, arrêtez de chanter Use Somebody des Kings Of Leon

par Emmanuel Chirache le 3 août 2010

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Analyse d’un virus Youtube

Vous connaissez sans doute les Kings Of Leon, ce groupe de péquenauds sudistes récemment transformés en new-yorkais branchés ? Mettons d’emblée les choses au clair : on aime beaucoup le groupe (cf. la chronique de l’excellent Because of the Times), même si leur dernier opus Only By The Night nous avait un peu déçu. On y trouvait d’ailleurs tout de même de sacrés bonnes chansons, comme ce Use Somebody auquel nous allons nous intéresser d’un peu plus près. Sortie en single le 8 décembre 2008, la chanson va rapidement cartonner auprès du public partout dans le monde. Dans les charts hollandais, britanniques, australiens, allemands, belges, norvégiens, elle se retrouve invariablement dans le top 10. Aux Etats-Unis aussi, le titre connaît un immense succès et culmine à la 4e place du Billboard, ce qui n’est pas un mince exploit ! Vendu à 2,5 millions d’exemplaires, Use Somebody devient alors la ballade préférée de toutes les pisseuses à guitare de la galaxie.

« Oh c’est trop beau, il faut que je reprenne ce truc ! » s’exclament alors des milliers de jeunes nubiles tout émoustillées. En effet, il y a des chansons qui agissent chez la gente féminine comme un stimulus et déclenchent dans le cerveau une sorte de réflexe primaire, poussant ainsi le sujet à chanter à son tour ladite chanson, voire à empoigner une gratte acoustique cheap afin de s’accompagner - à condition que le nombre d’accords ne dépasse pas le nombre de neurones du sujet. Et voilà qu’une putain de liste interminable de vidéos Youtube amateurs se répand soudain sur le net plus vite qu’une traînée de poudre, au bout de laquelle notre pauvre tête explose comme un vulgaire pétard. Un truc de dingues les amis, je crois que de mémoire d’homme je n’ai jamais vu autant de monde reprendre une chanson sur Youtube. Tremblez, Louie Louie, Yesterday et autres Blowing In The Wind, voici un sérieux concurrent au record de covers !

Le pire dans tout ça, c’est que là où le seuil de sentimentalisme des Kings Of Leon était tolérable, celui de nos apprentis chanteurs fait péter le guimauvomètre. Que la reprise soit réalisée par des pros en studio ou par des types en calbute dans leur cuisine, le résultat massacre invariablement l’originale. Parmi les plus fameuses covers de la ballade, il faut d’abord citer celle de Pixie Lott, blondasse inconnue au bataillon qui serre les poings derrière son gros micro (il faut serrer les poings quand une chanson est poignante) sur fond d’images pseudo romantiques noirs et blancs :

Pour ceux que ça intéresserait par une espèce de curiosité morbide, il existe une déclinaison rousse de Pixie Lott, la version de Use Somebody par un vague groupe atroce appelé Paramore et mené par la chanteuse Hayley Williams. Tout aussi agaçant et vain. Toujours dans le registre « pro », on notera aussi la reprise à l’arrache de la soul girl VV Brown. Certains demanderont sans doute : à quoi reconnaît-on une cover professionnelle par rapport à une amatrice ? Très simple. Il faut impérativement que le titre de la vidéo contienne LE NOM du chanteur. Par exemple dans l’extrait qui suit, il est bien stipulé que « Heath Brandon reprend Use Somebody des Kings Of Leon », ce n’est pas donc pas l’œuvre d’un vulgaire anonyme. En plus, il se permet d’arranger un peu le style du morceau à sa sauce, la marque des grands :

Haaa, cette petite voix cassée et ce soupçon de reggae dans le beat... un délice. Merci, Heath. Les amateurs, eux, font ce qu’ils peuvent. Ils s’y mettent à deux pour que ça sonne mieux, portent des casquettes ridicules pour faire diversion, se contentent d’accompagner la vraie chanson à la guitare électrique en minishort, ou encore ma préférée, de rester assise sur un canapé en chantant atrocement faux pendant que la version instrumentale tourne sur la platine et compter sur sa jolie frimousse pour que tous les frustrés de la terre laissent des commentaires sympas :

Bon sang mais que se passe-t-il, cette merde est INFINIE ! Pourquoi mon dieu, pourquoi ? La réponse est simple : 1/ parce que c’est facile à jouer. 2/ parce que quiconque chante et joue ce morceau de lover ressemble à un beau/belle gosse. 3/ Parce que la chanson fait preuve de souplesse d’adaptation. Reprenons ensemble ces éléments. Facile à jouer, donc. Oui, c’est facile à jouer puisque Use Somebody utilise à tout péter quatre accords ultra simples, qu’on agrémentera en fonction de son humeur d’un capodastre ou non. Capodastre qu’on placera où l’on voudra, j’en veux pour preuve la version des frères Hanson du pauvre pour laquelle le guitariste de droite applique son capo au 140e fret. Bref, c’est tellement fastoche qu’une gamine de onze ans peut publier un tutorial vidéo du truc !

Passons au deuxième point : chanter cette balade rend beau et sexy. Il suffit de se promener deux secondes sur Youtube pour trouver pléthore de bellâtres en train de reprendre le titre, un sosie de Jeff Buckley ici, un Jeff Blunt à bonnet qui fait des grimaces au piano un peu plus loin. Ce tour de passe-passe marche aussi avec les filles. Regardez la version de Sarah McLaughlin (vous aurez noté que c’est une pro : elle a mis son nom dans le titre), regardez-là en train de nous scruter le fond des yeux avec son regard de killeuse souligné par une subtile touche de mascara et une légère tâche de blush.

Enfin dernier point, Use Somebody peut s’adapter sans trop de souci. En acoustique, on l’aura compris, mais aussi à différents tempos, en différentes tonalités. Dommage que les tentatives d’arrangement se fassent rares, on remerciera quand même ce jeune homme pour sa reprise mi doo-wop mi beatbox :

Sur ce, je vous quitte avec une petite revue de presse (« pfiou, I could use some aspirin, moi ») :

Version j’ai une voix trop grave

Version je viens de me réveiller et ça m’a pris comme une envie de pisser

Version androgyne, fille ou garçon ?

Version je ne sais pas jouer de la guitare électrique et je respire fort à cause d’un rhume

Version j’ai un petit problème de rythme à la guitare

Version je ne frotte qu’une fois les accords (faux) au début et ensuite j’improvise

Version je chante avec mon PC sur les genoux et j’appelle ça « moi qui chante Use Somebody »

Version je chante a capella et tout le monde s’en fout

Version belgo-asiatique

Version j’essaye d’être visuellement inspiré et original

Version je chante en playback au piano derrière un gros micro et j’ai mis un filtre abusé sur l’image

Version lente

Version je chante derrière un vieux drap blanc dégueulasse

Version je porte des bagues car je suis une teenager

Version je passe le casting d’American Idol

Version ukulélé par une grenobloise

Version ukulélé mieux réussie



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom