Interviews
The Melvins

The Melvins

par Aurélien Noyer le 29 mai 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Un nouvel album, c’est le moment de faire un peu de promo, même si à ce petit jeu, King Buzzo se révèle être un peu laconique : questions et réponses avec le leader des Melvins.

Inside Rock : Une question toute bête pour commencer. Qu’est-ce que ça fait de jouer en France ? Est-ce différent d’autres endroits ?

Buzz Osborne : A peu près pareil que partout ailleurs, en fait. La France n’est différente d’aucun des endroits où j’ai déjà joué. Ni mieux, ni pire.

Inside Rock : Ici, beaucoup de gens considèrent les Melvins simplement comme une sorte de « pre-Nirvana ». Ca vous énerve ?

Buzz Osborne : Pas du tout. Ca devrait ? Je n’aime pas m’énerver ou m’attrister à propos de choses sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. Et puis je ne suis pas mort alors j’emmerde ceux qui pensent ça.

Inside Rock : Vous avez une longue carrière. Donc quel album conseillerais-tu à quelqu’un qui veut découvrir les Melvins, lequel est ton préféré ? (Interdiction de répondre (A) Senile Animal, ça serait trop facile)

Buzz Osborne : Je ne peux pas répondre (A) Senile Animal, hein ? Ok, donc... Je n’arrive pas à ne choisir qu’un seul album, alors laisse-moi en citer huit :

  • Ozma
  • Hostile Ambient Takeover
  • Pigs of the Roman Empire
  • The Bootlicker
  • Egg Nog
  • Stag
  • Prick
  • Stoner Witch

Inside Rock : A propos de maintenant... Pourquoi deux batteurs ? D’où vient cette idée ? C’est parce que Terry Bozzio [1] te manque ?

Buzz Osborne : Ouais, Terry Bozzio me manque... Et pourquoi pas deux batteurs ? On trouve que ça sonne vraiment bien. Ca donne un « high groove baby ».

Inside Rock : Tu semble être accro au travail. Melvins (avec et sans Jello Biafra), Fantômas, c’est quoi le prochain truc ? Il y a cette nouvelle chanson que vous jouez en live régulièrement (Suicide In Progress), on peut donc attendre un nouvel album des Melvins bientôt ?

Buzz Osborne : Et bien... On a toujours quelque chose en cours, donc ça ne devrait pas être trop long avant qu’on ne fasse quelque chose de nouveau. On a des nouvelles et des anciennes chansons pour s’amuser, s’amuser, s’amuser encore longtemps, longtemps, longtemps.

Inside Rock : Est-ce que tu serais prêt à suivre le neo-sixties (ou punk, ou new-wave, ou post-punk) revival pour atteindre un large public ?

Buzz Osborne : Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Neo-sixties ? Comme quoi ? Et pourquoi tu penses qu’on ferait quelque chose d’aussi stupide pour « atteindre un large public » ? Et puis, en plus, est-ce que ça marche vraiment ?

Inside Rock : Si oui, est-ce que ça veut dire que tu es prêt à te couper les cheveux ?"

Buzz Osborne : Pour un énorme succès, je couperais certainement mes cheveux...

Inside Rock : Si non, est-ce que tu vois des parties inexplorées dans la musique des Melvins ? Des directions expérimentales que vous aimeriez essayer ?

Buzz Osborne : Je suppose qu’il y a toujours des choses que l’on pourrait ou devrait faire. Beaucoup de gens pensent qu’ils devraient nous dire ce que nous devons faire par la suite. On essaie de ne pas trop en tenir compte quand ça arrive. C’est difficile de se retrouver à côté de gens aussi stupides.

Inside Rock : On va faire une sorte de petit questionnaire de Proust.
Si tu étais un film gore, lequel serais-tu ? Et pourquoi ?

Buzz Osborne : Je serais La Sentinelle des Maudits parce que les deux lesbiennes dans le film sont « hot ».

Inside Rock : Si tu étais une ville ?

Buzz Osborne : Detroit Rock City !

Inside Rock : Quel musicien (ou groupe) attacherais-tu sur une fourmilière couvert de miel ?

Buzz Osborne : Les Bee Gees.

Inside Rock : Si tu étais une espèce en voie de disparition ?

Buzz Osborne : Le thylacine. [2]

Inside Rock : Si tu étais un livre ?

Buzz Osborne : You Can’t Win de Jack Black. [3]

Inside Rock : Si tu étais un jeu ?

Buzz Osborne : Quarters. [4]

Inside Rock : Si tu étais une chanson des Melvins ?

Buzz Osborne : A History Of Drunks.

Inside Rock : Et pour finir, qu’est-ce que tu ferais pour devenir maître du monde ?

Buzz Osborne : Je le ferais exploser.



[1Batteur avec qui Buzz a travaillé au sein de Fantômas

[2Tigre de Tasmanie.

[3Le clochard-écrivain, pas l’acteur.

[4Jeu à boire dans lequel il faut faire rebondir une pièce de 25 cents sur une table pour le faire atterrir dans un verre situé sur la table.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom