Sur nos étagères
I Got Dem Ol' Kozmic Blues Again Mama !

I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama !

Janis Joplin

par Aurélien Noyer le 3 mars 2008

2

Paru en septembre 1969 (Columbia)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Régulièrement passé sous silence lorsqu’on évoque la carrière de Janis Joplin, I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! est un peu la brebis galeuse de la chanteuse. Non pas qu’il soit vraiment mauvais, les chansons sont pour la plupart de bons titres de soul/rythm’n’blues, Janis chante avec ses tripes et sa voix éraillée fait des merveilles. Le problème de I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! n’est rien d’autre qu’un problème d’orientation musicale.

Fin 1968, Janis a quitté Big Brother & The Holding Company, le groupe dont l’excellent Cheap Thrills devait beaucoup au talent de la chanteuse. Et en ce début 1969, elle se rêve en grande prêtresse soul. L’idée n’est pas idiote, son timbre rugueux et ses intonations sudistes (elle est d’origine texane) suintent le blues du delta et avec l’aide de quelques arrangements de cuivres, elle peut s’imaginer dans la lignée des artistes Stax. Elle monte donc le Kozmic Blues Band, en n’oubliant pas d’y incorporer un orgue, des cuivres, bref un groupe de soul typique. Elle peut donc entrer en studio pour incarner son nouvel avatar.

Bien sûr, étant donné l’anonymat de cet album, vous avez sans doute déjà compris que le résultat n’est pas à la hauteur des attentes de la chanteuse. Coincé entre Cheap Thrills, excellent album d’un bon groupe de rock accompagné d’une excellente chanteuse et Pearl, album solo totalement centré sur sa voix, I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! ne rend pas justice à Janis Joplin. Elle a beau hurler, sortir cet espèce de feulement rauque, les arrangements de cuivres sont bien trop présents, étouffants, même pour elle. Dès Try (Just A Little Bit Harder), les cuivres couvrent sa voix sur les refrains. À vouloir trop insister sur le côté soul, elle s’est desservie. C’est également flagrant sur Kozmic Blues alors que la première partie de la chanson où elle n’est accompagnée que d’un simple duo piano-batterie est magnifique, l’arrivée de l’orgue et des cuivres brouille sa voix et ôte toute émotion à son chant noyé dans le bruit.

Il suffit d’écouter le posthume In Concert pour s’en rendre compte. On y trouve certains morceaux de cet album enregistrés en live avec le Full Tilt Boogie Band, le groupe qu’elle fondera après le Kozmic Blues pour enregistrer son chef d’oeuvre, Pearl. Plus nerveuses, plus resserrées autour de l’explosive chanteuse, ces versions libèrent le potentiel des chansons et montrent à quel point, loin de servir les chansons, les arrangements de I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! les enfermaient dans un carcan.

Forcément, l’album est un semi-échec. Si certains restent sous le charme de la voix de Janis, la plupart des critiques éreintent l’album. Néamoins, quarante ans plus tard, il en reste un disque atypique et on peut se plaire à rêver ce que les velléités soul de Janis Joplin auraient pu donner si le mixage de I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! avait permis de rétablir un équilibre, de remettre la voix au centre du disque, disque qui reste néanmoins assez dispensable par rapport au reste de la discographie de Janis Joplin.



Vos commentaires

  • Le 3 septembre 2011 à 01:41, par virginie En réponse à : I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama !

    Bonjour, je voudrais réagir à l’article présent en commençant par la fin : l’album I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! serait « dispensable » par rapport à la discographie de Joplin ? Non au contraire, il marque l’évolution musicale de l’artiste et l’état d’esprit dans lequel elle se trouvait après la séparation du Big Brother and the Holding Compagny (qui l’a, évidement, profondément touché). On ne peut, aussi, le comparer ni à Cheap Thrills ni à Pearl qui ont été deux albums minutieusement remanié par les producteurs alors que celui-ci était un peu plus son album « à elle ». De plus l’accumulation des cuivres, de l’orgue et de la voix sur le morceau Kozmic Blues marque plutôt la force du sentiment qu’elle a voulu faire passer car, il suffit d’écouter le Big Brother, Joplin n’était pas principalement centrée sur la technique mais plutôt sur le ressentit. Je suis d’accord avec cet article uniquement si l’on parle d’un point de vu technique et que l’on se fit à la médiatisation de l’album. Or ce n’est là la démarche ni ce qui intéressait l’artiste.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Track-listing :
 
1. Try (Just A Little Bit Harder) (3:57)
2. Maybe (3:41)
3. One Good Man (4:12)
4. As Good As You’ve Been To This World (5:27)
5. To Love Somebody (5:14)
6. Kozmic Blues (4:24)
7. Little Girl Blue (3:51)
8. Work Me Lord (6:45)
 
Durée totale : 37:26