Pochettes
Is This It

Is This It

The Strokes

par Aurélien Noyer le 23 juin 2009

paru le 27 août 2001 (RCA)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Les Strokes ont de l’humour... Oui, je sais, ça ne se voit pas comme ça, d’entrée de jeu. À voir leurs gueules sur les photos promotionnelles, on les prendrait facilement pour cinq jeunes gens de bonne famille vaguement blasés de tout et qui cherchaient dans le rock un moyen de pimenter leur morne existence passée dans une quelconque pension helvétique chic. Peut-être est-ce d’ailleurs le cas, mais personnellement je m’en fous et de toute façon, ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

Revenons donc plutôt à ce Is This It et à cette année 2001. En ces temps reculés (et oui, c’était au début du siècle), le rock en tant que musique représentative de la jeunesse est moribond. Ses meilleurs représentants (Radiohead, Placebo) se désintéressent du genre en lorgnant vers une sorte d’hybride électronique alors que le devant de la scène est occupé par Muse (beurk...) et Coldplay (... et rebeurk !!). Du côté des kids, c’est pire. Le nu-metal règne en maître, Limp Bizkit, Korn et Linkin Park rassemblent tous les suffrages... Il était temps qu’arrivent les Strokes qui, en quelques mois, vont remettre Converse, Velvet Underground et guitares vintage à la mode. Et tout ça grâce à un album dont la pochette fait référence à... Spinal Tap !!!

Tous les fans du film se souviennent de ce petit moment de surréalisme, lorsqu’on annonce aux membres du groupe que la pochette de leur album Smell The Glove sensée représenter une femme nue, à 4 pattes, tenue en laisse et à qui une main masculine fait renifler un gant a été refusée par Wal-Mart pour cause de sexisme. Et plus de quinze ans après le film, les Strokes nous font la femme nue, dans une position équivoque et de la main gantée (dont on sait pas trop à qui elle appartient) posée sur le bas des reins. L’allusion à la pochette grassement SM de Spinal Tap est certes atténuée par le côté arty de la photo, mais elle est néanmoins bien présente. Et bien que le guitariste Nick Valensi ait essayé d’éluder la question par un « Personne n’a réellement jamais vu la pochette de Smell The Glove » peu convaincant, sa remarque prouve néanmoins qu’ils ont vu le film. Il faut dire que, compte tenu des différences entre la musique des Strokes et celle de Spinal Tap, c’est un peu comme si les Libertines avaient fait référence à Snoop Dogg sur la pochette de leur premier album. Du pur humour de branleurs...

Cela dit, cette pochette parvient à aller au-delà de la simple blague potache et représente fort bien les Strokes à leurs débuts et leur déclaration d’intention. Dans cette pochette en noir et blanc artistique qui évoque également l’univers SM du Venus In Furs de la bande à Lou Reed, on peut lire « nous sommes sexy, urbains, glamour et vaguement interlopes ». Les obsessions des Strokes sont clairement là : le Velvet Underground, Television (on peut même pousser le bouchon jusqu’à voir dans la pose sculpturale du modèle un clin d’oeil au Venus De Milo du groupe de Tom Verlaine), la scène du CBGB’s, tout ce qui a fait la grandeur de la scène new-yorkaise depuis les années 1960 se retrouve condensé en un album dont le programme est fièrement annoncé dès la pochette. Et le verso représentant les cinq branleurs en train de zoner sur un pont ne fait que le confirmer.

Pochette de {Is This It} version USMalheureusement, la mentalité aux États-Unis ayant bien peu évoluée depuis Spinal Tap, cette pochette connut le même sort que son modèle et fut remplacée par une image hideuse de collisions de particules (ce qui n’est pas forcément mieux qu’une pochette complètement noire). Mais peu importe... Ce n’est pas ça (ni l’éviction de la chanson New York City Cops pour cause d’outrage aux héros du 11 septembre 2001) qui empêcha le groupe de connaître un succès largement mérité et de remplir pleinement sa fonction de « sauveur du rock ».

JPEG - 280.8 ko
Cliquez pour agrandir


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom