Incontournables
Meddle

Meddle

Pink Floyd

par Arnold le 12 février 2005

paru en novembre 1971 (Harvest/EMI)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Meddle est un album charnière dans l’histoire de Pink Floyd. Le son reste très psychédélique mais annonce tout de même les expérimentations électroniques de The Dark Side Of The Moon. Cet album est composé de six titres dont un qui occupe la face B à lui tout seul.

Un apocalyptique One Of These Days ouvre l’album. Une espèce de machine infernale et psychopathe qui ne rêve que d’une chose... « One of these days... I’m going to cut you into little pieces ». Ce titre même où Mason complètement déchaîné en perd sa baguette dans les arènes de Pompeii. On sent déjà dans le son, les prémices des expérimentations de The Dark Side Of The Moon...

S’ensuit un changement d’ambiance radical qui casse quelque peu l’excitation du premier titre. Pillow Of Wind et Fearless, très apaisants, rappellent des titres comme If ou Cymbaline, des perles folk de leurs albums précédents. On ne comprend pas cependant la présence de You’ll Never Walk Alone, l’hymne des supporter de l’équipe de foot de Liverpool qui vient illustrer le dernier vers de Fearless. Les deux derniers titres de la face A font un peu office de récréation. Ils sont marrants, mais pas franchement inoubliables...

La deuxième face arrive enfin... Et là, un titre de 25 minutes se profile doucement. C’est parti pour Echoes. Ce titre est un best-of à lui tout seul. On y retrouve tout le meilleur du Floyd sans le côté parfois pompeux. Des paroles psyché un peu bab-cool qui parlent d’un albatros qui vole au dessus des vagues. Le pire, c’est qu’on s’y croit... Le bruit des vagues est là, une vague sensation de hauteur, on plane... La musique s’excite petit à petit... Gilmour fait sortir des cris préhistoriques de sa guitare et l’on tombe en pleine hallucination. La musique devient un magma sonore et puissant parfaitement maitrisé. Des celestial voices viennent alors compléter le tableau... On n’est pas loin de Careful With That Axe Eugene ou du thème final de Zabriskie Point.

Quand le disque s’arrête, on ne résiste pas longtemps à l’envie de se le refaire, ne serait-ce que Echoes... Car si Meddle est incontournable, c’est avant tout pour ce titre.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom