Nouveautés
Par temps de rage

Par temps de rage

La Canaille

par Emmanuel Chirache le 3 mars 2011

4

Paru le 28 février 2011 (L’association la Canaille)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Salut, vieille Canaille ! Alors te revoilà, un an et demi après avoir réalisé l’un des meilleurs disques de rap français de la décennie, Une goutte de miel dans un litre de plomb, ça ne te suffisait pas ? Tu ne t’es pas dit que donner un successeur à une telle réussite allait s’avérer risqué ? Une gageure, surtout quand on sait que le personnel du groupe a connu des changements importants, avec le départ du guitariste multi-instrumentiste Marc Barnaud et du DJ Nicolas Rinaldi. Ces absences se ressentent vite sur Par temps de rage, moins de bouzouki, moins de violons, plus de rock. Le choix de l’auto-production n’est pas de tout repos, et comme le dit Marc Nammour, toujours au chant et paroles, le groupe « a perdu des guerriers sur la route ». Heureusement, le remarquable bassiste Walter Pagliani continue de faire roucouler son instrument, tandis qu’un nouveau guitariste, Mathieu Lalande, et un batteur, François Malandrin, se sont joints à l’équipe.

Conséquence de ce remaniement ministériel, le ton du disque est différent du précédent, plus énergique quoique toujours planant. Comme auparavant, les mélodies coulent et glissent, relaxent presque. Les petits gimmicks de guitare électrique sont toujours bien dénichés, bien calés, bien accompagnés. Pas d’électronique, peu de scratches. Du rock, en fait. Musicalement, les textures sonores font d’ailleurs souvent référence à Rage Against The Machine, en témoigne par exemple le solo de La mise en je, un hommage évident au style de Tom Morello. Idem avec l’excellent riff de Ma poésie ne se lave pas, qui fait penser à celui de Calm Like A Bomb. Inutile de dire qu’une telle parenté fait plaisir à entendre. La fusion rap/rock a donné suffisamment de gages depuis quinze ans pour qu’on ne regrette pas sa quasi absence du paysage musical français. Voire du paysage musical tout court, tant ce mélange semble avoir laissé place à d’autres types de fusion, electro-rock, rap electro.

En utilisant un véritable groupe de musiciens, Marc Nammour démontre par l’exemple combien le rap gagnerait à s’appuyer de temps en temps sur des instruments qui existent dans notre réalité en 3D à nous. Ici, la musique est faite chair, nous permettant ainsi d’y pénétrer avec plus d’envie et d’empathie. On peut aussi interpréter ce choix du rock comme support instrumental par l’aspect engagé des textes du rappeur, qui prennent davantage de force en s’alliant avec la hargne de la guitare électrique. C’est presque le monde à l’envers ! Symboliquement, le rap avait en effet dans les années 80 et 90 récupéré le flambeau de la contestation abandonné par une bonne partie des rockers. Il existait bien entendu des exceptions (comme les Rage cités plus haut), mais globalement le caractère social de la musique était désormais devenu l’apanage du hip hop. Cela fait maintenant bien longtemps que le rap a retourné sa veste et empoché les biftons, l’image de protestataire révolté qui lui collait à la peau se transformant en celle d’un VRP du capitalisme, du machisme et des pratiques de Cosa Nostra. Oups.

JPEG - 48.8 ko
Rage Against The UMP

Loin d’être gratuit ou exagéré, ce postulat est revendiqué par le chanteur lui-même, qui dans le très bon Ma poésie ne se lave pas prévient : « Si le rap tord du cul sous les néons / Dis-toi que [ma poésie] ne rappe plus non / elle gueule comme un keupon. » De la poésie anar’, à la Ferré-Renaud-Brassens (Renaud auquel Nammour fait allusion dans Ma ligne de mire : « Société tu m’auras pas, non j’aurai ta peau »). Anar’ ? pas tant que ça en fait. Les textes prônent plutôt une forme de gauche intelligente, même si le politiquement correct ne plaît pas au rappeur, qui s’éloignent sur certains sujets des clichés de l’extrême gauche. Dans Trop facile notamment, Marc Nammour renvoie dos à dos pas mal de monde, raillant successivement le pseudo féminisme et la tolérance de façade envers les minorités des hommes politiques, les caïds de banlieue, les militants de la LCR, et enfin Abd Al Malik... A chaque paragraphe, il prend également soin de mettre un bémol en imaginant le discours qu’on pourrait lui rétorquer, un peu comme s’il se disait à lui-même « c’est trop facile de critiquer, mec ». Au final, avec cette chanson Nammour s’exclue de tous les groupes qu’il cite et revendique sa liberté individuelle et son indépendance d’esprit, ce qui en fait de ce point de vue le texte peut-être le plus anarchiste de tous.

Seul morceau vraiment révolutionnaire, Le soulèvement aura lieu est une lancinante prédiction, où l’angoisse prend les traits de la contrebasse du guest Michel Bénita. Les notes louches des instruments sont pesantes et elles incarnent bien le propos du titre : « le temps est lourd et orageux, le soulèvement aura lieu ». Mais personnellement, je pense que le texte le plus pertinent du disque est celui de L’eau monte, dénonciation très bien vue du culte actuel des « racines » que partagent paradoxalement extrême droite et banlieusards, de la tradition et de tout ce qui forge l’identité au point de la figer et de la scléroser. Pour donner son point de vue, le chanteur prend le parti de narrer un récit plutôt que faire des grandes phrases. « Je préfère raconter une histoire plutôt que juger, explique-t-il, je reste factuel, comme un film de Ken Loach. Je déteste la morale. Comme dit Ferré, la morale c’est toujours la morale des autres. » C’est là qu’on ne sera pas forcément d’accord avec lui. D’une part, si la morale a mauvaise presse, c’est parce qu’on entend derrière elle le terme de « moralisateur », qui fait vieux râleur réactionnaire et donneur de leçon. Or, la morale véritable n’a pas grand chose à voir avec cela. C’est une somme de valeurs qui construit chacun d’entre nous et sans laquelle nous ne serions, hélas, pas grand chose. Et si les hommes sont blâmables, c’est par manque de morale plutôt que par zèle.

D’autre part, notons que le chanteur fait la morale dans certains titres du disque, que ce soit Trop facile (un titre qui en soi est déjà une forme de jugement moral) ou encore Le soulèvement aura lieu, qui ne se retient pas de donner quelques leçons. De toute façon, on n’est jamais obligé de partager pleinement toutes les convictions d’un artiste pour l’apprécier. En fait, le chanteur s’attarde beaucoup sur la noirceur du monde et s’en indigne souvent (encore un sentiment moral), ce qui peut à la longue peser sur les frêles épaules de l’auditeur naïf et innocent, qui croit que la vie est belle, que les papillons vivent pour toujours et que papy est parti en voyage. Il n’y a malheureusement pas beaucoup de lueurs dans Par temps de rage - même si le soulèvement aura lieu, peu d’optimisme, aucun humour, là où un Ferré donnait de temps temps de l’espoir, un Brassens de la bonne humeur et un Renaud de quoi rire pendant plusieurs semaines. C’est le seul petit défaut de l’album, qui par ailleurs regorge de bonnes chansons. C’est La Canaille ? hé bien j’en suis.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1. J’ai faim (2’58")
2. Le soulèvement aura lieu (3’49")
3. Ma poésie ne se lave pas (3’02")
4. Salle des fêtes (3’02")
5. La mise en je (3’09")
6. Le Dragon (4’41")
7. Trop facile (2’34")
8. L’eau monte (4’46")
9. Ma ligne de mire (3’50")
10. Rapper en paix (3’37")
11. Trois lettres (1’52")
12. La colère (3’25")
 
Durée totale :39’39"