Nouveautés
The Light The Dead See

The Light The Dead See

Soulsavers

par La Pèdre le 5 octobre 2012

2,5

paru le 28 mai 2012 (V2 Music)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Il aura alors fallu 30 ans de maturité artistique à Dave Gahan avant d’arriver à assumer une expression pleinement dramatique. Après le semi-rock lo-fi de Paper Monsters, son deuxième album solo Hourglass laissait déjà apparaitre des éléments pompiers décomplexés : l’excellent single Saw Something ne devait pas être facile à accoucher tellement il revelait la préciosité orchestrale du martyr synthétique.

Curieux parcours aussi que celui des Soulsavers, passant d’un trip-hop souvent instrumental, mêlé à des genres aussi hétéroclites que la country ou l’électro, pour aboutir avec Broken, vers une sorte de rock classieux pour films pompeux à forte composante « vocale » (bien que It’s Not How Far You Fall, It’s the Way You Land constituait une transition commode). La collaboration, que partiellement surprenante alors, entre Dave Gahan et les Soulsavers, permettra à l’un comme aux autres d’explorer de façon complète cette aspiration éloquente commune. Car comprenons-nous bien : pour soutenir ce projet esthétique, les Soulsavers ont besoin de belles voix, racées et harmonieuses. En cela le passage de Lanegan à Gahan nous apparait, au delà de la rime (il fallait la faire), moins anecdotique. A bien y regarder, ils ont simplement troqué le vieux coyote roublard américain pour le chat elvissien bien leché, chemise en corduroy et new era cap contre costume trois pièces et pompadour gominé.

Ces considérations générales se confirment vite : l’album, qui débute avec La Ribera, dont on savoura ne serait-ce qu’au titre le gout morriconien, fait présager une musique emphatique. In The Morning, très chargé, émeut ou agace selon l’humeur et la digestion. Longest Day et Presence of God font bloc, charment par l’attention portée à la voix de Gahan mais peinent à se démarquer. Just Try, avec son ambiance de comptine californienne travestie, donne un grand souffle et constitue le décalage surprenant qui aurait mérité davantage de culot. On ne relèvera pas Point Sur, piste instrumentale grandement anecdotique, tant elle n’apporte rien et aurait pu très bien se greffer à un autre morceau à la façon d’une introduction. Take Me Home, deuxième single au clip horrible, est peut-être le titre le plus impressionnant ; voilà une composition qui, avec cette teinture de soul blanche, ce travail remarquable sur les choeurs, amène élégamment jusqu’à l’émotion.

Lorsque cette mesure est trouvée, Gahan peut y aller de ses puissantes imprécations gospel. Alors que Bitterman finit par s’écraser avec ses cuivres grisonnants qui rendent à force l’écoute pesante. Finalement Take, avec son socle de piano, ferme l’album sur les mêmes notes qui l’ont ouvert mais en dépouillant l’introduction de sa dimension western/grande émotion, laissant le profit à Gahan de conclure délectablement avec l’harmonica.

L’album pèche dans son coeur même, c’est-à-dire dans son indéfectible monochromatisme émotionnel, bleu-noir éloquent trop constamment tragique (Mylène Farmer n’a rien à voir ici), dont l’expression finit par s’émousser. Si on n’écoute pas Soulsavers comme du Tortoise, si on accepte le grandiloquent comme un mode expressif valable, il ne manque pas moins que l’album aurait pu aller plus loin dans son genre, moins dans l’expérimentation sonore à proprement parler que dans la subtilité des arrangements dont on n’évite ici, ni le piano, ni les violons, ni l’orgue, afin de renouveller des compositions milles fois entendues. D’autant plus qu’au sein du disque, l’impression que les morceaux se distinguent difficilement entre eux se fait patente ; comment ne pas le regretter ?

JPEG - 8.3 ko
1993, la pochette du single Condemnation : la claque va partir

Et pourtant, bien que les titres n’aient rien de foncièrement original, qu’ils soient parfois même trop gonflés, il faut bien avouer qu’il y a quelque chose de touchant. La camaraderie Martin/Gahan, leur sincérité artistique semblent telles qu’on leur pardonnerait tout.

A nous de comprendre : à l’image de la pochette, décorée d’une typographie digne des tatouages de Sinik, illustrant un vieux phono exhalant de sa gorge cuivrée un ectoplasme charnu, il ne s’agissait pas là de faire un chef d’oeuvre, mais de faire un album « à l’ancienne » comme le précise Gahan. On comprend combien cette idée recouvre chez lui le fantasme d’écrire « en groupe », ce qu’il n’a, rappelons-le, jamais vraiment fait. On sait aussi combien ce-dernier aime le gospel, proposant volontiers Condemnation de Depeche Mode comme l’une des plus belles chansons qu’il ait chantées. Alors avec Soulsavers, on l’imagine, ce désir a été poussé à bout, d’où la certitude chez lui que ce fut là son expérience artistique la plus aboutie. Tant pis pour les autres.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom




Tracklisting :

1. La Ribera (1’51")
2. In the Morning (3’33")
3. Longest Day (4’14")
4. Presence of God (3’45")
5. Just Try (4’03")
6. Gone Too Far (3’12")
7. Point Sur Pt. 1 (1’41")
8. Take Me Back Home (4’06")
9. Bitterman (4’51")
10. I Can’t Stay (5’02")
11. Take (3’45")
12. Tonight (5’08")

Durée totale :44’01"