Playlist
Tom Waits

Tom Waits

par Brice Tollemer le 6 avril 2010

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

Tom Traubert’s Blues - 1976

Ce morceau ouvre le quatrième album de Tom Waits, Small Change. Si le refrain est basé sur une ancienne chanson australienne de la fin du XIXe siècle, le reste conte une nuit danoise du songwriter et sa rencontre alcoolisée avec une artiste de Copenhague, Mathilde Bondo.

Blue Valentines - 1978

« And it takes a lot of whiskey to take this nightmares go away » peut on entendre à la fin de l’ultime chanson de cet album, enregistré en un mois durant l’été 1978. Un poème peut-être adressé à Rickie Lee Jones, avec qui Waits a une relation durant cette période.

Jockey Full Of Bourbon - 1985

Reconnaissance critique, succès public, aboutissement, confirmation, Rain Dogs multiplie les synonymes de la réussite. Deuxième volet d’une trilogie entamée deux ans plus tôt avec Swordfishtrombones, le disque marque aussi le début de la collaboration avec le guitariste Marc Ribot, que l’on retrouve sur ce titre.

Way Down In The Hole - 1987

Dernier chapitre de la trilogie, Franks Wild Years voit le jour en 1987, avec comme sous-titre : « Un Operachi Romantico in Two Acts ». Ce titre servira par ailleurs de générique à l’excellente série de HBO créée par David Simon, The Wire, que Yuri décrypte parfaitement ici.

I Don’t Wanna Grow Up - 1992

Il faut attendre cinq années pour voir Tom Waits sortir un nouvel album studio. Les Claypool et Keith Richards sont de la partie pour ce disque, merveille de blues rock, rude, sombre et brutal. Ce morceau sera par ailleurs repris par les Ramones dans leur dernier album.

Russian Dance - 1993

Basé sur l’opéra allemand de Carl Maria von Weber Der Freischütz, The Black Rider est une pièce réalisée par Robert Wilson et co-écrite par William S. Burroughs. L’album contient des versions studios de chansons que Tom Waits avait écrites à cette occasion.

Walk Away - 1996

Les liens entre Tom Waits et le monde du septième art sont nombreux au cours de la carrière du chanteur. Il a notamment joué sous les ordres de Jim Jarmush et de Francis Ford Coppola. Mais il a aussi apporté sa contribution musicale, comme pour la très bonne bande originale du film de Tim Robbins, Dead Man Walking.

Picture In a Frame - 1999

Pour cette fin de siècle, Waits a décidé de frapper un grand coup. Mule Variations est une indéniable réussite et sera suivie par une tournée mondiale, la première pour le songwriter depuis 1987. « I love you baby and I always will ». Juste délicieux. Et une jolie reprise par ici...

God’s Away On Business - 2002

Encore un détour par le théâtre. D’une certaine manière, Blood Money est la bande originale de la pièce Woyzeck originellement écrite par Georg Büchner en 1836 et qui narre l’histoire vraie d’un soldat de Leipzig qui assassina sa femme par jalousie en 1821.

Dead And Lovely - 2004

En 2006 sort Wristcutters : A Love Story, un film de Goran Dukic avec Patrick Fugit (Almost Famous), qui met en scène un au-delà uniquement peuplé de suicidés. Tom Waits y interprète une sorte d’ange excentrique à la recherche de son chien. Et prête cette chanson de Real Gone.



Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom