Incontournables
The Stone Roses

The Stone Roses

The Stone Roses

par Our Kid le 25 octobre 2005

paru le 29 avril 1989 (Silvertone / BMG)

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

1989. L’Angleterre, lassée des années de thatcherisme, se cherche une nouvelle identité. The Smiths disparus, les messies prennent soudainement l’apparence de The Stone Roses.
Originaire de Manchester, la musique de The Stone Roses n’a pourtant rien en commun avec celle, par exemple, de New Order, même si c’est Peter Hook qui produit leur premier tube quelques mois avant l’enregistrement de cet album.
Depuis quelques temps, la ville s’est imprégnée de la musique house de Chicago et dispose même d’un lieu permanent où se mouvoir la nuit, le club La Hacienda, véritable laboratoire musical où se développe parallèlement la culture « ecstasy ». Cependant, Manchester la rock ne se remet toujours pas de la séparation de The Smiths et attend vainement la relève.
C’est ce terreau fertile qui provoquera l’émergence soudaine de The Stone Roses, formation à la fois rock et ouverte sur la house music.

Produit par John Leckie, l’album s’écoute d’un seul tenant, sans temps morts. Ses dix pistes révèlent la magnificence d’un groupe hors norme, doué musicalement, en phase avec son époque mais connaissant à merveille ses classiques et qui ouvrira la voie à la scène baggy, portée en cela par leur look incroyable (bobs, pantalons pattes d’eph, T-shirts XL).
Musicalement, les influences sixties se font sentir à travers les morceaux byrdsiens comme la mélodique Waterfall ou sous les relents de psychédélisme de Don’t Stop. Bien qu’Elizabeth My Dear ne soit qu’un décalque du Scarborough Fair de Simon & Garfunkel, I Wanna Be Adored, plaintive, pulvérise d’entrée l’auditeur. Les chansons restent ancrées, irrésistiblement.

Non, The Stone Roses ne sont pas modestes. La « sainte trinité » offerte en ouverture côtoie la R&B Shoot You Down, (Song For My) Sugar Spun Sister et I Am The Resurrection, aux accents plus funk.
En fait, après une décennie de stagnation, The Stone Roses réinventent le concept de groupe de rock. Le côté hooligan est présent mais la voix de Brown et les guitares de Squire (auteur par ailleurs de la pochette) en font une nouvelle référence.
En effet, She Bangs The Drums, derrière sa surface lisse cache des paroles susceptibles d’incarner une génération entière : « the past is yours, the future’s mine » et avec Made Of Stone, The Stone Roses signe l’un des plus grands morceaux de l’histoire du rock. De même, pour les Mancuniens, il ne semble pas superflu de clore l’album par l’un des meilleurs breaks instrumentaux de tous les temps, cinq minutes de rêve sur I Am The Resurrection.
Bien que copiés jusqu’au bout par ses contemporains (The Charlatans, Paris Angel...), The Stone Roses reste un chef-d’œuvre de l’année 1989, la bande-son idéale de cette année-là.
Toujours est-il que pour un premier effort, The Stone Roses avait frappé fort. On a rarement vu dans l’histoire du rock de premier album aussi bon depuis, peut-être, The Clash. Le rouleau compresseur est en marche...



Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2011 à 07:21, par Stef En réponse à : The Stone Roses

    Juste une petite précision dans votre critique de cet album merveilleux, la chanson « Elisabeth my dear » n’est pas un décalque d’une chanson de Simon and Garfunkel, mais plutôt une reprise d’un traditional anglais du 16ème siècle appelé « Scarborough Fair » que Simon and Garfunkel avaient eux-même repris dans les années 60....

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom



Tracklisting :
 
1- I Wanna Be Adored (4’52")
2- She Bangs The Drums (3’42")
3- Waterfall (4’37")
4- Don’t Stop (5’17")
5- Bye Bye Badman (4’00")
6- Elizabeth My Dear (0’59")
7- (Song For My) Sugar Spun Sister (3’25")
8- Made Of Stone (4’10")
9- Shoot You Down (4’10")
10- This Is The One (4’58")
11- I Am The Resurrection (8’12")
 
Durée totale : 48’58"