Portraits
 Bob Dylan - Part IV - No Time To Get Away

Bob Dylan - Part IV - No Time To Get Away

par Milner le 25 septembre 2007

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer l'article Envoyer l'article par mail

 Les temps actuels

En 2006, Dylan sort son dernier effort studio, ironiquement baptisé Modern Times. Un mois après sa sortie, l’album se classe à la première place du Billboard. Très peu de musiciens cette année-là pouvaient se payer le luxe de sonner autant hors du coup avec la musique contemporaine que Dylan ne le propose avec ce disque. Les hommages ou clins d’œil à Charles Chaplin, Louis Armstrong, Muddy Waters voire Cat Stevens démontrent une nouvelle fois que le mélange de blues, country et folk assure au disque une imagerie et une qualité sonore qu’il reproduit astucieusement depuis dix années. Tout cela ne l’empêche pas de fonctionner différemment, de rester en marge de la machinerie et du show business américain tout en l’utilisant à son avantage. L’époque actuelle est ressenti par le Zimm’ comme un état de flux et de changement auxquels il lui est impossible d’apporter d’objectifs musicaux bien définis. Nul ne sait ce qu’il prévoit désormais de faire, ni même le principal intéressé qui reconnaît un enthousiasme excité à se donner en concert.

JPEG - 7.7 ko
L’homme sage est devenue une légende vivante

Bob Dylan s’accepte désormais tel qu’il est, et c’est énorme. Comment réagit, au fond, son vieux et vrai public, les fans du Zimm’ ? Il y a ceux qui ne l’ont jamais trahis, fidèles de la première heure de sa musique et des mots qui vont avec ; les autres qui sont de plus en plus durs avec les musiques acoustiques et qui pensent que le mot folk n’aura plus de sens s’il n’est pas bientôt précédé d’un adjectif qualificatif. Il est toujours stupéfiant de savoir que les disques de cet étrange poète sont encore de nos jours en vente libre et que tout le monde risque de tomber dessus sans avertissement préalable. Car sa musique n’est que terrorisme esthétique, subversion culturelle et idéologique, ricanements maussades et mépris de la raison. Jamais un genre musical un temps en vogue n’en a totalement absorbé un autre ou s’est laissé absorber. À force de polariser toute l’attention des médias sur un nouveau R&B et un rock propret, cela donne l’impression qu’ils sont les seuls en lice. C’est une hérésie, il suffit de gratter la surface et de se connecter à la mouvance folk pour se rendre compte que le genre est toujours vivace. Et Dylan incarne à la perfection une musique née il y a à peine cinquante ans, aujourd’hui en pleine évolution et certainement pas figée dans le carcan imbécile où s’enferment ses faux admirateurs. L’essentiel est qu’il continue sa route et égrène les mesures de sa musique, comme il l’a toujours fait.

JPEG - 6.5 ko
photo promotionnelle pour l’album Modern Times

 [1]



[1Sources :

MAGAZINES

  • Rock & Folk

LIVRES

  • Heylin C., Dylan, Behind The Shades, Summit Books, 1991
  • Vanot S., Bob Dylan, Librio, coll. : « Musique », 2001.

SITES WEB

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom